Auf den Spuren von Marco Polo

AUF DEN SPUREN VON MARCO POLO

Jeu deSimone Luciani
Daniele Tascini



dés
gestion
placement
2 à 4 joueurs
à partir de 12 ans
40 à 100 mn
Edition Hans im Glück   2015
Impact de la langue : non










DescriptionParties

Présentation du Jeu

Auf den Spuren von Marco Polo est proposé dans une boîte rectangulaire de format classique (Hawaii, Die Stauffer), plutôt bien remplie :

  • 1 grand plateau de jeu, plié en 6. Sur sa partie supérieure est représentée une carte allant du sud de l'Europe, à la Chine, alors que sur la partie inférieure se trouvent la zone des actions des joueurs. Enfin en bordure on retrouve l'ahabituelle piste de score, allant ici de 0 à 50.
  • 1 marqueur de premier joueur, en forme de sablier,
  • 4 plateaux individuels avec des emplacements permettant de stocker nos comptoirs, ressources, chameaux et dés, ainsi que les contrats en cours et réalisés.
  • 6 tuiles bonus pour les petites villes,
  • 10 tuiles bonus pour les grandes villes,
  • 10 tuiles de personnage,
  • 40 pièces de monnaie de valeurs 1, 5 et 10,
  • 44 tuiles contrats, dont 6 contrats de départ,
  • 4 cartes 50/100 pts,
  • 18 cartes objectifs,
  • 31 cartes pour les grandes villes,
  • 15 pions or,
  • 15 pions soie,
  • 15 pions poivre,
  • 28 pions chameau,
  • 12 pions explorateurs aux couleurs des joueurs,
  • 26 dés (5 par couleur de joueur, 5 noirs et 1 blanc),
  • 38 comptoirs (9 par couleur de joueur et 2 noirs).

Les contrats de départ sont distribués aléatoirement aux joueurs, les autres sont regroupés pour former 5 piles de 6. Les contrats restants sont placés sur une 6e pile.
Chaque joueur reçoit également l'ensemble des éléments de sa couleur (plateau, dés, comptoirs, poins explorateurs) et 7, 8, 9 ou 10 pièces de monnaie (dans l'ordre du tour).

Les bonus des petites et grandes villes sont disposés aléatoirement sur les emplacements prévus. Il en va de même pour les 9 cartes des grandes villes, parmi les 31 (les autres ne seront pas utilisées durant la partie).
On dispose également sur le plateau les 5 dés noirs (4 à 3 joueurs, et 3 à 2 joueurs), et les 6 contrats de la première pile.

Enfin, les joueurs vont choisir chacun un personnage. Le choix est limité à un nombre de tuile égal au nombre de joueurs + 1. Chaque personnage apporte un pouvoir pour l'ensemble de la partie. Cela peut être un dé supplémentaire, des revenus au début de chaque manche, la possiblité de choisir la valeur de ses dés, etc...


Déroulement d'une Partie

Une partie se déroule en 5 manches, composées chacune d'un nombre variable de tours.
Au début de chaque manche, les joueurs commencent par jeter leurs dés et certains perçoivent des revenus, selon l'emplacement de leurs comptoirs sur la carte.

A son tour un joueur :

  • doit utiliser au moins l'un de ses dés pour effectuer l'une des actions principales.
  • peut effectuer autant d'actions facultatives qu'il le souhaite.

Les actions principales

  • Prendre 5 pièces.
  • Aller au marché, pour gagner des ressources ou des chameaux.
  • Solliciter la faveur de Khan (2 chameaux et une ressource).
  • Prendre de nouveaux contrats.
  • Voyager.
  • Utiliser l'action d'une des grandes cités dans lequel le joueur dispose d'un comptoir.
La valeur du dé placé peut avoir de l'importance, selon l'action choisie. Par exemple, au marché, cette valeur détermine le gain. Pour le voyage, elle détermine l'ampleur du déplacement qu'il sera possible de réaliser, ainsi que son coût.
Certains emplacements du marché et pour voyager nécessitent plusieurs dés. Dans ce cas, le dé le plus faible est celui qui est déterminant.
Enfin, dans la plupart des cas si l'emplacement est déjà occupé par des dés d'une autre couleur, il faut payer pour pouvoir y ajouter les siens. Pour les autres emplacements (faveur de Khan, cartes des grandes villes) un seul dé est autorisé.

