Nauticus

NAUTICUS

Jeu de

Wolfgang Kramer
Michael Kiesling

2 à 4 joueurs
à partir de 12 ans
90 mn
Edition  Kosmos  2013
 
Impact de la langue : non

bateau - construction - marchandises












DescriptionParties

Présentation du Jeu

Nauticus est proposé dans une boîte carrée de format classique pour les jeux Kosmos (Helvetia, La Boca).
Elle contient le matériel suivant :

  • Un plateau de jeu, plié en 2 sur lequel figure une grande roue et la piste de score,
  • 8 tuiles action,
  • 1 roue,
  • 1 tuile ancre,
  • 72 tuiles de mât,
  • 72 tuiles de voile,
  • 18 tuiles de proue,
  • 18 tuiles de poupe,
  • 9 tuiles de partie centrale,
  • 48 tuiles marchandise (12 café, 12 céréales, 12 jarres de sel, 12 poissons),
  • 28 cubes ouvriers, blancs,
  • 42 pièces de valeurs 1 et 5,
  • 4 marqueurs de points de victoire, aux couleurs des joueurs,
  • 1 marqueur de tour,
  • 1 pion premier joueur,
  • 4 entrepôts (plateaux individuels),
  • 4 tuiles action supplémentaire,
  • 12 tuiles "passer" (4 de chaque valeur : -3, -2, -1),
  • 1 disque résumant les points de victoire gagnés en fin de partie.

La roue est placée au centre de celle dessinée sur le plateau, le marqueur de tour sur la case 1 de la piste de tours, et les marqueurs de score des joueurs sur la case 10.
Les 8 tuiles d'action sont disposées aléatoirement dans les cases de la roue.

Chaque joueur reçoit 1 entrepôt, 4 ouvriers, 15 pièces, 1 tuile action supplémentaire et 3 tuiles passer, de valeurs -1, -2 et -3.
Les 2e, 3e et 4e joueurs recevront des pièces et ouvriers supplémentaires.


Déroulement d'une Partie

Une partie de Nauticus se joue en 5 tours, chacun composé de 7 phases correspondant à 7 actions différentes qui seront successivement choisies par les joueurs.

Le premier joueur doit choisir l'une des 8 tuiles d'action composant la roue centrale. A la manière de Puerto Rico cette action sera exécutée par l'ensemble des joueurs, à moins qu'ils décident de passer, en commençant par celui qui a choisi la tuile. Ce joueur bénéficiera seul du bonus indiqué sur la roue.
La tuile est ensuite retournée pour indiquer qu'elle n'est plus disponible pour le reste du tour.

Actions et bonus
Les 8 actions correspondant aux 8 tuiles sont :

  • Achât de parties de coques
  • Achât de mâts
  • Achât de voiles
  • Achât de marchandises
  • Transport de l'entrepot vers le chantier naval
  • Retrait d'argent
  • Livrer des machandises
  • Evaluation de la Couronne
Toutes ces actions peuvent être réalisées plusieurs fois lors de son tour, mais il faut dépenser 1 ouvrier pour chaque. Il est par exemple possible d'acheter 2 voiles, en payant 2 ouvriers en plus du coût des 2 voiles. Pour les achats, les coûts sont imprimés sur le plateau, sur les bords de la roue. Le changement de position des tuiles à chaque tour fait changer les prix de façon totalement aléatoire.

Les bateaux doivent contenir 1 proue, 1 poupe et de 1 à 4 mâts. Chaque mât devra être équipé d'une voile. Attention car les armoiries figurant sur un bateau doivent toutes être identiques (les armoiries de la couronne font office de joker).
Pour ce qui est des marchandises chaque élément de coque ne peut en contenir qu'une seule. Une fois chargées elles doivent être livrées par l'action correspondante, mais uniquement lorsque les cales du bateau sont toutes remplies.

Enfin l'évaluation de la couronne rapporte des points de victoire. Leur nombre dépend du nombre de couronnes visibles sur l'ensemble des tuiles du joueur.

