Panamax

PANAMAX

Jeu de

Gil d'Orey
Nuno Bizarro Sentieiro
Paulo Soledade

2 à 4 joueurs
à partir de 12 ans
90 à 120 mn
Edition  Mesaboardgames  2014
   
Impact de la langue : non

bateaux - dés - marchandises - transport
Prenez les commandes d'une des compagnies maritimes en charge du transport de fret au travers du canal de Panama.












DescriptionParties

Présentation du Jeu

Panamax est proposé dans une boîte carrée de format habituel (Madeira, Les Aventuriers du Rail, ...). Elle contient le matériel suivant :

  • Un grand plateau de jeu, plié en 6 et représentant le Canal de Panama qui relie l'océan Atlantique à l'océan Pacifique. Le Canal est découpé en segments à l'entrée desquels est indiqué le type de déplacement à réaliser (fluvial ou écluse) pour y entrer. Sur le plateau on trouve également des emplacements pour les principaux éléments du jeu;
  • Par compagnie maritime :
    • 1 écritoire;
    • 4 tuiles de navire (2 de taille 1, 1 de taille 2 et 1 de taille 3);
    • 5 tuiles Part de la compagnie;
    • 9 dés;
    • 1 cube;
    • 1 disque d'ordre du tour;
  • 8 tuiles de navires uniques (de tailles 1 à 4);
  • 16 dés blancs d'Action;
  • 24 cartes Contrat;
  • 8 cartes Contrat pour la préparation du jeu;
  • 5 cartes Capitaine;
  • 5 cartes Manutentionnaire;
  • 9 cartes Conseiller Financier;
  • 44 jetons Drapeau :
    • 11 de la Chine;
    • 11 de l'Europe;
    • 11 des Etats-Unis (côte Est);
    • 11 des Etats-Unis (côte Ouest);
  • 90 pièces en plastique de $1 et $5;
  • 8 jetons passagers;
  • 3 jetons Récompense de Directeur Général;
  • 10 jetons Renflouement (crédit);
  • 4 jetons $50;
  • 1 marqueur de déplacements de écluse;
  • 1 marqueur de déplacements de voie navigable.

Les dés blancs sont lancés et mis en place sur le tableau des actions, au centre du plateau, triés par colonne selon leur valeur. Les dés de 1 à 3 serviront pour les actions de déplacement, alors que ceux de 4 à 6 seront utilisés pour les contrats.

Les navires uniques sont placés dans les zones d'attente de leurs pays respectifs. Les bateaux de taille 1 des compagnies sont mis en place au sein du canal, tous chargés avec un dés de valeur 3 de la couleur de la compagnie.

Chaque joueur prend l'écritoire de la compagnie qu'il contrôle et sur lequel il place les jetons "Part de la compagnie", $18, le bateau de taille 3 et le second bateau de taille 1.
A côté de l'écritoire, chaque joueur place ses actifs de départ : 1 part de la compagnie, $6, 1 bateau de taille 2, et une carte Conseillé Financier qui aura été choisie suite à un draft de 2 cartes.
Les actifs des compagnies et ceux des joueurs doivent être bien séparés durant toute la partie.

Enfin on révèle un nombre de contrats pour la préparation égal au nombre de joueurs +1, puis dans l'ordre inverse du tour, chacun en prend 1 qu'il peut dès à présent compléter (cf plus bas).


Déroulement d'une Partie

Une partie se joue en 3 manches aucours desquelles tous les dés blancs d'Action seront utilisés.
A son tour, un joueur effectue une seule action. Pour cela il prend l'un des dés blancs sur le tableau d'action. La colonne et la rangée dans laquelle le dés est pris, déterminent l'action qui pourra être effectuée :

  • Déplacement : nombre de déplacements de chaque type (fluvial et écluse) que le joueur devra effectuer avec n'importe quels bateaux, mais toujours dans le sens de parcours du canal (les demi-tours sont interdits).
    Il est même possible lors d'un déplacement au travers des écluses, de pousser les bateaux qui se trouvent dans les segments avals, pour ainsi rentabiliser au maximum notre action.
  • Contrat : nombre maximum de containers (dés) qui peuvent être chargés à ce tour et carte Contrat qui peut être choisie.
  • Action "executive" : A la place des actions classiques, il est possible d'acheter de nouvelles parts dans les compagnies, ou encore de faire monter le cours de sa propre compagnie.

