La Stanza

LA STANZA

Jeu de

Nuno Bizarro Sentieiro
Paulo Soledade

2 à 4 joueurs
à partir de 12 ans
60 à 90 mn
Edition  Quined Games  2019
    
Impact de la langue : non

art - tuiles












DescriptionParties

Présentation du Jeu

La Stanza est proposé en édition luxe dans une boîte rectangulaire de format traditionnel (Firenze, Haspelknecht). Elle contient :

  • 1 grand plateau de jeu plié en 6. Il représente un bâtiment composé de 6 pièces : 1 salle de départ (salle des tuiles bonus), et 5 liées chacune à une discipline spécifique (découvertes, littérature, religion, arts, politique).
  • 4 plateaux individuels,
  • 40 tuiles Personnage (8 par discipline), qui sont placées dans un sac en toile,
  • 4 tuiles Mécène,
  • 20 tuiles de bonus,
  • 6 tuiles Fermé (pour bloquer aléatoirement des emplacements chef-d'œuvre à moins de 4 joueurs),
  • 12 tuiles œuvre d'art (4 de chaque valeur),
  • 64 livres (16 couleur),
  • 35 pions politique (7 par couleur),
  • 28 pièces métalliques de 1 et 5 florins,
  • dans chacune des 4 couleurs de joueur :
    • 1 figurine,
    • 1 bateau,
    • 8 disques,
    • 5 piliers,
    • 5 tuiles Personnage de départ.
  • 1 marqueur de manche,
  • 1 marqueur de 1er joueur.

Chaque joueur reçoit une série de tuiles Personnage de départ et l'ensemble des éléments de sa couleur. Il place sa figurine sur la case de départ du plateau, dans la salle des tuiles bonus, son bateau sur le 7 de la piste de revenus dans la salle des découvertes et un disque sur l'emplacement religion de la salle de religion. IL reçoit également 4 pions politique (1 de chaque couleur de base : rouge, vert, bleu, jaune).
Tirer au sort 3 tuiles bonus pour chacune des 4 couleurs et les placer dans la salle. Enfin une première série de 15 tuiles Personnage est piochée de façon à remplir tous les emplacements des 5 salles de disciplines.


Déroulement d'une Partie

A son tour, un joueur doit avancer sa figurine de 1 à 4 cases, en ne prenant en compte que les cases occupées par des tuiles Personnage, et en sautant les cases sur lesquelles se trouvent d'autres joueurs. Il prend la tuile Personnage et l'ajoute à sa piste de recrutement (piste du haut de son plateau individuel), en décalant vers la droite les tuiles déjà présentes, si nécessaire.
Ensuite il doit effectuer l'une des 3 actions :

  • Activer une discipline
  • Recevoir de l'argent
  • Passer

Activer une discipline
Pour activer une discipline il faut remplir 2 conditions :

  1. Notre figurine doit se trouver dans la pièce correspondante. A défaut, il est possible de défausser un pion politique de la couleur de la discipline qu'on souhaite activer (ou un blanc qui fait office de joker).

  2. Recruter au moins un personnage de la discipline correspondante. C'est à dire le faire passer de la ligne du haut à celle du bas de notre plateau joueur. La case d'arrivée peut être choisie librement, sous réserve de payer le montant indiqué. Si la case est déjà occupée, la tuile qui s'y trouve est défaussée.
    Une variante expert que je vous conseille, propose également l'alternative de renvoyer un personnage au lieu d'un recruter un.
Le nombre de Personnage de la discipline activée présents sur la rangée du bas de notre plateau détermine la force avec laquelle nous l'activons. Il est ensuite possible d'augmenter cette valeur en défaussant nos disques présents dans la salle de religion.
Jusqu'à une force de 3, cela nous permet de gagner des livres, des œuvres d'art, des pions, d'avancer sur la piste de revenu, ou encore d'ajouter des disques dans la salle de religion.
A partir de 4, nous réalisons un chef-d’œuvre qui rapportera des points de victoire en fin de partie. On place alors un pilier de notre couleur sur l'emplacement prévu. Un joueur ne peut réaliser qu'un seul chef-d’œuvre par salle.

Recevoir de l'argent
Déplacer la tuile Mécène de notre plateau d'une case vers la droite et recevoir autant d'argent qu'indiqué sur la case où se trouve notre bateau. Cela va nous conduire à retirer une tuile Personnage de notre plateau. Si la tuile Mécène est déjà sur la dernière case, elle est retournée sur son côté "-5" et replacée sur la case la plus à gauche.

La salle des tuiles bonus
Cette pièce est particulière puisqu'elle ne contient aucun Personnage. Un joueur ne peut s'y arrêter que s'il remplit au moins l'une des conditions permettant de gagner une tuile bonus. Il place l'un de ses disques à la place de la tuile choisie.

