Atelier : The Painter's Studio

ATELIER

THE PAINTER'S STUDIO

Jeu de

Nicolas Bongiu

2 à 4 joueurs
à partir de 14 ans
30 à 45 mn
Edition  AEG  2019
 
Impact de la langue : peu

dés - peinture












DescriptionParties

Présentation du Jeu

Le jeu est proposé dans une boîte carrée de format traditionnel (Scorpius Frighter, Trains, Blackout : Hong Kong)). Elle contient :

  • 4 plateaux individuels en forme de palette de peinture,
  • 1 marqueur de 1er Maître (4 PV),
  • 1 marqueur de 1er joueurs,
  • 20 jetons Inspiration,
  • 40 cartes Peinture,
  • 16 cartes Patron,
  • 60 cylindres de couleurs (15 bleus, 15 verts, 15 rouges, 15 jaunes),
  • 16 dés (4 par couleur de joueur),
  • 48 pions étudiants (12 par couleur de joueur).
7 cartes Peinture sont révélées et les cylindres sont regroupés par couleur (cf photos).

Chaque joueur prend une palette, les étudiants et dés de sa couleur, reçoit 1 jeton Inspiration et 2 cartes Patron. Il en choisit une qu’il conserve et défausse l’autre. Puis dans l'ordre inverse du tour, chacun va placer l'un de ses étudiants à côté d'un des groupes de cylindres de couleur.


Déroulement d'une Partie

Une partie d’Atelier est divisée en une succession de manches, composées chacune d’un nombre varié de tours (de 1 à 4). Au début de son tour, le joueur actif commence par jeter les dés qu’il n’a pas encore utilisé lors de cette manche. Puis il doit effectuer l’une des 2 actions suivantes :

  • Utiliser un dé de valeur quelconque pour prendre un jeton inspiration.
  • Utiliser 1 ou plusieurs dés pour effectuer des actions dépendantes de leurs valeurs :
    • 1 ou 2 : Placer l’un de nos étudiants à côté d’une des piles de couleurs.
    • 3 : Déplacer jusqu’à 1 étudiant de chaque couleur.
    • 4 : Prendre 1 pion dans chacun des groupes de cylindres de couleur où le joueur est majoritaire (ou à égalité à 4 joueurs).
    • 5 : Peindre une peinture.
    • 6 : Prendre un cylindre de la couleur de son choix.

Jetons inspiration
Ils permettent de relancer ses dés lors de son tour (en plus du 1er lancé obligatoire à chaque début de tour), de faire une action Peindre ou encore de piocher une carte Patron. Ces dernières sont des objectifs de fin de partie qui rapportent des points selon la situation finale de notre jeu (peintures réalisées, position de nos étudiants, ...).

Peindre
Lorsqu’un joueur possède suffisamment de pions des couleurs demandées sur l’une des cartes peinture, avec un dé « 5 » il peut la peindre. Pour cela il défausse ces cylindres, prend la carte et peut profiter dès à présent de son effet.
Certaines cartes sont des œuvres maîtresses. Elles sont distinguées par une étoile sur la carte. Lorsqu’un joueur peint sa 3ème œuvres maîtresses, il gagne le jeton "1er Maître" et la fin de partie est déclenchée. On termine la manche en cours, puis on en joue une dernière.
Le joueur totalisant le plus de points avec ses cartes Peinture et Patron l’emporte.

Parties jouées : 4
Parties commentées : 4

11/10/2019 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs dont 2 qui découvrait le jeu.
Les dés auront été cléments avec moi aujourd’hui, me permettant de récolter assez facilement de nombreux cylindres de couleurs et de réaliser des peintures au bon moment. Je n’aurais d’ailleurs pas eu besoin d’utiliser les pouvoirs de la plupart de mes cartes peinture.
Du coup, la partie n’a pas été désagréable, mais elle a semblé déjà jouée très rapidement. Trop pour être passionnante.

