Lorenzo il Magnifico

LORENZO IL MAGNIFICO

Jeu deFlaminia Brasini
Virginio Gigli
Simone Luciani



cartes
dés
ouvriers
2 à 4 joueurs
à partir de 12 ans
60 à 120 mn
Edition Cranio Creations   2016
Impact de la langue : non










DescriptionParties

Présentation du Jeu

Lorenzo est proposé dans une boîte rectangulaire de format habituel (Council of Four, Auf den Spuchen von Marco Polo), et contient le matériel suivant :

  • Un plateau de jeu plié en 4 sur lequel sont représentés :
    • 4 tours de 4 étages chacune sur lesquelles seront disposées les cartes de développement (Une tour par type de cartes).
    • Une échelle de foi, une échelle militaire, et l'habituelle échelle de points de victoire en bordure du plateau.
    • Différentes cases d'action.
  • 96 cartes de développement, 24 de chacun des 4 types : territoire, bâtiment, personnage, investissement.
  • 16 cylindres représentants les membres de famille des joueurs (3 de sa couleur et 1 neutre par joueur),
  • 12 cubes d'excommunication (3 par joueur),
  • 16 disques (4 par joueur) utilisés comme marqueurs de points de victoire, de force militaire, de foi et d'ordre du tour,
  • 20 bois,
  • 20 pierres,
  • 23 assistants,
  • 21 tuiles excommunication (7 par période),
  • 4 plateaux individuels,
  • 4 tuiles de bonus, imprimées recto-verso,
  • 3 dés (1 blanc, 1 noir, 1 orange),
  • des pièces de monnaie,
  • 20 cartes Leader, pour l'extension.
Avant la première partie, des auto-collants représentant les 3 dés (blanc, noir et orange), doivent être placés sur les cylindres colorés (membres de famille). Sur les cylindres neutres, ce sont des auto-collants représentant un dé de valeur 0.

Chaque joueur reçoit un plateau individuel, une tuile de bonus, 2 bois, 2 pierres, 3 assistants, les cylindres membre de famille et cubes d'excommunication de sa couleur et place ses disques sur les différentes échelles de points et d'ordre du tour.
Le premier joueur reçoit en plus 5 pièces de monnaie, le second 6, le troisième 7 et le quatrième 8.
Enfin 3 tuiles d'ex-communication sont tirées au sort (1 par période), et sont installées sur le plateau, juste au-dessus de la piste de foi.


Déroulement d'une Partie

Une partie de Lorenzo il Magnifico se joue en 3 périodes composées chacune de 2 tours, comportant les phases :

  1. Mise en place
  2. Actions
  3. Vatican (tours 2, 4 et 6 seulement)
  4. Fin de tour

Au début de chaque tour, les cartes restant sur les tours sont retirées et remplacées par de nouvelles. Puis le premier joueur lance les 3 dés. Ils déterminent les valeurs des 3 membres de famille colorés des joueurs. Le dernier membre de famille est de couleur neutre, et toujours de valeur 0.

Dans l'ordre du tour, les joueurs placent l'un des membres de leur famille sur l'une des cases disponibles :

  • La valeur du membre de famille doit être au moins égale à la valeur du dé représenté sur la case.
  • Il ne peut y avoir qu'un seul cylindre par couleur de joueur sur chaque tour.
  • Si une tour est déjà occupée, il faut maintenant payer 3 pièces pour s'y placer.

Il y a 4 cases sur chacune des tours. L'étage du bas nécessite au minimum un dé de valeur 1, le second un 3, le 3e un 5 et le dernier un 7. Oui vous avez bien lu, un 7, car la valeur des membres de famille peut être augmentée en dépensant des assistants. C'est pourquoi il devient possible de placer le membre de famille de couleur neutre et de valeur 0.

Les actions
Les cases des tours permettent d'acquérir les cartes qui s'y trouvent, sous réserve de payer leur coût. A chaque type de carte correspond une fonction :

  • Les territoires : récolter des ressources.
  • Les bâtiments : transformer des ressources et gagner des points de victoire.
  • Les personnages : apporter un avantage lors de la réalisation d'une action, comme par exemple augmenter la valeur de dé ou réduire un coût.
  • Les investissements : rapporter des points de victoire en fin de partie.
  • Certaines cartes rapportent également des bonus au moment de leur acquisition.
Les autres cases action du plateau permettent de prendre des ressources, de l'argent, des assistants, de déclencher une récolte ou une production. Dans ces 2 derniers cas, la valeur du dé utilisé détermine les cartes qui seront activées.
Enfin une dernière case de capacité illimitée rapporte un privilège (gain à choisir parmi la liste indiquée sur le plateau) et une pièce, mais surtout va déterminer l'ordre du prochain tour.

