Poseidon

POSEIDON

Jeu de

Helmut Ohley
Leonhard Orgler

2 à 5 joueurs
à partir de 12 ans
90 à 120 mn
Edition  Lookout Games  2010
  
Impact de la langue : peu

18XX - antiquité - bateau - développement - gestion












DescriptionParties

Présentation du Jeu

Poseidon est proposé dans une boîte rectangulaire de format standard (Snowdonia, Le Havre). Elle contient :

  • Un plateau de jeu plié et 6 et représentant la Grèce et la mer Égée, terrain du développement de nos Nations. On y trouve également des informations d’aide de jeu, une piste de prestige et une piste de tours.
  • 30 cartes Bateau,
  • 6 cartes spéciales,
  • 8 cartes Roi,
  • 1 carte de premier joueur,
  • 8 plateaux de Nation,
  • 160 disques de « Potentiels » aux couleurs des 8 Nations,
  • 8 Bateaux d’exploration (1 par couleur de Nation),
  • 8 marqueurs de prestige (1 par couleur de Nation),
  • 8 marqueurs « High Culture » (1 par couleur de Nation),
  • 8 marqueurs de nouveau port d’attache,
  • 1 marqueur blanc de ligue de Délos (Delian League),
  • 1 marqueur de tour,
  • 24 billets de chacune des valeurs 1,2,5,10,20,50,100,500 (que nous avons avantageusement remplacé par des jetons de poker lors de nos parties).
Selon le nombre de joueurs, chacun reçoit de 400 à 780 drachma pour commencer la partie.


Déroulement d'une Partie

Une partie de Poseidon est une alternance de tours Marchand (5) et de tours d’Exploration (11), précédés par un tour unique de Poseidon.
En parallèle de ces tours d’actions, le jeu se déroule sur 4 Phases déterminées par l’évolution des bateaux disponibles.

Tour de Poseidon
Les joueurs achètent des cartes spéciales. Ces cartes définissent des revenus que pourront percevoir les joueurs, ainsi qu’un pouvoir à usage unique durant la partie.

Tour Marchand : Il y en a 5 dans la partie.
En commençant par le premier joueur et en poursuivant en sens horaire jusqu’à ce que tous les joueurs aient passé consécutivement, le joueur actif peut :

  • Effectuer exactement 1 achat parmi 2 possibilités :
    • Fonder une Nation (en devenir Roi)
    • C’est à dire, prendre le plateau avec l’ensemble des éléments d’une Nation et la carte Roi correspondante. Le joueur décide du niveau initial de prestige de sa Nation ainsi que le nombre de Marchands (= licences commerciales) qu'il met en jeu dans la case "Merchants". Ce nombre doit être impair, au moins égal à 5, et le joueur doit obligatoirement en acquérir plus de la moitié (payés à la banque).
      La Nation reçoit de la banque une somme égale à son niveau de Prestige par Marchand mis en jeu.
      Il faut bien distinguer l’argent de chaque Nation de l’argent des joueurs. Par exemple, si un joueur décide de mettre en jeu 5 Marchands d’une Nation dont il a fixé le prestige initial à 80, la Nation reçoit 400 drachma de la banque et le joueur doit acheter au moins 3 Marchands, pour un coût de 240 drachma, payé à la banque.
    • Acheter 1 pion Marchand du Pool. Chaque Marchand est acheté à un prix égal au niveau de Prestige de la Nation.
  • Vendre des Marchands (qui retournent dans le pool). Le prix de chaque marchand est égal au niveau de Prestige de la Nation correspondante.
  • Passer.
  • Un joueur qui a passé peut jouer lorsque son tour revient si les autres joueurs n’ont pas tous passé également.
Lorsque tous les joueurs ont passé consécutivement, le tour de Marchand est terminé.