Les actions facultatives

  • Remplir un contrat.
  • Relancer 1 dé, en payant 1 chameau.
  • Augmenter ou diminuer la valeur d'un dé de 1, en payant 2 chameaux,
  • Prendre un dé noir, en payant 3 chameaux.
  • Dépenser 1 dé pour prendre 3 pièces.

A la fin de la 5e manche, un décompte final est effectué et de nouveaux points attribués pour :

  • les objectifs,
  • les pièces de monnaie,
  • le fait d'avoir établi un comptoir à Pékin,
  • les marchandises restantes (pour ceux qui ont un comptoirs à Pékin seulement),
  • le joueur qui a rempli le plus grand nombre de contrats.
Le joueur totalisant le plus grand nombre de points de victoire l'emporte.

Parties jouées : 6
Parties commentées : 6

19/09/2015 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs.
En attendant les nouveautés d'Essen, nous décidons de ressortir l'un des gros jeux que nous avons le plus apprécié ces derniers mois.
Le matériel est beau, le jeu est fluide, et même si nous notre dernière partie remonte à 2 mois, l'aide de jeu suffit parfaitement pour s'y replonger.
Pour la première fois, j'ai doit au personnage qui ne lance pas ses dés mais choisit leurs valeurs. Il est particulièrement sympathique à jouer, simplifiant grandement les choix. Il ne m'aura pas suffit pour gagner malgré tout. A 3 joueurs expérimentés, la partie s'est jouée en une dizaine de points. Encore une fois, un choix plus ou moins différé, un hasard de pioche d'un contrat bonus, ou de lancé de dé, et le résultat aurait pu être très différent.
Mais maintenant qu'on le sait, on accepte cette petite part de hasard, tout en essayant de la limiter. Et on joue un peu plus vite ce qui nous permet de profiter des qualités du jeu sans nous sentir trop frustré si la partie ne se finit pas comme espéré.

14/07/2015 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs connaissant déjà tous le jeu.
Après notre petite déception sur La Granja, nous décidons de nous lancer dans l'autre gros jeu du moment Marco Polo. La complexité est à peu près la même, mais j'avoue que le gameplay de Marco Polo m'a plus séduit. Et pourtant, je reste toujours assez critique sur un point : je trouve le jeu trop aléatoire quant à l'issue de la partie...
En effet, lors de chacune de nos parties la victoire s'est jouée à 3 fois rien, et bien souvent il aurait suffit d'un meilleur jet de dé, d'une action prise plus tôt ou plus tard, d'un objectif qui rapporte un peu plus ou un peu moins, ou de la réussite d'un dernier contrat. Un rien peu suffire à faire une grosse diférence au final et changer ainsi du tout au tout le résultat. C'est un peu dommage lorsqu'on s'est cassé la tête durant 2h pour optimiser au maximum nos actions.

20/06/2015 - 1 partie
Une nouvelle partie à 4 joueurs dont 2 qui découvraient le jeu.
Les sensations de jeu au cours de cette partie à 4 ont été les mêmes que lors de nos parties précédentes, à 3 joueurs. On pouvait s'attendre à une plus grande importance de l'argent, les emplacements ayant statistiquement plus de chance d'être occupés. Mais en pratique, on ne le ressent pas.
Le jeu est toujours aussi fluide et agréable, mais souffre également du même travers : la victoire se joue souvent à des circonstances que l'on ne maîtrise pas.
Lors de cette partie, nous avons tous fini en 10 points, de 58 à 68. Chacun d'entre nous aurait pu gagner. Il aurait suffit d'un meilleur jet de dés, d'une action prise plus tôt, et l'issue de la partie aurait été tout autre. Un contrat ou un objectif de plus ou de moins, et l'ordre final était totalement différent.
Pour un jeu aussi exigeant dans la préparation de nos coups, il est un peu frustrant de se dire que notre victoire ou notre défaite peut se jouer sur un coup du hasard.

