Ginkgopolis

GINKGOPOLIS

Jeu de

Xavier Georges

1 à 5 joueurs
à partir de 10 ans
45 mn
Edition  Pearl Games  2012
 
Impact de la langue : non

cartes - majorité - tuiles - ville
Tentez de devenir le meilleur urbaniste de Ginkgopolis.










DescriptionParties

Présentation du Jeu

Ginkgopolis est proposé dans une boîte rectangulaire de format classique (Troyes, Caylus, ...).
Elle contient le matériel suivant :

  • 3 séries de tuiles numérotées de 1 à 20, de couleur rouge, bleu et jaune,
  • 99 cartes :
    • 12 cartes Urbanisation, portant chacune une lettre, de A à L,
    • 60 cartes bâtiments, correspondant aux 3 séries de tuiles,
    • 27 personnages,
  • 25 ressources par couleur de joueur,
  • 10 jetons "changer sa main",
  • 12 jeton Urbanisation, portant chacun une lettre de A à L,
  • 5 paravents aux couleurs des joueurs,
  • des jetons de 1, 3, 5 et 10 points de réussite,
  • 15 pions chantier,
  • 1 carte Premier joueur.

Les tuiles des bâtiments numéro 1 à 3 de chaque couleur sont disposées aléatoirement en grille de 3x3. Elles sont entourées par les jetons urbanisation, de façon à ce que chaque jeton repère 1 ligne ou 1 colonne.
Les 9 cartes des premiers bâtiments et les 12 cartes Urbanisation sont mélangées ensemble pour former la pioche.
Les autres cartes bâtiment sont mises de côté et ne seront ajoutées qu'en cours de partie lorsque les tuiles correspondantes seront construites.

Chaque joueur prend un paravent pour cacher ses ressources, tuiles et points de réussite, puis reçoit 4 cartes venant de la pioche.

Enfin, chacun reçoit 4 cartes personnage, en conserve une, puis passe les autres à son voisin, qui en choisi une, et ainsi de suite, jusqu'à en avoir sélectionné 3.
Ces cartes ont une double fonction :

  • Elles indiquent le nombre de ressources, tuiles et points de réussite avec lesquelles on démarre la partie.
  • Elles apportent des bonus dépendant des actions de jeu effectuées.
Ces cartes sont disposées faces visibles, devant les paravents des joueurs.


Déroulement d'une Partie

Chaque tour de jeu est composé de 3 étapes :

  1. Choix simultané d'une carte qui sera jouée, et éventuellement d'une tuile pour l'accompagner, selon l'action choisie.
  2. Résolution des actions.
  3. Préparation du tour suivant.
Dans l'ordre du tour, chacun révèle sa carte (et éventuellement la tuile associée) puis effectue l'action correspondante.

Les actions possibles sont :

  • Exploiter : jouer une carte seule, dans le but de récolter des ressources, tuiles ou points de victoire.
  • Urbaniser : jouer une carte urbanisation avec une tuile, afin d'étendre la ville en construisant à la place où se trouve le jeton d'urbanisation correspondant à la carte jouée.
  • Construire en hauteur : jouer une carte bâtiment et une tuile. La nouvelle tuile recouvrira le bâtiment indiqué par la carte.
Lorsqu'un joueur construit un bâtiment, il doit placer dessus un nombre de ressources de sa couleur égal au niveau de celui-ci, c'est à dire au nombre de tuiles qui sont empilées les unes sur les autres.
Pour construire en hauteur, il est préférable d'empiler les bâtiments de même couleur et par ordre de valeur croissante. Dans le cas contraire, il faudra payer des pénalités en points de réussite ou ressources.

Enfin, si le joueur actif possède devant son paravent des cartes avec un bonus correspondant à l'action qu'il vient de jouer il peut maintenant en profiter. Ces bonus sont des ressources, des tuiles ou des points de réussite.

La carte jouée est défaussée, sauf dans la cas de l'action "Construire en hauteur" où elle vient s'ajouter aux cartes bonus du joueur, devant son paravent.
Au bas de chaque carte bâtiment figure un bonus, comme pour les cartes personnages.

Une fois les actions résolues, chacun prend les cartes de son voisin de droite puis pioche une carte supplémentaire. Un nouveau tour peut commencer.

Lorsque la pioche est épuisée, on ajoute à la défausse les cartes des tuiles bâtiment nouvellement construites, puis on mélange le tout pour former une nouvelle pioche.