Dans Panamax, nous allons choisir des Contrats proposés par 4 grandes régions (Chine, Europe, Amérique de l'Est et de l'Ouest) pour transporter des marchandises au travers du canal de Panama. Chaque Contrat consiste à transporter de 1 à 3 containers d'une valeur de 1 à 6. Ces containers et leur valeur seront matérialisés par les dés aux couleurs de la compagnie maritime.
Pour remplir un Contrat, il suffit de charger l'intégralité des dés qui lui sont attachés, peu importe les bateaux utilisés du moment que l'on respecte les limites de charge autorisé (nombre et valeur total des dés).
Le joueur gagne alors un jeton drapeau aux couleurs de la région mandataire du contrat et le place sur l'écritoire de sa compagnie dans les emplacements prévus à cet effet. Certains de ces emplacements accordent des bonus.

A son arrivée à l'autre extrémité du canal chaque dé rapporte à la compagnie à laquelle il appartient, sa valeur en dollars. Le propriétaires du bateau ayant réalisé la traversée gagne quant à lui une carte bonus : Capitaine, Manutentionnaire ou Conseiller Financier. Les Conseiller Financiers sont des bonus de fin de partie dont le montant dépendra de la situation finale de la compagnie maritime.

A l'issue de chaque manche, les compagnies doivent payer des charges pour les marchandises en transit et les contrats encore incomplets. Puis s'il leur reste suffisamment d'argent, elles versent des dividendes à leurs actionnaires. Mais si une compagnie ne parvient pas à payer la totalité de ses charges, c'est au joueur qui la contrôle de prendre le relai, à ses frais, quitte à devoir emprunter à la banque.

A l'issue des 3 manches, les parts des compagnies sont toutes revendues au cours actuel de chacune d'elles, et les bonus gagnés en cours de partie sont convertis en argent. Le joueur le plus riche l'emporte (et peu importe la situation de sa compagnie).

Parties jouées : 4
Parties commentées : 4

25/10/2014 - 1 partie
Une nouvelle partie à 4 joueurs, dont 2 qui découvraient le jeu.
Nous voici donc enfin dans la configuration la plus favorable pour pousser et se faire pousser dans les écluses lors du transport des marchandises. Et dans les faits, cela a bien été le cas, mais pas non plus de façon démesurée les lacs intermédiaires permettant de se débarraser rapidement des indésirables...
Par contre, à 4 ça fait du monde dans les ports et de nombreux dés en jeu. C'est assez pratique car vous pouvez trouver plus facilement un bateau sur lequel il reste des places pour charger vos dés.
Ca ne change pas fondamentalement le jeu, qui tourne vraiment très bien, même si la partie est forcément plus longue. La notre a duré près de 4h...

Le plaisir est toujours là, mais j'avoue rester encore un peu sur ma faim pour composer de réelles stratégies.
Enfin je reste également un peu perplexe sur le déséquilibre des cartes conseillers financiers. Certaines sont beaucoup plus lucratives que les autres. Par conséquent, si la distribution initiale ne nous est pas favorable, il faudra rapidement faire le nécessaire pour en gagner une autre (choisi cette fois).
Sans ça, la partie peut vous échapper pour quelques dollars, comme cela m'est arrivé ce soir.

23/10/2014 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs, dont 1 qui découvrait le jeu.
Nous continuons d'explorer les possiblités offertent par Panamax, et il faut reconnaître qu'il y a de quoi faire. La mécanique est maintenant bien claire, ce qui nous permet d'enchaîner plus rapidement les tours. Bien sûr certains choix demandent réflexion, mais cela ne s'éternise jamais.

Lors de cette partie nous avons été un peu moins efficace sur le transport des marchandises. Nous ne nous sommes qu'assez peu poussé dans les écluses et nous avons aussi fait beaucoup plus attention à ne pas charger inutilement des dés.
Mais surtout nous avons beaucoup mieux gérés leurs positions à la fin de chaque manche, et par conséquent limité les taxes sur les marchandises en transit.
Du coup les scores ont été plutôt élevés au final, mais sans grand suspens pour la victoire.

11/10/2014 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs connaissant déjà tous le jeu.
Tant que nous avons tous bien les règles en tête, nous décidons de nous relancer dans une partie, en prenant bien soin cette fois d'éviter les quelques erreurs de règles que nous avions pu commettre lors de la première partie.

