Orakel von Delphi

ORAKEL VON DELPHI

Jeu deStefan Feld



bateau
dés
mythologie
2 à 4 joueurs
à partir de 12 ans
60 à 100 mn
Edition Hall Games   2016
Impact de la langue : non
Zeus a décidé de se montrer généreux. Il organise une compétition dont le vainqueur sera invité dans l'Olympe et recevra un cadeau de Zeus lui-même. Cette compétition consiste à réaliser 12 travaux légendaires le plus rapidement possible.








DescriptionParties

Présentation du Jeu

Das Orakel von Delphi est proposé dans une boîte rectangulaire de format classique (Aquasphere, Luna). Elle contient :

  • 12 tuiles à assembler pour former le plateau de jeu. Ces tuiles sont composées d'hexagones de mer (bleus) et de terre (verts). La plupart des hexagone sont bordés d'un liseré de couleur.
  • 6 tuiles de cités, composées chacune de 3 hexagones, 2 de mer et 1 de terre destiné à recevoir les 3 statues de la couleur indiquée.
  • 12 tuiles Île.
  • 34 jetons Faveur.
  • 48 tuiles Zeus (12 par couleur de joueur).
  • 8 tuiles Bateau.
  • 4 tuiles Bouclier.
  • 1 figurine de Zeus, en carton.
  • 24 cubes Offrande (4 par couleur de Dieu).
  • 6 temples aux couleurs des Dieux.
  • 24 pions Monstres (4 par couleur de Dieu).
  • 18 pions statues (3 par couleur de Dieu).
  • 24 pions Dieu (6 par couleur).
  • 12 Sanctuaires (blancs).
  • 4 bateaux, aux couleurs des joueurs.
  • 12 dés de l'Oracle, à 6 faces.
  • 1 dé standard de Titan.
  • 1 dé de combat, à 10 faces.
  • 42 cartes Blessure.
  • 30 cartes Oracle.
  • 22 cartes Équipement.
  • 18 cartes Compagnon.
  • 4 aides de jeu.
  • 4 plateaux de joueur.
La construction du plateau à partir des tuiles est libre, mais une mise en place est proposée dans la règle. Il faut que tous les hexagones de mer soient connectés ensemble afin d'être accessibles par nos bateaux.
Il faut ensuite ajouter des tuiles cités, placer Zeus avec autour les bateaux des joueurs, puis sur leurs îles respectives les cubes d'offrandes, les temples, les monstres, les statues et les tuiles île.
A côté de l'espace de jeu, on dispose les cartes Compagnon, Oracle, Blessure et les équipements (les 6 premiers sont révélés).

Chaque joueur prend un plateau de jeu, un bouclier, un set de tuiles Zeus de sa couleur, 3 sanctuaires, un set de 6 Dieux, 3 dés de l'Oracle, un bateau, une carte blessure et de 3 à 6 faveurs selon sa place dans l'ordre du tour.


Déroulement d'une Partie

L'Oracle de Delphes est une course durant laquelle les tours de jeu s'enchaînent jusqu'à ce qu'au moins l'un des joueurs ait accompli les 12 travaux et soit revenu auprès de Zeus. Chaque joueur effectue l'intégralité de son tour avant de passer la main au suivant en sens horaire.
Le tour d'un joueur se compose de 3 phases :

  1. Santé : Si un joueur possède 6 cartes blessures ou 3 identiques, il en défausse 3 et passe le reste de son tour à se reposer. S'il n'en a aucune il gagne une faveur.
  2. Actions : Résolution des dés de l'Oracle (cf plus bas) et éventuellement des actions divines.
  3. Consultation de l'Oracle : Les 3 dés de l'Oracle sont relancés. Ils peuvent conduire les autres joueurs à avancer un de leur Dieux sur leur plateau individuel.
Le dernier joueur de chaque tour a également la charge de lancer le dé de Titan qui détermine la force de l'attaque subie par tous les joueurs à la fin de chaque tour. Celle-ci peut conduire certain d'entre eux à piocher de nouvelles cartes blessure.

Les actions de l'Oracle
Toutes ces actions nécessitent l'utilisation d'un dé ou d'une carte Oracle (Une seule par tour).
Certaines des actions dépendent de la couleur du dé ou de la carte, d'autres pas.

Les actions indépendantes de la couleur :

  • Piocher une carte Oracle.
  • Prendre 2 faveurs.
  • Regarder secrètement 2 tuiles île.
Les actions dépendantes de la couleur :
  • Déplacer son bateau de 3 cases maximum.
  • Combattre un monstre.
  • Explorer une île.
  • Construire un sanctuaire.
  • Charger une offrande.
  • Faire une offrande au temple.
  • Charger une statue.
  • Ériger une statue.
  • Défausser toutes ses blessures de la cette couleur.
  • Avancer le Dieu correspondant d'une rangé.
Pour toutes les actions d'exploration, de combat, d'offrande ou liées aux statues, le bateau doit se trouver sur une case voisine et la couleur du dé de l'Oracle utilisé doit correspondre au liseré de la tuile explorée, au monstre combattu, à l'offrande ou encore à la statue ciblée.
Enfin lors d'une exploration, 2 cas de figure peuvent se présenter. Soit l'île correspond à l'une de celle sur laquelle le joueur doit construire un sanctuaire (indiqué sur ses tuiles Zeus), ce qu'il fait immédiatement. Soit elle ne correspond pas, mais il gagne tout de même une récompense. Sa nature dépend du symbole grecque figurant sur l'île.