Vatican et excommunication
A la fin de chaque période (tours 2, 4 et 6) on examine le niveau de foi de chacun des joueurs. Si celui-ci n'est pas suffisant, le joueur est excommunié. Il subit dès lors un handicap décrit par la tuile d'excommunication, jusqu'à la fin de la partie. Par exemple, une pénalité sur les valeurs de dés, sur les gains, etc...
Si par contre le niveau est suffisant, le joueur a le choix : subir l'excommunication ou marquer le nombre de points de victoire correspondant à son niveau de foi actuel et le redescendre à 0.

Décompte final
A la fin du 6e tours un décompte est effectué. Aux points gagnés en cours de partie on ajoute les points :

  • des territoires conquis,
  • des cartes personnages,
  • des cartes investissement,
  • de force militaire (les 2 plus forts),
  • pour les ressources collectées.
Le joueur totalisant le plus de points l'emporte.

Les Leaders

Le jeu propose une version avancée des règles qui utilise le verso des tuiles bonus et les cartes Leader.
4 cartes sont distribuées à chaque joueur, puis un draft est effectué avant le début de la partie. Les leader peuvent être joué à n'importe quel moment du tour d'un joueur, dès qu'il remplit la condition indiqué. Il peut maintenant profiter du gain proposé par son Leader (une fois par tour en général). A défaut, il est également possible de défausser une carte leader pour gagner un privilège.

Parties jouées : 7
Parties commentées : 7

08/05/2017 - 2 parties
2 nouvelles parties à 3 joueurs, et cette fois nous avons joué avec les Leaders.
La physionomie de ces 2 parties a été très différente de celle de samedi dernier. Le choix des Leaders par le draft initial n'est pas évident et bon nombre d'entre eux paraissent irréalisables. Pourtant lors de ces 2 parties, j'ai réussi à jouer mes 4 leaders, dont certains beaucoup plus rapidement que je ne l'avais imaginé. Par contre, j'ai du pour cela modifier fortement ma façon de jouer, afin de parvenir par exemple à cumuler 15 assistants, 18 pièces, ou encore 5 cartes jaunes. Mais ensuite je dois reconnaître que le jeu m'a semblé beaucoup plus facile, à tel point que je suis même allé jusqu'à subir volontairement 2 excommunications pour parvenir à attendre le maximum de la piste de foi.
Mes adversaires par contre, ont plutôt ressenti les leaders comme une contrainte les empêchant de développer leur jeu habituel.
Ce qui est clair c'est qu'ils apportent bien le véritable renouvellement du jeu, bien plus encore que les pénalités de l'excommunication.

06/05/2017 - 1 partie
Nous revenons pour la première fois cette année sur Lorenzo, encore une fois à 3 joueurs.
Pour une reprise, nous décidons de jouer sans les Leader. En effet, ils ne sont pas équilibrés et un mauvais choix lors du draft de départ peut faire basculer la partie. Nous en avions déjà fait l'expérience. La contre-partie est que nous perdons ce qui apporte le plus gros renouvellement au jeu,et ouvre de nouvelles possibilités stratégiques.
Résultat, la partie a été largement gagnée par celle qui a joué une stratégie force militaire + territoires (cartes vertes), laissant ses poursuivants à plus de 25 et 40 points.
J'avoue être toujours un peu partagé sur le jeu qui est particulièrement contraignant vis à vis de notre développement et manque un peu de renouvellement au niveau des cartes développement. De plus mes expériences avec les Leader ne m'ont pas non plus pleinement convaincu jusqu'ici, mais il faudra que je leur redonne une chance prochainement.

20/11/2016 - 1 partie
Nous revenons un peu sur Terre avec une partie à 3 joueurs, dont 1 qui découvrait le jeu. Nous avons joué sans les leaders, pour une partie qui a duré un peu moins de 3h.
Lorenzo est un jeu qui s'explique relativement vite, basé sur une mécanique classique de pose d'ouvriers. La seule véritable originalité vient de la gestion de la foi, qui peut conduire à des pénalités. J'en ai d'ailleurs fait les frais lors de cette partie, ayant été excommunié lors de la seconde période. Mon handicap pour le reste de la partie sera de devoir payer le double d'assistants pour augmenter la valeur des dés. Heureusement mon jeu était construit sur des cartes de valeurs modérées, ce qui m'a permis de limiter les dégâts. Et grâce à une bonne combinaison récolte/production me faisant gagner 6 PV et le manque de foi de madame en fin de partie, je parviendrai à l'emporter de peu.

