Bus

BUS

Jeu de

Jeroen Doumen
Joris Wiersinga

3 à 5 joueurs
à partir de 14 ans
120 mn
Edition  Capstone Games  2019
 
Impact de la langue : non

réseau












DescriptionParties

Présentation du Jeu

Bus est proposé dans une boîte rectangulaire de format proche du format traditionnel, mais en moins profond (Lignum, Bonfire). Elle contient :

  • 1 plateau de jeu plié en 4 sur lequel est représenté une carte des transports en commun de la ville. Sur le côté droit, se trouve un tableau des actions sur lequel les joueurs placeront leurs marqueurs d'action.
  • Par couleur de joueur :
    • 25 bâtons marqueur de ligne,
    • 20 marqueurs d'action,
    • 5 bus,
    • 1 marqueur de score.
  • 15 passagers,
  • 5 pierres du temps,
  • 90 jetons building,
  • 1 tuile de premier joueur,
  • 1 aiguille en plastique à monter sur l'horloge figurant sur le plateau.
Chaque joueur reçoit l'ensemble du matériel de sa couleur, place son marqueur de score sur le 0, et 1 bus dans la partie "Bus" du tableau d'actions.
Selon le nombre de joueurs, on dispose 4 ou 5 pierres sur l'horloge.

Avant de commencer la partie, les joueurs vont placer chacun leurs 2 premiers tronçons de ligne, ainsi que 2 jetons bâtiment. Les emplacements de bâtiments sont numérotés de 1 à 4. Tant que tous les emplacements portant le numéro 1 n'ont pas été couverts, il est interdit de placer un bâtiment sur un numéro 2, et ainsi de suite.

Enfin, si les lignes de bus des joueurs peuvent se croiser, la règle de base interdit de poser 1 tronçon dans une rue déjà occupée par un adversaire, sauf pour le 1er tronçon, et sauf cas particuliers qui ne manqueront pas de se présenter. Et pour tout dire, ils constituent une grande partie de l'intérêt du jeu.


Déroulement d'une Partie

Une partie de Bus est une succession de manches qui s’enchaînent jusqu’à ce que l’une des conditions de fin de partie soit remplie.
Chaque manche est composée de 2 phases :

  1. Sélection des actions
  2. Résolution des actions
A tour de rôle les joueurs vont placer chacun 1 marqueur d’action sur l’un des emplacements encore disponible du tableau d’action figurant sur le côté droit du plateau. Ces actions permettent d'étendre sa ligne, d'acheter un bus, d'ajouter des passagers, des bâtiments, de contrôler l'horloge du temps, de faire rouler nos bus et enfin d'être le prochain 1er joueur.
Les joueurs doivent au moins placer 2 marqueurs d’action à chaque manche avant de passer. Ils peuvent par contre, continuer à en placer s’ils le souhaitent, même si tous les autres joueurs ont passé.

Les actions permettant d'étendre sa ligne, d'ajouter de nouveaux passagers, de nouveaux bâtiment et de faire rouler ses bus comportent plusieurs emplacements, labellisés de A à F, parfois dans l'ordre, et parfois en ordre inverse. Le 1er marqueur d'action doit toujours être placé sur l’emplacement A, puis le second sur le B, etc.
Par contre, les actions seront résolues systématiquement de la gauche vers la droite, peu importe la lettre figurant sur l’emplacement. Ainsi parfois, le premier à réaliser une action sera le 1er à s’y être placé, alors que pour d’autres ce sera le dernier.

De plus, pour les actions d'extension de ligne, d'ajout de passagers et de bâtiment, l'amplitude avec laquelle elles seront réalisées va dépendre du nombre de bus possédés par le joueur qui en a le plus et de la position du marqueur d'action du joueur.
Celui dont le marqueur d'action est sur l'emplacement A sera toujours celui qui réalisera l'action avec l’ampleur maximale. Le second pourra réaliser la même action mais avec une ampleur réduite de 1. Le 3e avec une ampleur réduite de 2, etc.
Ainsi par exemple, si le joueur qui a le plus de bus en a 3, le premier joueur à se placer sur l’action d’extension de ligne (emplacement A) pourra placer 3 tronçons. Le second (emplacement B) ne pourra en placer que 2, et le 3e (emplacement C) 1 seul. Mais ce sera lui qui jouera en premier car les emplacements (A à F) sont disposés en ordre inverse.
Et il ne sert à rien qu'un 4e joueur s'y place, tant que personne n'a au moins 4 bus.

