Carpe Diem

CARPE DIEM

Jeu de

Stefan feld

2 à 4 joueurs
à partir de 10 ans
45 à 75 mn
Edition  Alea  2018
   
Impact de la langue : non

bâtiments - placement - tuiles












DescriptionParties

Présentation du Jeu

Carpe Diem est proposé dans une boîte rectangulaire de même format que les autres jeux de la collection Alea dont il fait partie (Bora Bora, Les Châteaux de Bourgogne). Elle contient :

  • 1 plateau de jeu, plié en 4 sur lequel figurent :
    • Une zone principale avec 7 emplacements disposés en cercle et comportant chacun 4 cases.
    • Sur la gauche, 12 emplacements pour des cartes de scoring.
    • En haut, une piste de banderole, allant de 0 à 20.
    • En bas, 11 emplacements pour des tuiles bâtiment.
  • 84 tuiles bâtiment avec un dos vert clair,
  • 39 tuiles bâtiment avec un dos vert foncé,
  • 4 plateaux joueur de 6x6 cases,
  • 16 morceaux de cadre, servant à encadrer le plateau joueur,
  • 4 plateaux résumé,
  • 60 cartes de scoring,
  • 24 cartes fontaine,
  • 66 cartes points de victoire, de valeurs 1, 3, 5 10 et 25,
  • 24 pièces d'or,
  • 18 jetons pain,
  • 36 jetons banderole,
  • 4 pion Patricien, aux couleurs des joueurs,
  • 20 disques (5 par couleur de joueur),
  • 20 marchandises (5 raisins, 5 herbes, 5 poulets, 5 poissons),
  • 1 jeton 1er joueur.
Chaque joueur prend un plateau individuel, 4 morceaux de cadre qu'il assemble autour, 9 jetons banderole qu'il place sur les emplacements indiqués, 1 plateau aperçu, les 5 disques et le Patricien de sa couleur.

Les joueurs placent leur Patricien sur l'une des 7 cases qui accueilleront des bâtiments.
Les tuiles bâtiments sont regroupées selon leur dos. Les tuiles à dos vert foncées sont des terminaisons. Les tuiles à dos verts clairs contiennent de tous. 11 premières tuiles à fond vert foncé sont disposées sur les emplacements prévu au bas du plateau. Elles ne seront pas renouvelées.


Déroulement d'une Partie

Carpe Diem se joue en 4 manches identiques. Au début d'une manche, les 28 cases du plateau principal, sont remplies avec de nouvelles tuiles bâtiment. Puis dans l’ordre du tour, chaque joueur doit déplacer son personnage en suivant les lignes reliant les cases. A chaque fois, le joueur peut rejoindre 2 cases à l’opposée de sa position actuelle. Si la nouvelle case est vide, il continue ses déplacements selon le même principe. Une fois sur une case avec des tuiles, il en choisit une qu’il ajoute à son plateau.
Le premier bâtiment doit être construit sur la case sur laquelle est dessinée une pelle. Les suivants doivent toucher une tuile déjà en place et ne jamais interrompre brutalement un paysage. Si la tuile bâtiment vient recouvrir une case avec une banderole, le joueur avance son marqueur d’une case sur la piste du même nom.

Les effets des bâtiments sont résolus lorsqu’ils sont achevés, c’est-à-dire complètement entourés par de l’herbe.
Les bâtiments de production rapportent des ressources (poissons, herbes, poulets, raisins), les boulangeries du pain, les marchés permettent de vendre les ressources, etc.

Lorsque tous les emplacements du plateau principal sont vides, la manche se termine. Dans l’ordre de la piste des banderoles, les joueurs doivent tous placer un jeton à cheval sur 2 cartes de décompte, sur la partie gauche du plateau (cf 2e photo). Ces décomptes sont obligatoires, même si les joueurs ne remplissent pas les conditions leur permettant de marquer des points. Dans ce cas, ils sont pénalisés en perdant 4 points par objectif non rempli.
Si par contre un joueur rempli plusieurs fois ces conditions, il marque plusieurs fois les points. Par exemple, pour un objectif qui demande 1 marché pour gagner 3 points de victoire, si le joueur en possède 3, il marque 9 PV.

A l’issue des 4 manches, les joueurs gagnent des points supplémentaires pour :

  • les ressources et l’argent qu’ils possèdent,
  • leur position sur la piste de banderole,
  • les bâtiments qui correspondent à ceux indiqués sur le bord de leur plateau individuel,
  • leurs cartes fontaines,
  • le nombre de cheminées figurant sur l’ensemble des villas achevées de leur plateau.
Le joueur totalisant finalement le plus de points l’emporte.

