Signorie

SIGNORIE

Jeu de

Andrea Chiarvesio
Pierluca Zizzi

2 à 4 joueurs
à partir de 12 ans
60 à 120 mn
Edition  What's your Game ?  2015
 
Impact de la langue : non

dés - mariages - objectifs
Vous êtes à la tête d'une famille pleine d'ambition cherchant à assoir son influence sur l'Italie du 15e siècle.










DescriptionParties

Présentation du Jeu

Signorie est proposé dans une boîte carrée de format classique des jeux What's Your Game ? (Nippon, ZhanGuo, Madeira). Elle contient :

  • Un grand plateau de jeu, plié en 6,
  • 4 plateaux individuels de joueurs, sur lesquels on trouve une représentation des actions possibles, ainsi que des objectifs de collecte de tuiles Allégeance,
  • 48 pions homme (12 par couleur),
  • 44 pions femme (11 par couleur),
  • 12 pions marqueurs de score, initiative et ordre du tour (3 par couleurs),
  • 16 mariés (meeples blancs),
  • 48 pions assistants (blancs),
  • 14 tuiles de récompenses : 9 de bonus simples et 5 avec des points de victoire,
  • 54 tuiles Alliance (9 pour chacun des blasons des 6 familles) sur lesquelles figurent des points de victoire,
  • 5 dés blancs de progéniture,
  • 20 dés Action (4 par couleur),
  • 10 tuiles Assignement,
  • Des pièces (florins) de valeurs 1 et 5.

Chaque joueur prend un plateau, 4 hommes, 3 femmes, de 6 à 8 florins selon l'ordre du tour, et 3 marqueurs qu'il place sur les pistes de score, d'initiative et d'ordre du tour.
Les pions homme et femme restant vont sur le plateau principal, dans la réserve générale.

Les 7 tuiles récompenses, 5 bonus et 2 avec des points de victoire, qui seront utilisées au cours de la partie sont tirées au sort et installées sur le plateau. Les tuiles Alliance sont placées sur les 2 cases au-dessus de chacune des villes.
Enfin pour chaque couleur, on utilise autant de dés qu'il y a de joueurs.


Déroulement d'une Partie

Dans Signorie, chaque joueur tente de nouer des alliances avec de grandes familles italiennes.
Pour cela les hommes doivent faire carrière dans 3 domaines clefs : politique, religion, armée, avant d'aller négocier des accords diplomatiques dans les principales villes du pays.
En parallèle, des mariages stratégiques pourront être arrangés pour les femmes.

Une partie de Signorie se joue en 7 tours, chacun composé de 3 phases :

  • Mise en place
  • Actions
  • Récompenses

Durant la préparation du tour, on lance les dés, les tuiles assignement sont mélangées puis disposées aléatoirement sur les cases correspondantes et on complète les emplacements des tuiles Alliance au-dessus de chacune des villes.

La phase Action est la phase principale. À son tour un joueur doit effectuer 1 action ou passer. Effectuer une action implique de prendre l'un des dés disponibles, de le placer sur son plateau dans la zone de la même couleur et d'en payer le coût.
Ce coût est déterminé par l'écart entre la valeur indiquée sur notre plateau et celle du dé. Par exemple, la valeur indiquée dans la zone grise de notre plateau étant de 4, prendre un dé gris de valeur 3 coûte 1. Prendre un dé de valeur supérieure ou égale à 4 ne coûte rien.
Dans chaque zone de notre plateau individuel, il n'est possible de placer qu'un seul dé, et au maximum chaque joueur ne pourra en prendre que 4.

A chaque fois, 3 actions sont disponibles :

  • Signoria
  • Selon la couleur, l'action correspond à recevoir de l'argent, envoyer une femme se marier, faire des enfants pour recevoir de nouveaux pions hommes ou femmes, envoyer un homme négocier une accord diplomatique, ou avancer sur les pistes des carrières (politique, religieuse, militaire) et d'initiative.
    Les mariages et les accords diplomatiques sont concrétisés dans les villes d'où ils permettent de récolter les tuiles Alliance encore présentes et qui font partie de nos objectifs.

  • Assignement
  • A chaque couleur de dé correspondent 2 actions d'assignement qui changent à chaque tour de jeu. Elles consistent à défausser des pions (hommes ou femmes) pour pouvoir réaliser diverses actions : diplomatie, mariage, avancer sur les pistes de carrière, échanger des hommes contre des femmes (ou l'inverse), etc.

  • Assitant
  • Placer un pion assistant sur notre plateau individuel. La colonne dans laquelle il doit être placé est indiquée par le cercle de couleur sur le dessin de l'action. Chaque emplacement a un coût allant de 2 à 4 florins.
En plus de l'action principale, si des assistants sont présents dans la colonne de la couleur du dé choisi, les actions de ces assistants peuvent être réalisées.

A la fin de chaque tour, un nouvel ordre de jeu est établi et des points de victoire attribués à partir de l'avancement sur la piste d'initiative. Enfin, chaque joueur totalise la valeur des dés qu'il a utilisé à ce tour. Si ce total est inférieur ou égal à 13, il gagne les bonus du tour (tuile récompense + bonus indiqués sur le plateau).

Après 7 tours, des points sont attribués pour les hommes encore présents sur les pistes des carrières et tous les contrats de tuiles Allégeance pour lesquels les joueurs en possèdent au moins 3.
Celui dont le score est le plus élevé remporte la partie.

