The Castles of Burgundy : The card game

THE CASTLES OF BURGUNDY
THE CARD GAME

Jeu deStefan Feld



cartes
1 à 4 joueurs
à partir de 12 ans
30 à 60 mn
Edition Alea   2016
Impact de la langue : non






DescriptionParties

Présentation du Jeu

Le jeu est proposé dans une petite boîte rectangulaire de format original, quelque part entre Jaipur et Linko !. Elle contient :

  • 114 cartes Action,
  • 18 cartes Marchandise (3 types),
  • 20 cartes Animaux (4 types),
  • 11 cartes Bonus,
  • 6 cartes Rangée sur lesquelles est représenté un dé de valeur 1 à 6,
  • 5 cartes Manche (A à E),
  • 1 carte 1er joueur,
  • 15 cartes Points de victoire,
  • 22 cartes Ouvrier (+/- 1),
  • 16 cartes Pépite d'argent,
  • 4 sets de 3 cartes joueur : Projets, Domaine et Entrepôt.

Chaque joueur reçoit ses cartes Projets, Domaine et Entrepôt, puis une marchandise, un animal et une pépite qu'il place sous son Entrepôt.
Les cartes Rangée sont disposées sur une colonne au centre de la table, elles définissent 6 rangées dans lesquelles seront réparties les cartes Action convoitées par les joueurs. Les cartes bonus, Ouvrier, Pépite, Marchandise et Animaux sont placées à proximités.
Enfin chaque joueur reçoit une pile de 6 cartes Action dont il pioche les 2 premières. Puis selon le nombre de joueurs 7, 10 ou 13 cartes Action sont disposées en face des cartes Rangée.


Déroulement d'une Partie

La partie se joue en 5 manches et chacune d'elle est composée de 6 tours.
Le tour de jeu consiste à jouer l'une des 2 cartes de sa main, puis en piocher une nouvelle.
Au début de chaque nouvelle manche, de nouvelles cartes sont distribuées, les rangées vidées puis réapprovisionnées avec 7, 10 ou 13 nouvelles cartes.

La seule chose qui compte pour jouer une carte est la valeur du dé qui y figure.
Elle peut être utilisée pour :

  • Prendre une carte d'une rangée et la placer parmi ses projets.
  • Construire un projet dans son domaine.
  • Vendre des marchandises (d'un seul type, déterminé par la valeur du dé).
  • Compléter ses ouvriers à 2 cartes.
  • Prendre 1 pépite d'argent.
  • Convertir des ouvriers et/ou pépites en points de victoire.
Classiquement, les ouvriers permettent de modifier la valeur des cartes jouées.

Les cartes passent donc de l'une des rangées centrale au stock de projets d'un joueur puis à son domaine. Lorsqu'elles sont construites les actions correspondantes sont effectuées. Il peut s'agir d'ajouter une nouvelle carte à ses projets, d'en construire un, de prendre une marchandise, des pépites ou des ouvriers, etc...
Une fois dans notre domaine les cartes sont regroupées par couleur car en fin de partie seuls les ensembles de 3 cartes d'une même couleur rapporteront des points de victoire.
Lorsqu'un joueur construit sa 3e carte d'une même couleur, il gagne un bonus, dépendant du tour en cours. Plus la partie avance, et moins les bonus sont intéressants. De plus, s'il est le premier à posséder 3 cartes de cette couleur, il prend la carte bonus de la couleur. Elle lui rapportera 1 point de victoire en fin de partie.
Enfin le fait de posséder dans son domaine au moins 1 carte de chacune des 7 couleurs permet également de gagner un bonus.

A l'issue des 5 manches, chaque joueur calcule le total de ses points de victoire pour :

  • ses séries de 3 cartes Action,
  • ses marchandises vendues,
  • ses bonus,
  • ses animaux différents,
  • la carte 1er joueur,
  • ses cartes points de victoire.
Le joueur totalisant le plus de points l'emporte.

