Une Colonne de feu

UNE COLONNE DE FEU

Jeu deMichael Rieneck



commerce
religion
2 à 4 joueurs
à partir de 12 ans
90 mn
Edition Iello   2017
Impact de la langue : peu










DescriptionParties

Présentation du Jeu

Une colonne de feu est proposé dans une boîte carrée de format habituel (Un monde sans fin, Die säulen der erde, ...). Elle contient :

  • un plateau de jeu plié en 4, qui représente l'Europe vue depuis l'Angleterre, avec simplement 4 villes :
    • Kingsbridge (Angleterre)
    • Paris (France)
    • Anvers (Pays-Bas)
    • Séville (Espagne)
    Sur chacune d'elles on trouve 6 emplacements pour des maisons de commerce et 4 pour des pions religion.
    En bas à droite du plateau figure une piste d'action et sur la partie gauche, la piste de points de victoire.
  • 52 cartes Personnage,
  • 16 cartes événement,
  • 4 cartes Religion,
  • 4 cartes Directrice (aides de jeu),
  • 4 cartes Loch Leven,
  • 56 jetons Marchandise : 14 livres, 14 minerais, 14 tissus, 14 vins,
  • 28 tuiles Privilège,
  • 16 jetons Protection,
  • 2 torches à assembler,
  • 4 pions Action, aux couleurs des joueurs,
  • 4 pions Victoire, aux couleurs des joueurs,
  • 16 maisons de commerce (4 par couleur de joueur),
  • 30 pions Religion (10 violets, 10 gris, 10 beiges),
  • 24 dés (4 noirs, 4 blancs, 4 bleus, 4 bruns, 4 oranges, 4 violets),
  • 4 croix de masquage d'actions (pour les parties à 2 joueurs),
  • 1 pion 1er joueur.

Chaque joueur prend l'ensemble des éléments de la couleur de son choix et reçoit l'une des cartes Loch Leven. Cette dernière indique sa situation de départ : jeton de protection, marchandise, placement de son jeton d'action, ainsi que positionnement religieux.
Il prend également 6 dés de couleurs différentes. 4 d'entre eux correspondent aux couleurs des pays (Angleterre, France, Pays-Bas, Espagne), le dé violet est un joker et le dé noir est celui de religion (il est lancé et placé sur la carte religion).

Les cartes personnage sont regroupées selon leur couleur et placées à côté des villes auxquelles elles correspondent. La première carte de chaque pile est retournée face visible.
Les jetons privilège, protection et les marchandises sont placés à portée de tous.


Déroulement d'une Partie

Une partie d'une colonne de feu se joue en plusieurs années, chacune composée de 2 semestres. A son tour, un joueur effectue l'ensemble des actions du semestre, puis c'est à son voisin de gauche de jouer.

Premier semestre

  • En respectant l'ordre des cartes placées devant soi (de gauche à droite), diminuer la valeur des dés de 1 puis appliquer l'effet de la carte.
  • Si la valeur du dé était à 1 :
    • S'il s'agit du dé de religion, celui-ci est relancé et le joueur peut librement choisir sa nouvelle religion (il place la carte du côté correspondant).
    • S'il s'agit d'un autre dé, la carte sur laquelle il se trouve est défaussée sans être utilisée et le dé redevient disponible.

Deuxième semestre

  1. Jeter les dés encore disponibles (ceux qui ne sont pas sur des cartes).
  2. Choisir une nouvelle carte personnage. La couleur de la carte doit correspondre à l'un des dés disponibles. Il sera placé dessus, indiquant le nombre d'années durant lesquelles la carte pourra être utilisée.
    Il place ensuite une maison de commerce dans la ville à laquelle la carte est associée, sur la case correspondant à la valeur du dé, quitte à décaler vers les valeurs inférieures, les maisons déjà en place. Enfin un jeton de la religion du personnage est placé sur la ville.
  3. Avancer son marqueur d'action sur la piste d'actions. Le marqueur est déplacé vers la prochaine case libre dont la couleur correspond à l'un des dés encore disponibles.

Conflit religieux
Lorsque 4 jetons de religion sont présents sur une ville, un conflit a lieu. Il sera résolu à la fin de l'année (donc du 2e semestre). Si une religion est majoritaire sur la ville, alors tous les joueurs ayant une maison de commerce sur celle-ci et qui ne sont pas de cette religion, sont chassés. Leurs maisons de commerce sont retirées de la ville. Les autres, marquent en points de victoire, la valeur de l'emplacement sur lequel ils se trouvent.
Dans tous les autres cas, il ne se passe rien.
Les jetons de religion sont ensuite tous retirés de la ville.

Actions
Les actions de la piste des action, mais également des personnages permettent d'acheter et vendre des marchandises, à condition de posséder une maison de commerce dans la ville, de gagner des points de victoire, des jetons de privilège, de protection, de modifier la valeur d'un de nos dés, de placer ou retirer des jetons de religion, etc.