Tour d’Exploration : Il y en a 11 dans la partie
Les joueurs peuvent choisir entre recevoir les revenus indiqués sur les cartes spéciales (le montant dépend de la phase en cours), ou jouer leurs cartes et les retirer du jeu. Puis les rois peuvent prélever de l’argent à leur Nation pour l’ajouter à leur richesse personnelle.

Enfin, dans l’ordre de la piste de Prestige, les Nations agissent :

  1. Déplacer le bateau d’exploration et établir des comptoirs :
    Le nombre de cases dont peut se déplacer le bateau est égal au numéro de la phase en cours. Des comptoirs peuvent être établis sur les emplacements libres (ronds blancs) parcourus. Il ne doit pas y avoir un nombre de comptoirs supérieur au numéro de la phase en cours, et chaque Nation ne peut avoir plus d’un comptoir par case.

  2. Décider si la Flotte de la Nation sort :
    • Si elle ne sort pas, la Nation gagne de 100 à 400 drachma, selon la phase en cours.
    • Si elle sort, on calcule le revenu qu’elle génère. Il est égal à la somme des valeurs écrites dans les cases parcourues par la Flotte. Le nombre de cases que la Flotte peut parcourir est égal à la somme des portées de tous les bateaux de la Nation et le parcours effectué est choisi par le roi.
      Enfin, chaque joueur reçoit de la banque le revenu calculé pour chaque Marchand de la Nation en sa possession.

  3. Acheter des bateaux.
L’achat du premier bateau 4, 6 et E déclenche le passage en Phase 2, 3 et 4. Cela modifie la capacité de déplacement des bateaux d’exploration, les revenus perçus lorsque la flotte ne sort pas, et rend obsolète les plus anciens bateaux, qui doivent être défaussés.

Après la dernière phase d’Exploration, les joueurs calculent le total de leur fortune. Pour cela, ils ajoutent à leur argent actuel, celui de la revente de tous leurs Marchands. Le joueur le plus riche gagne la partie.

Parties jouées : 3
Parties commentées : 3

26/05/2019 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs.
Je décide cette fois de ne pas fonder immédiatement une Nation, mais de m’approprier le plus possible de marchands de mes adversaires. Mes tours de jeu sont plus simples et rapides, et je reçois tout de même des revenus. Mais cette configuration me donne l’impression d’être plus spectateur que joueur...
Je ne tarderais donc pas trop à me lancer, mais malheureusement à cause d’un mauvais choix de ma part, je me retrouve rapidement en conflit de territoire avec une autre Nation. J'avais oublié qu'il ne pouvait pas y avoir plus d'un marchand par case en Phase 1. Mon développement s’en trouve ralenti et mes revenus stagnent. Je devrais attendre le passage en Phase 2 pour enfin commencer à en profiter.
Nous avions peu de Nation en jeu et personne ne s’est rué sur les bateaux ce qui n’a pas fait avancer les phases de jeu très rapidement. La partie s’est d'ailleurs terminée en phase 2 et nos revenus n'ont pas vraiment décollé.
Le vainqueur a été celui qui a démarré des Nations plus prestigieuses. Il a bénéficié essentiellement d’une meilleure progression sur l’échelle de prestige (10 puis 20 par case, alors que celles commencées plus bas sont à 5 puis 10 par cases).
La partie a donc été très différente dans son déroulement, mais pas vraiment dans sa conclusion. Et sa durée est restée très raisonnable (2h30-3h).

19/05/2019 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs, dont 1 qui découvre le jeu.
J'avais envie de créer la surprise en ne prenant pas de Nation dès le début, mais en investissant dans celles de mes adversaires. Mais le hasard a décidé que je serais 1er joueur, ce qui a un peu gâché l'effet de surprise. Du coup je craque et décide de fonder une Nation à faible prestige, avec l’intention d’en créer plus tard une seconde avec un prestige bien plus élevé, afin notamment d’acquérir des bateaux performants.
J'y parviendrais mais mon optimisation n'aura pas été très bonne. Mes adversaires, l'un avec des Nations à bas prestige, l'autre des prestiges systématiquement plus élevés, s'en seront mieux sorti. Difficile de dire ce qui a vraiment fait la différence, si ce n'est que nous n'avons pas assez pris garde à la monté en prestige d'une Nation dont le roi fondateur a accumulé les Marchands au fil des tours.
D'une façon plus générale, nous avons sans doute encore été un peu trop frileux, privilégiant les investissements dans nos Nations plutôt que dans celles des autres. Pas facile de devenir un brillant gestionnaire...