On procède de la même façon jusqu'à ce que 7 tuiles soient retournées, mettant ainsi fin au tour.
Les valeurs de leurs tuiles "passer" non retournées sont alors déduites des scores de chacun des joueurs, puis elles sont toutes remises faces visibles.
Le marqueur de tour est avancé et les 8 tuiles action sont mélangées et re-disposées aléatoiement. La roue est tournée de façon à ce que son ancre soit face à la tuile action qui avait été choisie la première au tour précédent.
Un nouveau tour peut commencer...

Récompenses
Dès qu'un joueur achève un navire, il gagne une récompense pour chaque mât que comporte ce navire. Ces récompenses peuvent être des mâts et voiles de la couronne, des points de victoire, de l'argent, des ouvriers ou des marchandises.

Décompte final
Aux points gagnés en cours de partie, on ajoute des points de victoire pour les marchandises livrées, par lot de marchandises identiques, les navires achevés, selon leurs tailles, et le matériel restant.
Le joueur dont le total final est le plus élevé l'emporte.

Parties jouées : 2
Parties commentées : 2

30/05/2014 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs dont 1 qui découvrait le jeu.
Nauticus est un beau jeu qui donne toujours autant envie lorsqu'on ouvre la boîte. Il n'est pas très complexe et tourne vraiment bien et relativement rapidement. La durée n'est pas très éloignée de celle annoncée sur la boîte.
Mais au final, cette seconde partie a beaucoup ressemblé à la première, même si je n'ai volontairement pas choisi de faire les mêmes bateaux.
On est guidé par l'optimisation des actions et des coûts. Elle diffère un peu selon les choix de départ, mais pas assez il me semble pour enrichir suffisamment le jeu.
Il faudra y rejouer dans d'autres configurations (2 ou 4 joueurs) pour voir si ces impressions se confirment.

10/05/2014 - 1 partie
Une partie de découverte à 3 joueurs, dont 1 qui connaissait déjà le jeu.
Il nous restait encore quelques jeux d'Essen à découvrir parmi lesquels Nauticus, signé par le célèbre duo Wolfgang Kramer & Michael Kiesling, reprenant la mécanique principale de Puerto Rico.
Avec une telle carte de visite j'avais un peu peur d'être déçu par le résultat, d'autant que les retours de mes collègues du web ont été assez rares sur ce jeu.

Et bien finalement j'ai trouvé cette partie plutôt sympathique et fluide, avec des choix originaux qui permettent à Nauticus de ne pas être noyé dans la masse de jeux d'optimisation venus d'outre-Rhin.
Il n'a rien de révolutionnaire, et ne restera sans doute pas dans les mémoires, mais il n'y a pas de raison de le bouder non plus, d'autant que le matériel est vraiment très réussi.


Verdict

Retrouver la mécanique centrale de Puerto Rico, l'un des meilleurs jeux de société de ces dernières années, dans un jeu signé Wolfgang Kramer & Michael Kiesling, le duo d'auteurs le plus célèbre du monde du jeu, voilà qui a de quoi attiser notre intérêt.
Et quand en plus le jeu bénéficie d'un matériel particulièrement esthétique qui donne envie de le découvrir, impossible de passer à côté.

D'un point de vue mécanique, Nauticus est un bon jeu qui tourne vraiment bien, un jeu de gestion typiquement allemand. Le fait de construire ses bâteaux apporte un petit plus ludique mais il est vite oublié au milieu des nombreuses problématiques de gestion. Certaines sont un peu artificielles comme le fait de ne pas pouvoir panacher les voiles mais nous y sommes habitués.
On peut également lui reprocher le côté aléatoire des prix, impossibles à anticiper entre les tours puisqu'il dépend de l'emplacement des tuiles.

Les nombreux bonus gagnés lorsqu'on termine un bateau et l'action supplémentaire à réaliser 1 fois dans la partie, sont des éléments bienvenus qui cassent un peu le côté répétitif des tours de jeux, et l'enrichissent.
Pourtant Nauticus donne le sentiment de n'être qu'un jeu d'optimisation de plus, qui n'apporte pas assez d'éléments nouveaux. On y retrouve certaines sensations de jeu de Puerto Rico, mais dans un contexte plus calculatoire qui nous a un peu laissé sur notre faim.


Un jeu de gestion allemand de plus, beau et assez bon, mais on en espérait plus.



Interaction

Règles

Matériel


Esthétique.
La mécanique de Puerto Rico.
Trop mécanique.
Pas vraiment nouveau.