Lorsqu'il n'y a plus de tuiles Personnage dans 3 pièces, on rempli de nouveau le plateau et le marqueur de manche est avancé. Après la dernière manche, 3 tours de table supplémentaires sont effectués. Au lieu de jouer normalement, les joueurs ont la possibilité de passer définitivement pour gagner des points de victoire.
On procède ensuite au décompte final. Chacun totalise ses points pour :

  • ses chefs-d’œuvre,
  • sa position sur la piste de revenu,
  • ses livres (sur les étagères),
  • l'ordre dans lequel il a passé (lors des derniers tours),
  • certaines tuiles bonus,
  • le nombre de disques dans la salle des tuiles bonus,
  • la valeur des œuvres d'art récupérées.
Enfin, si la tuile Mécène d'un joueur a été retournée, il perd 5 points.
Le joueur totalisant finalement le plus grand nombre de points de victoire l'emporte.

Parties jouées : 3
Parties commentées : 3

18/01/2020 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs, dont 1 qui découvre le jeu.
Je suis toujours aussi partagé sur ce jeu. D’un côté j’apprécie le système de recrutement en 2 temps des personnages et le côté planification nécessaire pour réaliser des chefs d’œuvres. De l’autre, les bonus et points de victoire sont trop convenus. Il manque quelque chose pour vraiment nous accrocher. Du coup, on est impatient de finir, je pense que certains n'auront même pas envie d'y revenir.
Pourtant le jeu n'est pas mauvais, mais étant donné l'offre actuelle, il n'a pas assez de qualités pour justifier d'y consacrer plus de temps.

01/12/2019 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs.
La Stanza propose des mécanismes assez inhabituels qui nous avaient quelques peu dérouté lors de notre partie de découverte. Nous y revenons avec une meilleure idée de nos stratégies, mais encore beaucoup d’incertitudes sur la meilleure façon d’y parvenir.
Je pars sur une couleur, le bleu (la découverte), mais je ne suis pas encore totalement dans le jeu, et je réalise un chefs-d’œuvre à 12 "seulement". Pendant ce temps mes adversaires se fond concurrence tantôt sur le rouge (les livres), tantôt sur le marron (les arts). Mais ils parviennent tout de même à collecter de nombreux livres et bonus. J’essaie de limiter les dégâts et me focalise cette fois sur le recrutement des personnages verts (religion) et le placement de mes marqueurs sur la case marron (arts) afin d'amplifier mon action lorsque je la ferai.
Je parviendrai ainsi à réaliser une joli combinaison lors des 2 derniers tours de jeu en plaçant 2 chefs-d’œuvres à 17 chacun.
Au final je l’emporte alors que j’ai finalement réalisé peu de choses. Les chefs-d’œuvre ont été essentiels, mais cela paraît finalement assez limité comme expérience ludique.

17/11/2019 - 1 partie
Une partie de découverte, à 3 joueurs.
Si le principe du jeu est relativement simple, les mécanismes sont assez originaux et leurs impacts sur notre jeu pas évident à appréhender dès la première partie. Nous avons chacun expérimenté différentes actions et façons de jouer, sans grande conviction sur le résultat final. Et j’avoue que même à l’issue de cette première partie, je ne sais pas bien comment je jouerai la seconde. Le joueur qui l’emporte n’a joué que sur 2 salles, alors que les autres ont essayé de varier un peu plus.
Notre première impression est mitigée, le jeu nous a semblé un peu froid et mécanique. Peut-être que cela s’améliorera au fil des parties, mais quoiqu’il en soit, il ne vaut pas le prix qui est demandé. Le côté deluxe est vraiment inutile et sans ça le jeu aurai très bien pu être édité pour 40 euros, prix qui correspondrait bien mieux à ce type de jeu.


Verdict

Comme le montre la description, La Stanza est un jeu très mécanique. La logique de circulation des tuiles, lorsqu'on recrute et le déplacement du Mécène ne sont pas très naturels. Même s'ils ne sont pas très complexes, ce sont des éléments artificiels avec lesquels on met un peu de temps à se familiariser.

Le reste est beaucoup plus classique. On avance sur des pistes, on place des pions qui permettront d'amplifier ultérieurement certains effets, on collecte des éléments et parfois on fabrique des chefs-d’œuvre. Tout cela est plutôt bien ficelé, mais il manque quelque chose pour rendre le jeu plus accrocheur.
L'interaction est au cœur du jeu, et nous pousse à regarder ce que font les autres afin d'éviter de nous retrouver en concurrence frontale sur une couleur de personnages ou pour s'approprier certaines tuiles bonus avant les autres.
Étant donné les points qu'ils rapportent, la réalisation des chefs-d’œuvre est déterminante. Et comme elle tient souvent à très peu de choses, cela devrait installer une certaine tension. Mais en pratique, on a plutôt eu le sentiment de simplement s'adapter, selon les tuiles qui sortent et les choix de nos adversaires.

Les parties sont finalement assez rapides, mais on a eu du mal à chaque fois pour rentrer dans le jeu et y prendre vraiment du plaisir. L'envie d'y revenir n'est pas trop là, et malgré des qualités mécaniques indéniables, on préfère consacrer notre temps à d'autres jeux.


Un jeu trop mécanique et pas assez ludique.



Interaction

Règles

Matériel


Mécanisme de recrutement.
Interactions.
Plutôt épuré.
Peu captivant.
Très mécanique.
Edition luxe inutile.