Viticulture Essential Edition

VITICULTURE ESSENTIAL EDITION

Jeu de

Morten Monrad Pedersen
Jamey Stegmaier
Alan Stone

1 à 6 joueurs
à partir de 13 ans
45 à 90 mn
Edition  Stonemaier Games  2015
  
Impact de la langue : oui

cartes - ouvriers - vin
Prenez le contrôle d'une exploitation viticole, choisissez les cépages que vous souhaitez exploiter et produisez les vins qui vous rapporteront le plus de points de victoire.












DescriptionParties

Présentation du Jeu

Viticulture est proposé dans une boîte rectangulaire, de format original (un peu plus large et plus profond que Carcassonne ou encore Cacao). Elle contient :

  • Un petit plateau de jeu, plié en 4 imprimé recto-verso (un côté en anglais, l'autre en allemand),
  • 6 plateaux individuels d'exploitation viticole,
  • 42 cartes cépage (vertes),
  • 36 cartes commandes (violettes),
  • 38 cartes visiteur d'été (jaunes),
  • 38 cartes visiteur d'hiver (bleues),
  • 18 cartes champs (6 de chaque valeur : 5, 6 et 7),
  • 24 cartes Automne (pour le jeu en solo),
  • 36 cartes Mama & Papa,
  • 30 meeples ouvriers (5 par couleur) aux couleurs des joueurs,
  • 1 meeple ouvrier neutre, gris,
  • 6 grands ouvriers aux couleurs des joueurs,
  • 50 jetons grappe, transparents,
  • 6 pions d'ordre du tour, en forme de coq,
  • 6 marqueurs de score,
  • 6 marqueurs de paiement résiduel, en forme de bouteille,
  • 48 structures en bois (8 différentes pour chaque couleur),
  • 72 pièces de monnaie de 1, 2 et 5£,
  • 1 marqueur de premier joueur, en forme de grappe de raisin.

Chaque joueur prend un plateau, l'ensemble des structures, le marqueur de score, ceux d'ordre du tour et de paiement résiduel de sa couleur, 3 cartes champs (1 de chaque valeur).


Déroulement d'une Partie

Une partie de Viticulture se joue en un nombre de tours variable, chaque tour correspond à une année au cours de laquelle les joueurs vont avoir entre autre l'occasion de planter des vignes, de récolter du raisin et de produire du vin afin de remplir des commandes.
La réalisation de commandes, ainsi qu'un certain nombre d'autres événements rapporte des points de victoire. Lorsqu'un joueur en totalise au moins 20, l'année en cours est la dernière.

Le tour de jeu est donc composé de 4 saisons proposant chacune des actions spécifiques :

  • Printemps : Choix de l'ordre du tour.

  • Eté : Actions disponibles sur le plateau :
    • Piocher 1 carte cépage.
    • Planter 1 vigne. Nous avons 3 champs à notre disposition, chacun pouvant contenir plusieurs vignes tant que leur valeur totale en dépasse pas celle du champ.
    • Jouer une carte invité d'été (carte jaune).
    • Construire une structure.Elles sont parfois nécessaires pour planter certaines vignes, ou peuvent permettre de gagner des points lorsqu'on réalise des actions spécifiques. Et pour stocker les vins les plus valorisés, il est nécessaire d'étendre son cellier.
    • Vendre du raisin.
    • Gagner 2£.

  • Automne : Piocher une carte Invité (d'été ou d'automne).

  • Hiver : Actions disponibles sur le plateau :
    • Piocher 1 carte commande.
    • Récolter 1 champ. On récolte toutes les vignes du champ, en additionnant les valeurs des cépages blancs d'un côté et des rouges de l'autre. Des jetons grappe sont placés sur les valeurs correspondantes des cuves de notre plateau individuel.
    • Fabriquer jusqu'à 2 vins. Pour cela il existe 3 possibilités :
      • Passer un pion grappe de l'une des cuves vers le cellier (même valeur et même couleur de vin).
      • Utiliser 1 grappe rouge et 1 grappe blanche pour composer 1 vin rosé dont la valeur est la somme de celles des 2 grappes.
      • Utiliser 2 grappes rouges et 1 grappe blanche pour composer 1 pétillant dont la valeur est la sommes de celles des 3 grappes.
    • Livrer une commande.
    • Former 1 nouvel ouvrier. Il sera disponible l'année suivante.
    • Jouer une carte Invité d'hiver.
    • Gagner 1£.

  • Actions de fin d'année :
    • Augmenter la valeur du vin et du raisin en stock.
    • Récupérer les ouvriers.
    • Recevoir les paiement résiduels.
    • Défausser des cartes jusqu'à en avoir 7 au maximum.
    • Passer le marqueur de premier joueur à son voisin de droite.
Les joueurs qui ont construit un Yoke disposent également d'une action récolte supplémentaire sur leur plateau individuel. Elle est utilisable aussi bien en été qu'en hiver.