L’horloge
Son cadran est divisé en 3 parties, représentant les 3 types de bâtiments du jeu : Maison, Bureau, Pub. C'est le rythme infernal de la vie des habitants de cette ville. A chaque manche, l'aiguille est avancée.
Si un joueur se place sur cette action (1 seul emplacement), il peut arrêter le temps. S'il le fait, l'aiguille ne bouge pas durant cette manche. Par contre, ce joueur prend l'une des pierres présentes sur l'horloge. Elle lui fera perdre 1 point de victoire en fin de partie.

Le transport de passagers : l'action "Vrrooomm !"
Lorsque le moment de transporter les passagers arrive, on commence par regarder ceux qui ont déjà un bâtiment du type recherché au carrefour où ils se trouvent. Ils ne seront donc pas transportés par nos bus.
Puis, dans l'ordre des marqueurs d'action, les joueurs ont la possibilité de transporter 1 passager par bus en leur possession. Les passagers doivent se trouver à un carrefour où passe leur ligne de bus et doivent être déposés à un autre carrefour où se trouve au un bâtiment libre, du type souhaité. Car oui, les habitants de cette ville n'aime pas partager. Chacun sa maison, son bureau et son pub, même s'ils peuvent tous changer au fil des tours.
Chaque passager transporté rapporte 1 point de victoire.

A la fin de chaque manche, les marqueurs d'action joués sont retirés du jeu. Les joueurs disposent donc d'un maximum de 20 actions à réaliser sur l'ensemble de la partie.
Celle-ci s'arrête lorsque l'une des 3 situations suivantes se produit :

  • un joueur prend la dernière pierre de l'horloge,
  • le dernier emplacement de bâtiment est rempli,
  • un seul joueur possède encore des marqueurs d'action.
Les joueurs qui ont pris des pierres de l'horloge perdent les points de victoire correspondant, et celui dont le total est finalement le plus élevé l'emporte.

Parties jouées : 4
Parties commentées : 4

28/02/2021 - 1 partie
Nouvelle partie à 5 joueurs dont 2 qui découvrent le jeu.
Je m’en doutais un peu, mais à 5 joueurs Bus est particulièrement difficile. Les lignes de bus s’entremêlent et la lisibilité d’ensemble, qui n’est déjà pas simple, devient encore plus complexe. L’ordre du tour est encore plus important, car les emplacements d’action les plus intéressants sont vite pris d’assaut.
Les 20 passagers sont rapidement tous présents sur le plateau, mais nous peinons à les transporter. Et lorsqu’il me prend l’idée de tenter de réaliser 2 transports s'affilé, c’est là qu’un joueur décide d’arrêter le temps. Bref l’optimisation de mes actions était ratée, et ça me coûtera cher. Je termine dernier, et très loin du vainqueur.

20/02/2021 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs.
Je décide d’optimiser un peu mieux mon réseau, afin qu’il passe à proximité de bâtiments 1, puis 2, puis 3. Cela me permet de rester à l’écart de mes adversaires qui se battent ailleurs. Et comme je parviens assez rapidement à transporter quelques passagers, je les transporte dans la partie de mon réseau où je suis le seul. Cela me permet de les transporter à plusieurs reprise sans subir une trop forte concurrence de mes adversaires.
Je parviens de cette façon à prendre une avance suffisante pour garantir ma victoire avant même le dernier tour, mais sur la fin, les choix restent difficiles et les scores se seront tout de même bien resserrés.
Plus on joue à Bus et plus j'apprécie son côté épuré mais très malin. Très allemand dans l'esprit et très Splotter dans l'imbrication des différents éléments.