05/10/2019 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs.
Si le début de partie est un peu poussif, le temps de collecter suffisamment de cylindres de couleur, lorsque celle-ci est lancée l’ensemble devient très chaotique. Entre les jets de dés, aléatoires et les pouvoirs des cartes, on a tendance à se détacher du jeu. On attend notre tour, sans beaucoup nous intéresser à ce que font les autres avec leurs dés, et on combotte.
C’est vraiment dommage car l’esthétique est réussi et les mécanismes semblent plutôt bons. Mais le jeu ne fonctionne pas bien.

22/09/2019 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs, dont 1 qui découvrait le jeu.
Nous jouons cette fois avec les bonnes règles et l’ensemble paraît tout de suite bien plus logique et agréable. Pour autant, la valeur des différentes œuvres est parfois un peu étrange au regard de leur coût. Le pouvoir n’y est pas étranger, mais tout de même.
Le jeu est relativement fluide et la gestion des dés intéressante, mais l’ensemble paraît un peu brouillon tout de même. Ça manque de tension et le poids du hasard sur la pioche des Patrons nous pose toujours un problème.
Au final, notre impression reste mitigée. Pourtant nous avions envie de l’apprécier, tant le matériel donne envie de jouer. Mais le jeu semble trop poussif et je ne suis pas certain d'y revenir.

21/09/2019 - 1 partie
Une partie de découverte à 3 joueurs.
Nous avons fait des erreurs d’interprétation de règle lors de cette partie, notamment dans la façon d’utiliser et surtout de relancer les dés. La seconde partie devrait être plus fluide et agréable.
Cependant nous avons tout de même noté un défaut qui nous a gêné : la pioche des Patrons, beaucoup trop aléatoire.


Verdict

Le matériel est beau et donne envie de se plonger dans le thème, même si tout cela devient vite artificiel. On lance des dés pour obtenir des couleurs afin de réaliser des peintures. La gestion des dés est relativement originale, chacun pouvant jouer à son tour autant de dés qu’il le souhaite. On essaie donc de réaliser de mini-combos, en enchaînant placements et/ou déplacements d’étudiants, collectes de couleurs puis réalisations de Peintures.
Si le hasard ne nous est pas favorable, on laisse la main à nos adversaire et on espère que nos dés seront meilleurs après les avoir relancé, au prochain tour.

Cela fonctionne plutôt bien, mais l’interaction reste assez décevante, car pendant qu’on réalise nos combos de dés, il est bien difficile pour nos adversaires d’anticiper quoi que ce soit. Trop de dés et donc d'actions peuvent être joués entre 2 tours d'un même joueur.
Même avec l’action de déplacer les étudiants, on s’attache le plus souvent à faire perdre des majorités pour compliquer la collecte des couleurs, ou retarder la réalisation d'un Peinture, mais cela ne va pas très loin car on perd nous même 1 occasion de collecter des couleurs ou de réaliser une peinture. Et avec 7 toiles disponibles, si quelqu’un vient perturber nos plans, ou s'arroge la Peinture que l'on s’apprêtait à réaliser, il est assez simple de se rabattre sur une autre.

En plus du hasard des dés, que la mécanique du jeu essaie de limiter, il y a le hasard de la pioche des cartes Patron. Si en début de partie on oriente notre jeu en fonction de la carte choisie, plus tard de le jeu, leur pioche est beaucoup trop aléatoire. Peut-être faudrait-il permettre d’en piocher 2 ou 3 pour en choisir 1 ?
Enfin, les pouvoirs offerts par les toiles sont certes variés, mais ils apportent un chaos assez surprenant. On perçoit bien l’idée d’offrir là-aussi un jeu de combos, mais le résultat ne nous a pas franchement convaincu.
Ajoutez quelques ambiguïtés de règles, le manque d’exemples et de précisions sur les effets de certaines cartes, et vous avez une impression de jeu édité trop vite.


Un jeu de combos de dés avec de belles idées mais inachevé.



Interaction

Règles

Matériel


Esthétique
Thème rare
Hasard de la pioche des cartes et des jets de dés.