Viticulture est un jeu de pose d'ouvriers, par conséquent pour toute action, à l'exception de celle permettant de gagner 1£ en hiver, il n'y a qu'un nombre d'emplacements limités, et seul le grand ouvrier peut être placé sur un emplacement qui est déjà occupé.

Parties jouées : 5
Parties commentées : 5

30/07/2016 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs.
La reprise en main du jeu a été très simple malgré les 5 mois sans y avoir joué. Et mes sensations ont été les mêmes que pour les parties précédentes : pendant la partie je trouve le jeu très bon, mais lorsqu'on approche de la fin, le hasard de la pioche devient trop important et fait souvent la différence.
Viticulture est une course, mais l'un des facteurs essentiels à cette course est un peu trop aléatoire pour que le jeu soit pleinement satisfaisant.

05/03/2016 - 1 partie
Une nouvelle partie à 6 joueurs. Nous revenons ce soir sur Viticulture avec les 6 mêmes joueurs que lors de notre partie de découverte.
Première chose appréciable, malgré nos presque 2 mois sans y avoir joué, la reprise en main du jeu a été très facile. L'aide de jeu sur le plateau est suffisante, le reste étant principalement piloté par les cartes.
A propos des cartes justement... nous en avons tous eu bien plus que lors de notre première partie. Nous avons tous bien compris qu'elles sont un élément essentiel pour la victoire, peut-être même plus encore que la production des vins. C'est le côté paradoxal et un peu décevant du jeu. On aimerait que la gestion des raisins et des vins soit plus tactique et importante pour la victoire.
Enfin il faut noter que le jeu tourne vraiment bien à 6, même si la probabilité de pouvoir profiter des actions bonus est plus faible.

17/01/2016 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs, dont 1 qui découvrait le jeu.
Nous continuons d'explorer Viticulture et cette seconde partie du week-end nous confirme notre impression précédente. Le jeu est bien plus agréable à 3 joueurs. Il est dominé par les cartes et de leur bonne exploitation dépend notre réussite, bien plus que de la gestion de la production de vin. Ce fut le cas lors de cette partie qui s'est jouée à 1 point (25/24). L'autre facteur qui a été déterminant est le 3e joueur. Selon son avancement et l'ordre dans lequel il exécute ses actions, il aurait pu faire basculer le jeu dans un sens ou dans l'autre.
Au final, le jeu reste plaisant, mais un peu en dessous de ce que j'en espérais. Peut-être faudrait-il l'essayer dans une autre configuration encore ?

16/01/2016 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs.
Une semaine après notre partie de découverte à 6 joueurs, nous revenons sur Viticulture dans une configuration bien plus adaptée. Le jeu fonctionne assez bien à 6, mais il est très différent et plus lent. A 6 nous avions peu de cartes en main, à 3 au contraire, dès le 2 ou 3e tour de jeu, nous devons régulièrement défausser des cartes en fin d'année, pour ne pas dépasser la limite de 7.
On est plus actif, car on profite plus facilement des bonus et comme on a plus de cartes en main, on parvient mieux à les combiner.
Du coup, le hasard de la pioche n'est plus aussi gênant, et notre idée de piocher 3 cartes à chaque fois pour n'en garder qu'une devient inutile. Elle serait même pénalisante pour la fluidité du jeu.
Dans cette configuration, le jeu est très largement dominé par les cartes. La partie placement d'ouvrier devient presque accessoire. Du coup, la thématique est un peu moins présente et d'ailleurs, on ne réalisera qu'assez peu de commandes pour un jeu de viticulture. Elles demandent beaucoup d'actions et d'efforts au regard du nombre de points qu'elles rapportent, surtout lorsqu'elles imposent de fabriquer du rosé ou du pétillant. C'est vraiment dommage.
Un autre aspect qui nous a paru regrettable, est le peu d'impact de la valeur des vins sur notre jeu. Pourtant la gestion du vieillissement et des valeurs des vins paraît bonne, mais elle n'a jamais été un problème. Il n'y a que pour le stockage où cela nous impose d'agrandir notre cellier, c'est bien peu.
Au final, je dois avouer une relative déception. Le thème et les idées sont là, mais ça manque de profondeur. Viticulture nous a donné l'impression d'être plutôt un jeu de cartes un peu influencé par la partie pose d'ouvriers, alors qu'on aurait préféré l'inverse.