Parties jouées : 3
Parties commentées : 3

01/10/2016 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs.
Maintenant que nous avons bien les règles en tête, nous revenons sur ce petit jeu de cartes afin de creuser un peu plus les possibilités offertes.
Le jeu est très dynamique et nous terminerons d'ailleurs notre partie en moins de 90mn et tous dans un mouchoir de poche (22 à 25 points). Le hasard des dernières cartes aurait pu bouleverser le classement final, personne n'ayant réussi à vraiment creuser l'écart.
Peut-être est-ce du à notre manque d'expérience sur le jeu et les combos à exploiter, mais j'avoue que ça nous laisse tout de même un peu sur notre faim.

25/09/2016 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs, dont 1 qui découvrait le jeu.
Voila 6 mois que nous l'avions laissé de côté, et nous avons donc commencé par reprendre la lecture d'une bonne partie de la règle. Dommage qu'elle soit écrite si petit, et que des aides de jeu ne soient pas fournis. Mais heureusement la mécanique de jeu est finalement assez simple.
Après une manche, tout le monde a assimilé les principes et les tours s'enchaînent rapidement. Pour le contrôle par contre ça semble plus compliqué. On essaie de faire au mieux, mais sans trop avoir l'impression de vraiment bien maîtriser notre jeu. Il faut dire que pour un jeu de cartes, on est quand même dans quelque chose d'assez relevé qui ne se révélera vraiment qu'après quelques parties.
Affaire à suivre...

14/05/2016 - 1 partie
Une partie de découverte à 3 joueurs.
Mon premier contact avec le jeu a été un peu difficile sur des aspects qui n'ont rien à voir avec la qualité du jeu. En effet, la règle est fournie sur un minuscule livret dont la lecture n'est pas toujours facile en vieillissant... Et surtout les images sont pratiquement illisibles (même sur le PDF). Un livret plié en 2 aurait été plus pratique, et quelques images supplémentaires, notamment pour aider à comprendre les différents types de cartes n'auraient pas fait de mal. C'est d'autant plus regrettable, que le jeu est finalement simple à comprendre.
Dès la fin de la 1ère manche l'essentiel était assimilé, et la partie a été particulièrement fluide et relativement rapide (moins de 2h explications comprises). Comme pour le jeu de plateau, l'essentiel est dans les combos réalisées lors de la construction des bâtiments. Quelques parties seront donc indispensables pour bien appréhender les différentes possibilités et façons de marquer des points. Là nous avons peu optimisé, et plutôt cherché à explorer les possibilités.
Mais le jeu est plutôt dynamique et agréable, ce sera donc un plaisir d'y revenir, même si après ce 1er contact il nous a semblé à tous moins bon que son grand frère.


Verdict

Les châteaux de Bourgogne le jeu de cartes reprend beaucoup d'éléments du jeu de plateau. Les tuiles sont remplacées par des cartes, mais leurs types, les illustrations et les couleurs restent les mêmes. Au lieu de placer des tuiles sur un plateau pour compléter des domaines (tuiles contigües de la même couleur), il faut acquérir des triplettes de cartes de même couleur. Le fait de placer une carte dans notre domaine rapporte un bonus, exactement comme placer une tuile dans la version plateau.

On se retrouve donc en terrain connu et le travail accompli pour adapter le jeu de plateau en jeu de cartes et assez remarquable. Mais la comparaison entre les 2 jeux ne lui est pas favorable. Il faut dire que Die Burger von Burgund est l'un des jeux de Stefan Feld les plus appréciés.
Les parties sont évidemment plus courtes avec le jeu de carte, mais elles restent tout de même proches de 90 mn, pour un jeu qui est finalement à peine moins complexe que l'original, tout aussi encombrant et sans doute moins lisible avec ses étalages de cartes en tous sens.

Enfin, en jouant 1 carte sur 2 à chaque tour, sans voir celles de nos adversaires, nos choix sont limités tout comme nos possibilités de planifier quoi que ce soit. Le hasard est donc plus important.
Du coup, même s'il est fluide et relativement plaisant, le jeu de cartes nous a surtout donné envie de revenir sur le jeu de plateau pour gagner en choix, donc en contrôle et pour le plaisir de manipuler un matériel plus agréable.

Un jeu de cartes a réserver aux fans des Châteaux de Bourgogne qui voudraient un peu de renouvellement.

Complexité
38%
Matériel
72%
Règles
72%
Ambiance
48%
Fluide.
La parenté avec le jeu de plateau.

Règle trop petite.
Hasard.
Encombrement.
Lisibilité de l'ensemble.