Cette fois, nous avons eu tendance à jouer relativement chacun chez soi. C'est à dire que nous avons embarqué sur nos propres bateaux la majorité des containers que nous avions à transporter.
Difficile de dire si cette façon de faire et plus rentable ou pas.
Il faut évidemment essayer de transporter le maximum de marchandises, donc de dés, à chaque manche, de façon à permettre à notre compagnie de gagner de l'argent qu'elle pourra ensuite nous reverser en dividendes.
Panamax est plus un jeu d'optimisation, un de plus, que de planification. On essaie de faire en sorte qu'un adversaire nous aide à avancer nos dés et nos bateaux, lorsque la possiblité de le faire se présente.
C'est original, dans les mécanismes et les réflexions que cela induit, mais ce n'est pas non plus extrêmement enthousiasmant car cela se borne à gérer la logistique d'une compagnie maritime.

05/10/2014 - 1 partie
Une partie de découverte à 3 joueurs.
Avec les auteurs de Madeira on savait à quoi s'attendre et nous n'avons pas été déçu. Panamax est un gros jeu de gestion, un peu moins complexe et varié que Madeira, mais très original et qui demandera plusieurs parties avant d'être un tant soit peu dompté.
D'ailleurs la lecture des règles n'est pas des plus simples, mais après quelques tours de jeu, les mécanismes sont assimilés. Cependant, l'influence de chacun de nos choix sur notre réussite n'est pas facile à évaluer et il y a de très fortes interractions entre joueurs.
Avec une seule action par tour, le jeu tourne sans temps mort, et malgré nos 4 heures de jeu pour cette première partie, nous n'avons pas eu le temps de nous ennuyer.
Notre première impression est donc bonne, voir très bonne, même si le thème n'est pas des plus sexy et malgré quelques petites erreurs de règles.
Mais surtout vivement la prochaine partie, si possible à 4 joueurs pour profiter encore un peu plus des opportunités des se faire pousser nos bateaux dans les écluses.


Verdict

Panamax fait partie de ces rares jeux où la mécanique est complètement en phase avec le thème. Bien entendu on est loin d'une simulation complète, mais les principaux éléments sont là et leur implémentation ludique est très réussie.
On choisit les contrats que l'on souhaite honorer, on charge les marchandises correspondantes sur les bâteaux disponibles, puis on fait en sorte que ces marchandises transitent le plus rapidement possible au travers du canal.
Si le travail est bien fait, l'argent rentre, d'abord pour la compagnie, puis pour nous grâce aux dividendes. Nous pourrons même être récompensé comme meilleur patron si notre compagnie prospère.

Alors bien entendu il est moins attirant de charger des containers sur des bâteaux que de gérer le développement d'une civilisation à travers les âges par exemple. Mais il faut reconnaître que c'est assez ludique de charger nos dés sur les tuiles faisant office de bâteaux et de se pousser les uns les autres. Et tant pis si parfois on renverse les dés avec nos gros doigts maladroits...

Il y a de très nombreuses bonnes idées dans Panamax, à commencer par ces fameux et très nombreux dés. C'est pour le moins inattendu dans un jeu de gestion de ce calibre. D'ailleurs la réaction des joueurs découvrant le jeu est toujours la même... Oui il y a du hasard dans Panamax, mais juste dans les jets des dés d'action, et ce hasard permet de garantir le renouvellement du jeu au fil des parties.
Par contre, les joueurs ne lancent jamais leur dés. Ils servent juste de marqueurs indiquant la valeur des marchandises. C'est très pratique pour évaluer d'un simple coup d'oeil l'intérêt d'avancer un bateau plutôt qu'un autre. Pas besoin de regarder un prix de vente sur une table quelconque.

Parmis les grandes qualités de Panamax, on peut également siter la gestion très élégante de l'ordre du tour au travers du chargement des dés sur le rail, la possibilité de charger nos dés sur les bateaux de n'importe quelle compagnie, de déplacer n'importe quel bateau, la conception des écritoires, tous différents et bien entendu la possiblité de pousser les bateaux dans les écluses.
L'intéraction est particulièrement forte et surtout elle est présente dans pratiquement toutes les actions. Ca complique la planification sur le long terme et nous oblige à optimiser en permanence nos plans, mais ça ne devient jamais trop prise de tête.

Ma principale réserve pour le moment porte sur le déséquilibre des conseillers financiers, que même le mini-draft prévu dans la règle ne permet pas de rééquilibrer totalement.
Cela ne diminue en rien la qualité générale de Panamax, qui démontre que les jeux de gestion peuvent aussi s'appuyer sur un thème qui n'a rien d'artificiel.


Un très bon jeu de gestion
au thème particulièrement bien exploité.



Interaction

Règles

Matériel


Originalité du thème et des mécanismes.
La règle pourrait être plus claire.
Les dés qui se retournent parfois en manipulant les bateaux.