Parties jouées : 5
Parties commentées : 5

24/02/2019 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs.
Malgré mes piètres résultats je continue d’apprécier Carpe Diem et j’en redemande, même si je trouve tout de même le poids du hasard non négligeable.
Et encore aujourd’hui je n’aurais pas fait illusion bien longtemps. Je perds des points dès les premiers décomptes et j’aurais bien du mal à en marquer de façon conséquente par la suite. Pourtant je suis toujours bien placé (1er ou 2e) sur la piste des banderoles, ce qui me permet d’avoir encore du choix au moment de scorer les objectifs. Mais quelques erreurs dans le placement de mes bâtiments me seront une fois de plus fatales.
L’avantage c’est que j’ai encore une belle marge de progression devant moi.

13/01/2019 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs.
Ma dernière partie m’avait laissé un goût un peu amère, mais je ne veux pas m’arrêter là. Nous voici donc reparti sur ce poids moyen de Stefan Feld, dont nos parties durent maintenant entre 60 et 75mn.
Je fais donc attention à bien positionner mes tuiles de façon à ne pas me bloquer de possibilités. Les dessins sur les tuiles ne sont vraiment pas pratiques. Avec l’angle de vision et selon l’éclairage, certaines couleurs se ressemblent. Même avec l’expérience, on a vite fait de se tromper.
L’avancement sur la piste des rubans nous a semblé encore une fois essentiel, surtout pour le dernier décompte où le malheureux qui se retrouve le dernier à choisir a du perdre 8 points. Carpe Diem ne pardonne rien ! C’est frustrant, mais d’un autre côté c’est aussi motivant et ça change un peu. Et pour un jeu d’une heure, ça reste acceptable.

30/12/2018 - 2 parties
Deux nouvelles parties à 3 joueurs, dont 1 qui découvrait le jeu.
La première partie d'aujourd'hui s'est plutôt bien passée, ayant réussi a construire correctement mon jeu, notamment en parvenant à marquer tous les points de victoire de la bordure de mon plateau. Je fini second, avec un peu plus de 90 points, le vainqueur restant hors de ma portée, à plus de 100.
Pour la seconde par contre, j'ai fais quelques erreurs dans le placement de mes tuiles et là j'ai pu constater que le jeu ne pardonne pas. Quelques tours de gâchés et des bâtiments qui ne pourront pas être achevés, ça tourne vite à la correction. Je terminerais dernier avec 58 pts, soit moins de la moitié des points du 1er... Frustrant !

29/12/2018 - 1 partie
Une partie de découverte à 3 joueurs.
Nous découvrons enfin l'autre Feld de 2018. On sent bien que le point de départ est le même que Forum Trajanum, une grille de 6x6 sur laquelle on construit des bâtiments, mais que l'auteur a développé 2 orientations complètement différentes. Celle-ci est un peu plus directe mais semble très intéressante également.
Par contre l'édition est bâclée. Entre les tuiles vert clair et vert foncé qu'il faut séparer à chaque partie, la proximité de certaines couleurs de bâtiments, on s'y perd. Nous avons tous fait des erreurs à ce sujet lors de cette partie.
J'imagine qu'après 2 ou 3 parties, on fait plus attention, mais c'est tout de même dommage de la part d'un éditeur comme Alea/Ravensburger.


Verdict

On sent une certaine parenté entre Carpe Diem et Forum Trajanum. Les 2 jeux proposent en effet de construire des bâtiments sur une grille de 36 cases (6x6) et offrent des systèmes de décomptes très abstraits, comme souvent chez Feld. Mais leurs mécanismes principaux n’ont vraiment rien à voir et ils apportent des sensations de jeu très différentes.

Carpe Diem est plus direct que Forum Trajanum, avec une opposition franche entre les joueurs, à la fois lors de la récupération des tuiles bâtiments, mais surtout lors du choix des décomptes. Ces derniers sont ici obligatoires et punitifs si les joueurs ne satisfont pas les conditions demandées. Et comme les marqueurs restent en place sur les cartes décompte, les possibilités diminuent à mesure que la partie avance, augmentant par la même occasion la tension autour de la table. L’ordre des joueurs sur la piste des banderoles devient alors capital.
Tout cela est assez inhabituel, et n'est sans doute pas le meilleur moyen pour se faire des amis, mais il faut avouer que c’est excellent d’un point de vue ludique, en nous offrant de réelles possibilités de jouer contre nos adversaires et pas uniquement pour nous-mêmes.

On apprécie également l’effort de Stefan Feld pour limiter le hasard de la pioche. Ainsi les 2 types de tuiles bâtiments (dos clairs et dos foncés), permettent de maximiser nos chances de clôturer nos bâtiments lors de la 4e manche. Le choix des couleurs n'est par contre pas très judicieux et devrait heureusement être revu pour les prochains tirages.
Enfin comme toutes les tuiles seront utilisées à chaque partie, avec l'expérience la gestion de notre domaine devient plus efficace.

Alors même si l’ensemble à moins de panache qu’un Château de Bourgogne, ou qu’un Bora Bora, le jeu fonctionne remarquablement bien et démontre que Stefan Feld n'a rien perdu de sa créativité.


Un condensé de Feld en 60mn.



Interaction

Règles

Matériel


Les objectifs obligatoires.
Totalement abstrait.
Édition un peu bâclée.