06/11/2016 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs, dont 1 qui découvrait le jeu. Nous avons une nouvelle fois utilisé les leaders, mais sans doute à tord. En effet, ils ne sont pas équilibrés les uns par rapport aux autres, aussi le choix lors du draft peu s'avérer délicat pour quelqu'un qui ne connaît pas le jeu. Résultat l'un de nous s'est retrouvé avec 2 leaders relativement simples, qui lui ont permis de profiter d'avantages qui l'ont sans doute bien aidé à l'emporter. Comme quoi il n'est pas inutile même pour des joueurs expérimentés d'effectuer 2 ou 3 parties avec la version de base avant d'envisager ajouter les leaders.
Pour le reste, le jeu fonctionne toujours aussi bien. Les choix sont difficiles, la concurrence réelle et jamais anodine. L'ordre du tour est donc souvent très important pour s'assurer d'obtenir ce que l'on veut.
Enfin l'excommunication est toujours difficile à éviter, j'en ai d'ailleurs fait les frais sur 2 des 3 périodes. Cependant il ne faut pas croire que les malus accablent des joueurs à la traîne. Ils sont bien pensés, car éviter l'excommunication est souvent très contraignant. L'ignorer permet d'optimiser sa stratégie, et donc de gagner des points en plus.

04/11/2016 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs, avec Christophe Dien alias Zuton qui découvrait le jeu.
Nous avons utilisé les Leader cette fois. Cela ne complique pas vraiment le jeu mais l'oriente un peu si on souhaite profiter de leurs pouvoirs assez rapidement. 6 tours de jeu ça passe vite, et remplir leurs conditions d'activation n'est pas facile. Le draft pour les choisir est d'ailleurs le bienvenu tant certains ont des conditions d'activation qui paraissent bien difficiles à satisfaire.
Pour le reste, le jeu tourne comme une horloge, avec un peu plus de contraintes à 3 qu'à 2, les tours étant plus vite occupées. L'argent devient donc plus important, et devrait être capital à 4 joueurs si l'on ne veut pas gaspiller nos membres de famille.

01/11/2016 - 1 partie
Une partie de découverte à 2 joueurs.
Dès la lecture des règles, on se trouve en terrain connu. Du placement d'ouvriers représenté chacun par un dés qui détermine les actions qui pourront être effectuées. Mais ici, la valeur du dé est la même pour tous. On est en confiance et il ne nous reste qu'à comprendre l'iconographie, ce qui ne pose pas vraiment de problème.
Avec un membre de famille à placer par tour, le jeu est dynamique et la variété des cartes permet d'entrevoir de belles combos. L'interaction vient de la concurrence pour les places des membres de famille et l'acquisition des cartes, avec une épée de Damoclès qui pèse sur chacun si la progression sur l'échelle de foi n'est pas suffisante : l'excommunication.
En résumé, je ne saurais encore dire s'il est "Magnifico", mais ce Lorenzo nous a fait une très bonne première impression.


Verdict

Lorenzo il Magnifico reprend les grands principes des jeux de pose d'ouvriers avec une belle efficacité et un dosage privilégiant la frustration sur le développement. Il y a 6 périodes et nous pourront jouer un total de 24 actions qu'il va falloir rendre les plus rentables possible. Mais histoire de compliquer un peu la mise en place de nos stratégies et de casser la linéarité qui pourrait résulter du manque de renouvellement des cartes développement, l'excommunication nous menace, et les leaders viennent nous aider.
L'excommunication n'est pas une contrainte accessoire que l'on peut gérer à la marge de notre stratégie générale. Il n'y a que peu de cartes permettant de monter notre foi, et il nous est arrivé régulièrement qu'un joueur au moins soit excommunié, subissant ainsi une pénalité pour le restant de la partie.
Cependant, l'ex-communication n'est pas synonyme de défaite. C'est un handicap, mais les actions effectuées à la place de celles permettant de monter sa foi peuvent s'avérer très rentables et certaines pénalités peuvent parfaitement se gérer. Il m'est arrivé de gagner bien qu'ayant été excommunié à plusieurs reprises.

L'extension "Leaders" proposée en fin de règle apporte le vrai renouvellement du jeu. Les leaders sont variés et ne sont pas du tout équilibrés ni dans leurs pouvoirs ni dans ce qu'ils apportent. Leur choix s'effectuant par draft, il est donc indispensable de connaître le jeu pour bien les sélectionner et les jouer. Ils changent considérablement le jeu, nous obligeant à focaliser sur une stratégie souvent très déséquilibrée, comme par exemple un type de cartes développement. Mais bien exploités, ils nous facilitent le jeu.

Comme tout bon jeu de placement d'ouvrier, Lorenzo est fluide et agréable à pratiquer. Le fait que les dés soient communs et que toutes les cartes soient proposées à l'achat sans exception permet de limiter l'influence du hasard. Mais du coup il est dans sa version de base, moins varié que d'autres jeux du même style. Heureusement les Leaders corrigent ce problème, même si à titre personnel je garde une petite préférence pour les personnages de Auf den spuren von Marco Polo.

Encore un bon jeu de pose d'ouvriers.

Complexité
38%
Matériel
72%
Règles
96%
Ambiance
48%
Relativement simple.
Beaucoup d'interactions.
L'excommunication.
L'apport des Leaders.

Renouvellement limité.