18/05/2019 - 1 partie
Une partie de découverte à 3 joueurs.
Il s’agit de mon 1er 18XX, ce type de jeux retraçant habituellement le développement de compagnies ferroviaires durant les années 1800. Les principaux mécanismes sont transposés ici avec des bateaux à la place de trains et des Nations à la place des sociétés.
Mais surtout, Poseidon propose une règle courte et plus accessible que celles de la plupart des autres jeux du genre. Malheureusement, elle a aussi le travers de ne pas présenter beaucoup d’exemples et de laisser planer quelques doutes à propos de certaines situations qui n'ont pas manqué de se présenter. Du coup, malgré 2 lectures de règle et la traduction d’une aide de jeu avant de commencer la partie, nous avons dû perdre un peu de temps à chercher des éclaircissement parmi les FAQ et autres aides présentent sur boardgamegeek.
La partie a donc été longue, 6h. On s’y attendait un peu, mais à 3h du matin, la fatigue se fait sentir sur nos capacités en calcul mental. Les 18XX sont des jeux comptables, et Poseidon n'échappe pas à cette règle.
Nous n’avions pas de stratégie prédéfinie et nous sommes laissés porter par le jeu pour cette première. Nos scores proches en sont le reflet. Mais je ne suis pas certain que la seconde partie soit très différente, tant il me paraît difficile pour le moment d’envisager une stratégie.


Verdict

Pour être tout à fait transparent, lorsque j’ai acheté Poseidon lors de sa sortie en 2010, je n’avais pas vraiment prêté attention au style du jeu. C’était jeu Lookout, et à cette époque ils enchaînaient les succès. Ce n’est donc que bien plus tard que j’ai pleinement réalisé tout le sens du 18XX figurant en gros sur la boîte. Et si pendant quelques temps je me suis dit que j’avais peut-être commis une erreur, les années passant et les photos de 18XX circulant sur internet me donnaient de plus en plus envie de tenter l’aventure. Or Poseidon constitue une bonne porte d’entrée pour découvrir les principaux mécanismes des 18XX, sans trop effrayer les « eurogamers ».

Le jeu présente l’avantage de se focaliser sur les éléments essentiels : l’évolution de la valorisation de nos Nations, de leurs parts (ici des licences marchandes), l’établissement des comptoirs, le chemin parcouru par la flotte et les changements de phases contrôlés par l’achat des bateaux. Ce sont des mécanismes clefs des 18XX, sur lesquels viennent se greffer habituellement des cas particuliers et mécanismes secondaires qui sont absents ici. C’est très pratique dans une démarche de découverte, mais la profondeur ne sera évidemment pas tout à fait la même, notamment dans la gestion du réseau. On ne peut pas tout avoir.

Pour autant, Poseidon reste assez plaisant même de façon autonome ne serait-ce que par sa durée, plus courte que la plupart des 18XX habituel. Mais c'est surtout à titre d'apprentissage qu'il est le plus intéressant, car il permet de tester des stratégies, certains leviers d'actions pour valoriser nos Nations et gêner celles de nos adversaires, et d’en voir plus rapidement leurs effets.
Mais si vous êtes assez curieux et motivés pour vous lancer dans l’aventure, il y a fort à parier que vous ne reviendrez pas très souvent dessus après avoir essayé d’autres 18XX, plus traditionnels et surtout plus profonds.





Interaction

Règles

Matériel


Un 18XX accessible
Options de développement du réseau très limités.
Répétitif
Très comptable