Les actions divines
La partie droite du plateau des joueurs représente une échelle sur laquelle les pions Dieux vont pouvoir grimper. Lorsqu'un pion arrive au sommet, le joueur peu utiliser le pouvoir de cette divinité lors d'un de ses tours. Le jeton est ensuite redescendu en bas de l'échelle.

A chaque fois qu'un des 12 travaux est réalisé, le joueur gagne la récompense indiquée sur la tuile Zeus correspondante, puis il la défausse.
Lorsqu'un joueur est parvenu à défausser ses 12 tuiles et ramener son bateau à côté de Zeus, la partie s'achève à la fin du tour en cours. S'il est le seul à avoir achevé son périple, il gagne la partie. Sinon, celui qui a le plus de carte Oracle, puis de faveurs, l'emporte.

Parties jouées : 3
Parties commentées : 3

25/11/2016 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs.
Nous voila reparti dans la réalisation de nos 12 travaux. Malgré un bon démarrage qui me permet d'optimiser mes premiers tours, je m'enlise ensuite à cause de mauvais lancés de dés, et d'optimisations ratées. Pendant ce temps là, l'un de mes adversaires déroule ses objectifs les uns derrière les autres et passe en tête.
Finalement, ceux qui me restent sont mal répartis et demanderont trop mouvement pour me permettre de rattraper mon retard.
Au final, j'ai l'impression d'avoir été victime de mauvais jets de dés, devant souvent dépenser des faveurs pour parvenir à mes fins. Il est probable que mon analyse de la situation de départ n'a pas été non plus très pertinente... La fatigue du vendredi soir... Et puis j'avoue que même si le jeu reste bon, il n'est pas non plus très enthousiasmant, donc ça n'a pas été une franche réussite.

06/11/2016 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs dont 1 qui découvrait le jeu.
La mise en place est toujours un peu longue, mais les éléments sont maintenant bien identifiés, donc ça devient plus raisonnable. Même à 3 la concurrence sera restée faible lors de la réalisation de nos travaux et finalement nous optimiserons nos déplacements un peu chacun dans notre coin. L'avantage principal à 3 joueurs, vient de ce qu'il y a 3 offrandes et 3 monstres par couleur, donc plus de possibilités d'optimisations.
Finalement le principal renouvellement est venu du choix de nos bateaux. Chacun d'eux nous apporte un bonus permanent durant la partie, qui conditionne un peu notre façon de jouer, même si ça reste très modéré.
En résumé, Das Orakel von Delphi c'est du solide, même si Feld a déjà été plus inspiré.

31/10/2016 - 1 partie
Une partie de découverte à 2 joueurs du dernier Stefan Feld.
La prise en main n'est pas des plus simples, à commencer par la règle structurée certes, mais pas vraiment de façon très intuitive.
La première mise en place prend un peu de temps, mais elle est clairement décrite et le matériel est bien plus esthétique qu'il n'y paraît sur les photos du jeu.
Par contre il faut s'habituer à la lisibilité du "plateau" et des actions. Tout est basé sur les couleurs et symboles, il faut donc bien les identifier pour savoir ce que l'on peut faire avec nos dés. Après quelques parties tout cela ne devrait plus poser de problème, heureusement.
Quant à celle-ci, nous l'avons joué courte, avec seulement 8 travaux au lieu de 12, comme conseillé dans la règle. Mais dans cette situation, un handicap est plus difficile à rattraper. Or comme il s'agit d'un jeu de course, être moins performant durant quelques tours se paie cache.
A 2 l'interaction est restée très réduite et je pense que le jeu devrait être plus intéressant à 4 grâce à la concurrence pour les offrandes et statues. Il y en a assez pour tous, mais il peut falloir les chercher plus loin...
A rejouer donc pour se faire une véritable idée de ce que vaut le jeu, mais ce premier contact m'a un peu laissé sur ma faim.


Verdict

Stefan Feld n'avait pas sorti de nouveau jeu depuis AquaSphere fin 2014, nous espérions donc retrouver l'auteur allemand au meilleur de sa forme cette année, avec de nouvelles idées. Malheureusement ce ne sera pas pour cette fois...
L'Oracle de Delphe est un bon jeu, c'est indéniable. Il offre des choix multiples, exploite les nombreuses possibilités des cartes et des dés. Mais il n'apporte pas grand chose de nouveau à part qu'il s'agit d'un jeu de course au lieu d'un jeu de développement classique.

Cet aspect course peut paraître anodin, mais il change tout de même la façon d'aborder le jeu. Il est vital de bien évaluer la situation sur le plateau, le positionnement des statues, des temples et des ressources, avant même le début de la partie, pour parvenir à optimiser la réalisation des travaux en limitant nos déplacements. Il faut profiter des situations avantageuses, avant nos adversaires, pour éviter de se retrouver à devoir récupérer des éléments éparpillés aux extrémités du plateau, sans quoi c'est la défaite assurée.
Par contre, une fois lancé dans la partie, on est confronté aux problématiques habituelles de l'optimisation de nos dés, combinés à l'exploitation des pouvoirs des Dieux. Du déjà vu à maintes reprises, y compris dans les créations de Stefan Feld lui-même. On n'est donc un peu déçu, même si encore une fois, le jeu est loin d'être mauvais.

Les 12 travaux vus par Stefan Feld

Complexité
19%
Matériel
72%
Règles
24%
Ambiance
48%
Les 12 travaux.
Le côté course.

Difficile de revenir dans le jeu après un mauvais départ.
Gestion des cartes et des dés trop classique.