14/02/2021 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs dont 1 qui découvre le jeu.
Après les compagnies ferroviaires, nous continuons dans les transports avec Bus. L'explication est rapide, mais la construction d'une stratégie délicate. On ne sait pas quoi privilégier entre notre réseau, notre capacité de transport, les passagers, et les bâtiments.
Cela ne semble pas être le cas de mon épouse qui malgré un réseau assez peu développé, commence rapidement à transporter des passagers et donc à marquer des points. Nous passerons la partie a courir derrière, sans jamais parvenir à la rattraper.
Nous espérions profiter d'un tour avantageux nous permettant de transporter de nombreux passagers pour compenser, et nous les avons d'ailleurs tous mis en jeu avant la fin de la partie. Mais nous sommes toujours bridés par un élément du jeu. Un coup c'est notre capacité de transport, un autre ce sont les bâtiments disponibles qui manquent. Et finalement nous sommes toujours à la traîne.
Malgré ses règles simples, Bus est un jeu qu'il n'est pas facile de maîtriser. On retrouve bien là, le style unique des jeux Splotter (Jerouen Doumen & Joris Wiersinga).

13/02/2021 - 1 partie
Une partie de découverte, à 3 joueurs.
Le principe de Bus est assez bluffant par sa relative simplicité et sa cohérence avec le thème. Étendre sa ligne, acheter des bus, ajouter des bâtiments ou des passagers, et faire rouler ses bus. Ça paraît simple sur le papier, mais après quelques tours, on se rend compte que la lisibilité de l’ensemble est bien difficile. Il faut visualiser les passagers qui pourront être transportés, par qui et vers quel bâtiments. Et au final, il nous manque toujours quelque chose. Des bus pour marquer plus de points, des bâtiments du type recherché pour transporter plus de passagers ou simplement des passagers eux-mêmes.
Bref, pas évident de bien voir comment se démarquer de ses adversaires, mais assez bluffant et surtout très rapide pour un Splotter.


Verdict

On peut dire que dès leurs premières réalisations le style des Splotter est bien présent. Bus est un jeu atypique, aux règles relativement simples mais qu'il est difficile de maîtriser et qui ne pardonne pas les erreurs.
C'est également un jeu où l'interaction est centrale. Pas de plateaux individuels ni de salade de points de victoire, ici le décompte est très simple, vous transportez un passager, vous gagnez un point. C'est limpide, et la piste de score, limitée à 20, ne laisse pas planer le doute sur la difficulté de la tâche.

Il va falloir commencer par développer votre ligne, acquérir des bus et vous battre pour être dans les premiers à transporter les passagers. Car pour marquer des points, il faut que des passagers aient besoin d'être transportés et que des bâtiments du type recherchés soient inoccupés. Cela paraît évident, mais on se rend vite compte que ces conditions ne sont pas si simples à remplir et la concurrence directe entre joueurs est implacable.
L'ordre du tour est capital pour réussir à mener à bien nos plans. Mais attention à l'horloge qui pourrait faire tout s'écrouler. Après tout, qu'est-ce qu'un point de perdu pour un adversaire si ça vous en fait perdre 3 ou 4...

Bus est donc un jeu où il faut être dans le bon tempo pour ne pas se faire piéger par un adversaire qui bloquerait l'horloge, tout en réussissant à anticiper les mouvements de passagers sur la carte afin d'optimiser ses actions et ses points. Et cette lecture du jeu est particulièrement difficile, la carte étant très chargée et en perpétuel mouvement avec l'ajout de nouveaux passagers et bâtiments.
Bref, c'est un sacré casse-tête, ce qui n'est pas vraiment une surprise pour un Splotter.
Ce qui en est une par contre, c'est qu'il se joue assez vite, souvent bien plus que les 2h annoncées sur la boîte.





Interaction

Règles

Matériel


Interaction centrale.
Lisibilité du jeu.