09/01/2016 - 1 partie
Une partie de découverte à 6 joueurs.
Ce n'est peut-être pas la configuration idéale pour découvrir le jeu, la partie ayant tendance à traîner un peu en longueur, environ 4h pour la nôtre, et pourtant nous ne nous sommes pas ennuyés.
Le thème est particulièrement bien exploité ce qui rend le jeu très agréable, même si la plupart des mécanismes sont classiques. Il s'agit d'un jeu de placement d'ouvriers, avec en plus des cartes à effet.
Or les cartes sont très diverses et ne sont piochées qu'une par une, renforçant le poids du hasard. Certains joueurs n'avaient en main que des cartes de cépages blancs, alors qu'ils avaient pioché des commandes de vins rouges, et inversement.
Autre point un peu regrettable, dès le début de la partie, l'un d'entre nous a bénéficié coup sur coup de 2 cartes lui permettant de gagner facilement des points de victoire. L'une pour tout joueur qui refuserait de (ou qui ne pourrait) lui donner 2£, l'autre pour tout joueur qui voudrait profiter d'un ouvrier supplémentaire à moindre coût. Nous n'avons jamais réussi à rattraper ce retard.
A 3 ou 4 joueurs, ces cartes auraient été moins puissantes...
Pour autant nous avons tous apprécié le jeu et sommes prêt à lui redonner une chance. Mais nous modifierons peut-être les actions de pioche, de façon à limiter le hasard. Piocher 3 cartes et en garder 1 (2 dans le cas du bonus) pourrait être un bon compromis.


Verdict

L'histoire de Viticulture incarne parfaitement ce que je pense de Kickstarter.
La première édition a remporté un certain succès, puis pour corriger quelques défauts et aller plus loin sur le thème, l'auteur a proposé une seconde édition légèrement modifiée et Tuscany, une grosse boîte d'extension qui améliore grandement le jeu de base, de l'avis de tous. Malheureusement Tuscany coûte le même prix que le jeu initial dont le prix était déjà plutôt élevé...
Puis finalement, suite aux conseils d'Uwe Rosenberg, une nouvelle édition, appelée "Essential" a vu le jour. Elle reprend les grandes lignes de la seconde édition et certaines idées de Tuscany.
Un éditeur expérimenté aurait sans doute permis d'éviter ces embrouilles qui finalement pénalisent les premiers acheteurs qui ont une édition "bancale", et les amateurs qui doivent débourser 2 fois le prix pour un jeu vraiment complet.

Mais revenons au jeu en lui-même, à cette "Essential Edition". Il propose un thème assez peu utilisé et fort bien intégré. On se lance avec plaisir pour planter nos vignes, vendanger et produire nos grands crus. Le système de pose d'ouvrier associé est bien conçu et parfaitement logique, même s'il n'apporte rien de bien neuf.
Cependant, ce qui est essentiel dans Viticulture, et qui va influer le plus sur notre réussite et celle de nos adversaires, ce sont les cartes. Les plus déterminantes sont les invités d'été et d'hiver. Elles permettent couramment de marquer au moins 1 ou 2 points de victoire. Et comme ce sont des cartes que l'on peut jouer par 2 lorsqu'on est le premier à effectuer l'action correspondante, cela peut aller très vite. Elles sont bien plus efficaces que les commandes pour lesquelles il faut au préalable avoir planté, récolté et transformé du raisin en vin.

C'est le principal reproche que je ferais à Viticulture. Il est largement dominé par les cartes, élément le plus aléatoire, au détriment de la partie pose d'ouvriers, gestion des vignes et des vins, pourtant très réussie.
Heureusement comme tous les joueurs piochent beaucoup, un certain équilibre statistique s'installe, du moins pour les cartes visiteurs d'été et d'hiver dès que les joueurs ont compris leur importance sur le jeu. Pour les cartes vignes et commandes, c'est un peu différent. Il faut pouvoir produire les vins réclamés dans nos commandes. Par conséquent, le hasard de la pioche des vignes et des commandes aura un impact sur notre progression. Et en fin de partie, l'arrivée d'une "bonne" commande pourra même souvent faire la différence en permettant d'atteindre ou non le seuil fatidique des 20 points.
Avec des scores aussi faibles, 2 ou 3 points suffisent à faire la différence.

En ce qui concerne le matériel, j'ai particulièrement apprécié les pions grappe, transparents qui font loupe. Les bâtiments sculptés sont également plutôt réussis mais pas toujours faciles à identifier.

Enfin il faut saluer le fait que Viticulture tourne presque aussi bien quel que soit le nombre de joueurs. Et si dans une configuration de 3 à 5 joueurs on pourra assez facilement trouver des jeux plus profonds reprenant ce type de mécanismes, à 6 joueurs ce sera sans doute bien plus difficile.
Reste maintenant à savoir si Tuscany corrige suffisamment les défauts de Viticulture pour justifier l'investissement demandé et faire de Viticulture + Tuscany une référence sur ce thème.


Un jeu de cartes et de pose d'ouvriers qui nous plonge de façon assez convaincante dans le monde de la Viticulture.



Interaction

Règles

Matériel


Exploitation du thème.
La partie gestion.
La production des vins.
Tourne bien à 6.
Hasard des cartes.
Mécanismes déjà vus.