La partie se termine lorsque les tuiles bâtiment ont été épuisées pour le 2e fois (la 1ère fois, les joueurs peuvent réapprovisionner la réserve avec des tuiles de leur stock) ou si un joueur a posé toutes ses ressources en ville.
Aux points gagnés en cours de partie on ajoute :

  • les points de certaines cartes à bonus de fin de partie,
  • 2 points par jeton "changer sa main" inutilisé,
  • des points de présence dans les quartiers de la ville.
    Un quartier est formé par un ensemble d'au moins 2 tuiles adjacentes de même couleur. Le joueur ayant le plus grand nombre de ressources sur un quartier marque un nombre de points égal au nombre total des ressources présentes sur ce quartier. Le second marque un nombre de points égal seulement au nombre de ses ressources présentes sur ce quartier.
Le joueur possédant finalement le plus de points de réussite gagne la partie.

Parties jouées : 6
Parties commentées : 5

03/08/2014 - 1 partie
Une nouvelle partie à 4 joueurs dont 2 qui découvraient le jeu.
Le premier contact avec Ginkgopolis est toujours délicat, le jeu étant très mécanique et les mécanismes assez originaux. Mais au boût de quelques tours de jeu, chacun commence à entrevoir les possiblités offertes, et les subtilités dans la gestion du flux des cartes.
A tel point d'ailleurs que les 2 qui découvraient le jeu ont fini aux 2 premières places... Décidémment la reprise après quelques semaines de vacances sans quasiment jouer ou à des jeux très légers, est difficile... ;-)

Quoiqu'il en soit, tout le monde a apprécié ce jeu vraiment original dans l'offre ludique actuelle.

03/05/2014 - 1 partie
Après nos 3 parties du 1er mai, nous voici reparti dans Ginkgopolis, encore une fois à 3 joueurs.
Plus j'y joue et plus j'apprécie Ginkgopolis.
Chaque partie est vraiment différente, les interactions y sont très fortes et les actions doivent être choisies soigneusement.
Mécaniquement le jeu est vraiment bien conçu, très bien équilibré entre les différentes sources de points de victoire.
Au cours de cette notre ville s'est grandement étalée sur la table, l'un des joueurs ayant joué à fond l'urbanisation. Le second s'est concentré sur la récupération régulière de points de victoire.
De mon côté j'ai privilégié la construction en hauteur et le jeu d'une carte seule, sans tuile, pour profiter de mes nombreux bonus me permettant de me faire un bon stock de tuiles et de ressources.
Cette stratégie s'est révélée payante malgré la perte d'un gros quartier au dernier tour.

01/05/2014 - 3 parties
Cela faisait plus d'un an que nous n'y avions pas joué, suite à une première partie qui nous avait laissé une impression mitigée. Il s'agissait donc d'une redécouverte et un franc succès cette fois puisque nous en avons enchaîné 3 parties de suite, toutes à 3 joueurs, dont 1 qui découvrait le jeu.
Le jeu est très mécanique et bien qu'assez simple, le fait de pouvoir jouer les mêmes éléments de plusieurs façon, avec des conséquences différentes, ne simplifie pas la prise en main et facilite les erreurs.
Cependant nous avons été séduit cette fois, car passé cette difficulté, on commence à entrevoir les possibilités offertes par le jeu, les subtilités des différentes actions et de la gestion de notre stock de ressources et tuiles.
Et même si le hasard peut parfois donner un coup de pouce, il reste le plus souvent limité.
Vivement la prochaine.


Verdict

Mon premier contact avec Ginkgopolis n'a pas été une réussite, et j'ai vraiment eu du mal à bien assimiler le fonctionnement du jeu. Pourtant il n'est finalement pas si compliqué, mais il est très mécanique et le thème n'est d'aucune aide. Chaque élément peut être utilisé de plusieurs façons, et on s'y perd un peu. Ce n'est finalement qu'après la 3e partie que j'ai vraiment pris conscience des possibilités offertes par Ginkgopolis et du bon équilibre entre les différentes stratégies pour conquérir des points de réussite.

Il ne s'agit pas d'un simple jeu d'optimisation, où l'on doit jouer le coup qui nous rapporte le plus quand vient notre tour. Il faut savoir préparer nos coups, conserver suffisamment de ressources et de tuiles pour pouvoir les jouer lorsque les occasions se présentent, ne pas laisser passer de cartes trop favorables à nos adversaires.

Le fait que chaque élément puissent être joué de plusieurs façon multiplie les choix et enrichi justement Ginkgopolis.

L'interaction est permanente, tant au travers des cartes que l'on passe à notre voisin, que des bâtiments où l'on se bat pour les majorités dans les quartiers. La vigilance est de mise, particulièrement à l'approche de la fin de partie, où des renversements de situation sont toujours possibles, s'ils ont été bien préparés.

Au final, Ginkgopolis est donc un excellent jeu qui demande un peu d'effort pour se révéler.





Interaction

Règles

Matériel


La double utilisation des cartes : seule ou avec une tuile, en action et en bonus.
L'interaction
Les drafts.
Thème absent.
Premier contact souvent difficile.