Parties jouées : 4
Parties commentées : 4

20/12/2015 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs dont 1 qui découvrait le jeu.
L'intérêt d'initier de nouveaux joueurs est que parfois cela nous révèle d'autres facettes d'un jeu que nous pensions bien connaître. C'est ce qui s'est passé ce soir, où notre partenaire de jeu nous a donné une leçon.
Il a pris son temps pour préparer son développement et bien choisir ses assistants, bien plus nombreux que les nôtres. Il faut dire que le bonus du 7e tour nous poussait dans ce sens...
Résultat, il nous a mis entre 30 et 40 points dans la vue.
Avec son démarrage tardif au score, nous ne nous sommes pas méfié, et nous l'avons finalement peu gêné dans le développement de son jeu. Pourtant avec le recul, nous aurions sans doute pu le contrer. Comme quoi, Signorie ne nous a pas encore révélé tous ses secrets.

19/12/2015 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs connaissant déjà tous le jeu.
Au fil des parties, les stratégies s'affinent et les scores se reserrent, laissant quelques regrets à ceux qui manquent la victoire de peu.
C'est souvent le démarrage qui est le plus difficile. Il faut construire nos combos avec les assistants, et donc anticiper la façon dont on pense jouer. Autrement dit, celui qui rentre le mieux et souvent le plus vite dans la partie, peut prendre une avance déterminante pour la victoire.
C'est encore une fois ce qui nous est arrivé ce soir, même si les différences sont réduites au final. De quoi nous motiver pour affiner encore un peu plus nos stratégies. Et comme nous n'avons pas joué du tout de la même façon, c'est très rassurant sur l'équilibre du jeu et encourageant pour sa durée de vie.

06/12/2015 - 1 partie
Une nouvelle partie à 4 joueurs, dont 2 qui découvraient le jeu.
2 semaines après notre partie de découverte revoilà Signorie qui m'avait laissé une très bonne impression. A l'issue de cette nouvelle partie à 4, elle est encore meilleure...
Signorie oscille à merveille entre contrainte et liberté. Il est contraignant sur le choix des dés, leurs couleurs et leurs valeurs, mais il offre également un grande liberté dans l'organisation de notre jeu, grâce aux nombreuses actions possibles et à son système de recrutement des assistants. On construit ainsi notre jeu et nos futures combos.
Côté points de prestige, nous avions sans doute un peu trop focalisé notre attention sur nos objectifs de collecte de tuiles armoiries lors de notre première partie. Elles sont certes très importantes, mais il ne faut pas négliger les autres très nombreuses façon de marquer qui contribuent grandement à la richesse du jeu.
Bref, grosse impression ! Et on est vraiment pas loin du coup de coeur.

22/11/2015 - 1 partie
Une partie de découverte à 3 joueurs.
Après ma semie-déception concernant notre partie de découverte de Nippon, nous nous lançons dans le second What's Your Game.
Sa prise en main n'est pas plus facile que celle de Nippon, et même si les actions réalisés à notre tour de jeu sont simples, les implications de chacune d'elles sont nombreuses, à la fois pour nous et pour nos adversaires.
Le jeu peut donc paraître un peu difficile à apprivoiser, et les plus calculateurs auront de quoi se faire plaisir, quitte à grandement ralonger les parties.
Mais attention car Signorie est plus subtil qu'il n'y paraît. On s'est focalisé sur nos objectifs de collecte de tuiles pour finalement se rendre compte que plusieurs d'entre eux ne pourraient être réalisés, les places disponibles sur les villes venant à manquer. Sans même parler du hasard de la pioche des tuiles elles-mêmes.
Si nous avions su cela dès le départ, nous aurions sans doute géré nos actions différemment. Il y a donc un côté course essentiel sur les objectifs, mais aussi une optimisation de nos actions pour aller conquérir efficacement des points de victoire d'autres façons.
Les auteurs ont même proposé une variante pour ceux qui se sentent frustrés lorsqu'il n'y a plus de place dans les villes, mais la version de base me paraît plus logique et plus tendue comme l'a d'ailleurs indiqué l'auteur, donc nous avons décidé de ne rien changer.


Verdict

J'attendais surtout Nippon et finalement, c'est Signorie auquel j'ai le plus rapidement accroché. J'ai été séduit par le bon équilibre entre la contrainte et la liberté qu'il nous laisse dans le développement de notre jeu.
D'un côté on a droit à 1 seul dé par couleur, sa valeur détermine le coût à payer, et elle ne doit pas être trop élevée pour gagner le bonus de fin de tour. De l'autre, les assignements et les assistants permettent de contourner partiellement ces limites. Et surtout, avec les assistants, on est libre de construire notre jeu comme on le souhaite. C'est à nous de choisir les actions bonus dont nous souhaitons bénéficier régulièrement, selon la stratégie que l'on souhaite mettre en oeuvre. Le principe rappelle un peu les bonus sur les cartes à ZhanGuo.

Mais attention, car dans Signorie on ne se développe pas dans son coin, en essayant d'optimiser ses combos sans trop se soucier des autres. L'interaction est permanente et porte sur les éléments centraux du jeu : les dés et les tuiles Alliance. Ces dernières sont peu nombreuses à chaque tour et elles sont piochées au hasard. Il ne faut donc pas trop laisser passer sa chance, c'est pourquoi l'ordre du tour est souvent essentiel.

Enfin les sources de points de victoire sont variées et même si les tuiles Alliances sont importantes, l'avancement sur les pistes de carrières, la piste d'initiative, les mariages et certains assistants peuvent l'être tout autant.

Signorie est donc une belle réussite, alliant avec beaucoup de maîtrise, stratégie, optimisation et interaction.
Il s'agit par contre d'un jeu relativement exigeant, dominé par sa mécanique, auquel il n'est pas vraiment possible de jouer à la légère.


Le meilleur jeu de dés depuis Bora Bora.



Interaction

Règles

Matériel


Tendu.
Liberté d'action.
Interactions.
Très mécanique.