30/05/2015 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs connaissant déjà tous le jeu.
Malgré les réserves qu'il m'avait inspiré jusqu'ici, nous avons décidé de nous y replonger tant que les règles sont fraîches et bien maîtrisées. Et je dois reconnaître que même si je ne le vois pas comme un incontournable, je l'apprécie un peu plus au fil des parties. Je trouve toujours le jeu trop soumis au hasard pour un jeu de ce type, et ne permettant que trop peu d'actions à mon goût, mais il faut reconnaitre qu'il tourne bien, et qu'il se renouvelle vraiment grâce aux cartes cités et aux personnages.
Après savoir qu'un jet de dés peut vous permettre ou non de réaliser l'action qu'il fallait pour remplir un objectif ou un contrat, et que la victoire peut tenir à ce détail, c'est un peu frustrant. Je trouve que Stefan Feld a mieux géré cet aspect dans ses nombreux jeux à base de dés.

25/05/2015 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs dont 1 qui découvrait le jeu.
A peine découvert, nous replongeons dans Marco Polo, mais cette fois en utilisant les règles avancées. Le principal changement consiste à choisir le personnage de départ et son pouvoir.
Mais pour l'essentiel, le jeu reste le même, avec le même problème à mes yeux : le poids du hasard. Un dés un poil plus fort ou plus faible au bon moment, pour économiser des chameaux, Le choix d'un joueur, d'utiliser une action ou pas juste avant nous. Des objectifs secrets plus lucratifs... Ce n'est pas le premier jeu a dépendre de tels paramètres, mais ici les conséquences peuvent être très importantes et donc assez difficiles à accepter.
Avec des mécanismes proches, Bora Bora s'en tire beaucoup mieux...

24/05/2015 - 1 partie
Une partie de découverte à 3 joueurs.
La lecture de la règle est un peu laborieuse, et on se dit qu'il y a beaucoup de points à ne pas oublier, mais en cours de partie finalement le jeu tourne bien, et l'iconographie suffit à ne pas se tromper.
Pourtant, ce jeu de placement d'ouvriers m'a déçu. Je me suis un peu ennuyé, car je me suis senti trop limité en actions. Il y a beaucoup de choses disponibles sur le plateau, mais l'essentiel nous reste inaccessible, et au final on tourne principalement avec les actions de base.
Sur le jeu en lui-même, j'ai eu l'impression de jouer un mélange de Hansa Teutonica et Bora Bora, sans jamais parvenir au niveau de ces 2 références ludiques.
Mes 2 partenaires ont par contre beacoup apprécié cette partie, donc l'expérience sera à retenter. D'autant que nous avons tous fini très proches au score, et sans doute très loin de ce qu'il est possible de faire en optimisant un peu mieux nos actions.


Verdict

Quand Hansa Teutonica rencontre Bora Bora...
C'est l'impression que m'a donné Auf den Spuren von Marco Polo dès nos premières parties. Il faut dire que l'esthétique rappelle beaucoup le premier, ce qui n'est pas un hasard l'illustrateur étant le même. On y retrouve également les principes du voyage au cours duquel on doit établir des comptoirs.
L'utilisation des dés rappelle certains éléments du second, même si cela reste plus limité.
Mais surtout, même si ces 3 jeux sont finalement assez différents, ce sont tous les 3 des jeux allemands d'optimisation qui procurent donc des sensations un peu similaires. Et malgré toutes ses qualités Mais Marco Polo souffre un peu de la comparaison.

Pourtant le jeu est agréable, fluide, et il propose un renouvellement assez important grâce aux cartes villes et aux personnages. Les pouvoirs de ces derniers sont d'ailleurs vraiment surprenants et très réussis. Ils nous permettent de nous affranchir de certaines difficultés, et vont grandement influencer notre façon de jouer.

Mais il offre un contrôle un peu limité sur l'issue du jeu et il suffit de bien peu pour changer la physionomie d'une partie. Un jet de dés, un peu différent; quelques pièces en plus ou en moins, pour payer le surcoût d'un action prise par un adversaire juste avant vous; des objectifs plus ou moins lucratifs; un contrat pioché au hasard plus ou moins favorable; etc...
Ces aléas nous ont paru moins bien gérés ici malgré les mécanismes de compensation mis en place. Alors après 2h passées à se casser la tête pour optimiser nos actions, il est frustrant de perdre sur un détail qu'on ne peut pas vraiment maîtriser.


Complexité
19%
Matériel
96%
Règles
72%
Ambiance
96%
Les pouvoirs des personnages.
La variété des cartes des grandes villes.

Pas très original.
Un peu aléatoire.