Événements
Parmi chacune des piles de cartes personnage se trouvent 4 événements. Lorsque l'une d'elles est révélée (1 max/tour), elle est immédiatement résolue. La plupart ont des conséquences négatives pour les joueurs, mais ils peuvent s'en prémunir en défaussant un jeton de protection.

Fin de partie
La partie s'achève à la fin d'une année où un joueur a cumulé au moins 50 points de victoire. Celui qui est finalement le plus avancé sur la piste de score à la fin de l'année l'emporte.

Parties jouées : 5
Parties commentées : 4

17/12/2017 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs.
Avec les nouveau jeu rapporté d'Essen, nous l'avions un peu laissé de côté, mais finalement ce nouveau jeu de Michael Rieneck est sans doute plus original que Merlin.
La reprise en main n'est pas trop difficile, mais l'optimisation demandée n'est pas appréciée par tout le monde autour de la table. C'est dommage car pour ma part j'ai plutôt apprécié cette partie.

15/10/2017 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs dont 1 qui découvrait le jeu.
Les sensations lors de nos différentes parties restent à peu près les mêmes. Beaucoup d'éléments sont aléatoires et il n'est pas possible de tout contrôler. Parfois ce sont les événements qui font mal, surtout lorsqu'ils permettent à un adversaire de marquer 5 ou 6 avec son dé de religion alors que le notre est à 1. Parfois c'est l'ordre d'arrivée des personnages, et surtout leur alignement religieux qui déclenche un conflit au mauvais moment.
Le jeu reste néanmoins agréable de part sa fluidité, même s'il est assez répétitif, et les écarts entre joueurs sont toujours assez faibles en fin de partie, ce qui semble témoigner d'un bon équilibrage.

13/10/2017 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs.
Cette fois je joue plus agressif, dans le sens ou je prends des personnages qui me permettent d'ajouter ou retirer des jetons de religion. Je m'arrange ensuite pour avoir la religion minoritaire, et en combinant bien les pouvoirs de mes personnages avec les autres actions, cela me permettra à plusieurs reprises de déclencher des conflits à mon avantage. Seulement, pendant que je gère la religion, mes adversaires vendent leurs marchandises, et finalement je serais un peu à la traîne au décompte final.

07/10/2017 - 1 partie
Une partie de découverte à 3 joueurs.
On retrouve une peu l'ambiance des autres jeux basés sur les romans de Ken Follet, avec des problématiques de collecte et vente de marchandises, dans un contexte religieux assez tendu. La religion est un élément clef ici, puisque pour gagner des points il faut avoir la religion qui convient au moment où se déclenche un conflit.
Une colonne de feu est donc un jeu à 2 facettes. D'un côté la collecte et la vente et de l'autre l'influence pour faire basculer les majorités religieuses.
Cela pourrait être simple, s'il n'y avait pas le mécanisme des dés qui pilote à la fois les recrutements et les actions possibles. C'est assez malin et plutôt original, nous obligeant à un peu de planification.
Pour autant tout cela reste un peu mécanique et répétitif.


Verdict

On s'en rend vite compte à la lecture de la règle, une colonne de feu est un jeu très mécanique. On respecte étape par étape ce qui doit être fait, on lance nos dés, on réduit leur valeur on applique les effets, etc, comme cela est indiqué sur la carte directrice. Ça ne contribue pas vraiment à nous immerger dans l'ambiance du roman de Ken Follet. Pourtant on sent les efforts de l'auteur pour essayer de restituer des éléments clefs : les conflits de religion, les jeux d'influence.

Cette mécanique ultra présente est néanmoins assez originale. Au fil du jeu nous allons devoir gérer avec attention nos dés pour conserver un minimum de choix dans nos actions. Si d'un côté il est confortable d'utiliser un certain pouvoir à de nombreuses reprises, il est important d'avoir toujours du choix dans la réalisation de nos actions et par conséquent d'avoir plusieurs dés toujours disponibles.

Mais dans Une colonne de feu, le plus important est sans doute la gestion de la religion. Savoir en changer au bon moment, provoquer des conflits pour affaiblir nos adversaires, les empêcher de vendre certaines marchandises et de marquer des points.
Tout est sur la table, on sait à l'avance quels sont les prochains personnages à recruter et par conséquent les prochains jetons de religion qui seront ajoutés à chaque ville. On connaît également la religion de chacun des nos adversaires et les pouvoirs de leurs personnages. Seuls les jetons privilège peuvent réserver quelques surprises.

Au final, Michael Rieneck réussit avec une colonne de feu, à nous offrir un jeu d'opportunisme assez original et malin, parfaitement dans la continuité de Les Piliers de la Terre et Un Monde sans Fin, mais un peu froid, malgré une interaction omniprésente.

Un jeu de dés original, mais un peu froid, malgré un thème bien présent.

Complexité
38%
Matériel
72%
Règles
96%
Ambiance
48%
L'utilisation des dés
Interactions

Répétitif
Aléatoire