Hammer of the Scots

HAMMER OF THE SCOTS

Jeu de

Jerry Taylor

2 joueurs
à partir de 12 ans
180 mn
Edition  Columbia  2005
 
Impact de la langue : oui

angleterre - combats - ecosse - guerre - wargame
Hammer of the Scots est le premier véritable wargame présenté sur BdmL. Il propose de reproduire les campagnes qui ont opposé les écossais aux anglais, à la fin du XIIIème siècle et au début du XIVème, afin d'obtenir leur indépendance. Ces combats ont été immortalisés au cinéma par le film Braveheart, de et avec Mel Gibson dans le rôle du leader écossais William Wallace.








DescriptionParties

Présentation du Jeu

Pour un habitué des jeux de société modernes, le matériel de Hammer of the Scots paraît un peu austère. Ca commence avec la boîte elle même qui est en carton de qualité plutôt modeste. Ensuite le plateau même s'il est de grande taille (il est plié en 6), est en carton relativement souple et les cartes font un peu "fait maison". Même les auto-collants fournis sont un peu délicats à manipuler.
On est donc assez loin du standard de qualité des jeux de société d'aujourd'hui. Cependant, le matériel reste parfaitement fonctionnel, et pour le jeu c'est là l'essentiel.

En plus du plateau qui représente l'Ecosse, découpées en régions, et le nord de l'Angleterre, le matériel proposé est le suivant :
  • 25 cartes, dont 20 de mouvement, de valeurs 1, 2 ou 3, et 5 événements
  • 28 blocs en bois de couleur bleu, représentant les unités militaires écossaises
  • 28 blocs en bois de couleur rouge, représentant les unités militaires anglaises
  • 4 dés classiques, à 6 faces
Les auto-collants fournis dans la boîte sont à coller sur les blocs avant la première partie. Ainsi sur chaque bloc figurent le nom de l'unité, un symbole la représentant, sa force (triangles), sa capacité de mouvement, et son efficacité au combat (cf figure de gauche).
Lorsqu'elle est touchée, le bloc est tourné de 90°, réduisant ainsi sa force de frappe d'un point.

Le but de chacun des joueurs est de contrôler une majorité des Nobles à l'issue de la campagne. La victoire peut être plus rapide si l'un des joueurs prend le contrôle de tous les nobles, ou si le roi est tué.

Déroulement d'une Partie

Hammer of the Scots propose 2 campagnes qui peuvent être jouées séparément ou successivement. Il s'agit des campagnes "Braveheart" (1297-1305) et "The Bruce" (1306-1314). Les dispositions des unités militaires ne sont évidemment pas les mêmes selon la campagne choisie. Les photos proposées sur cette page montrent la disposition pour la campagne "Braveheart".. Les blocs sont disposés de façon à ce que seul le joueur qui les contrôle puisse voir les informations qui y figurent.

Cartes
Au début de chaque année toutes les cartes sont mélangées, et chaque joueur en reçoit 5. Ils commencent par en choisir chacun une qu'ils révèlent simultanément. Celui qui a choisi la carte la plus forte joue en premier. Les cartes événements sont prioritaires sur celles de mouvement et en cas d'égalité l'avantage est donné au joueur anglais.
Si les 2 joueurs ont choisi une carte événement, après avoir effectué leurs actions, l'année prendra fin. Habituellement, elle se termine après que les 2 joueurs aient joué leurs 5 cartes.

Mouvements
Les mouvements des unités militaires sont comptabilisés par groupe, c'est à dire par ensemble de blocs se trouvant dans une même région, et ceci même si ces blocs prennent des directions différentes. Les 2 joueurs effectuent tous leurs mouvements avant de passer à la résolution d'éventuels combats. Cela permet de faire arriver des renforts. Par contre, la fuite de la totalité des unités attaquées est interdite avant le premier tour de combat.

Combats
Un combat a lieu dès lors que des unités militaires adverses se trouvent dans une même région. Ils se déroulent sur un maximum de 3 rounds, et les éventuels renforts ne sont pris en compte qu'à partir du second. A l'issue du combat l'attaquant sera obligé de battre en retraite s'il n'a pas réussi à prendre le contrôle de la région.
L'ordre dans lequel les unités militaires combattent est établi à partir de leurs caractéristiques de Combat. Les unités A frappent en premier, puis les B et enfin les C, avec priorité au défenseur en cas d'égalité.
Lorsqu'une unité est activée, elle peut combattre, passer ou battre en retraite vers une région voisine alliée ou neutre.
La Force de l'unité donne le nombre de dés qui seront joués et le chiffre à côté de la classe de combat indique la valeur maximale considérée comme une touche.
Ainsi par exemple, pour l'unité Moray, présentée un peu plus haut dont la caractéristique de combat est B2 et la force 3, le joueur lance 3 dés, et chaque 1 ou 2 est un coup au but.
Les touches sont immédiatement imputées aux unités adverses, en commençant par les plus fortes (on tourne les blocs de 90°). Ainsi lorsqu'elles seront activées à leur tour, ces unités seront affaiblies.
Enfin, il faut noter qu'à l'exception de Moray, les nobles ne meurent pas mais changent de camps lorsqu'ils sont vaincus.

Hiver
A la fin de chaque année a lieu une phase d'hiver, durant laquelle de nombreuses unités militaires rentrent chez elles. C'est notamment le cas de tous les nobles même si leur région d'origine est sous le contrôle de l'ennemi. Dans ce cas, ils changent de camp ! Les écussons représentés sur le plateau sont les armoiries des différents nobles. On les retrouve sur leurs blocs, ce qui facilite la lisibilité du jeu.
La "capacité d'accueil" des régions, représentée par la valeur des châteaux dessinés sur la carte, peut également obliger à retirer des unités en surnombre
Enfin, l'hiver sert également à soigner les troupes, ou en préparer de nouvelles.

Il y a évidemment bien d'autres aspects à gérer durant la partie tant pour le joueur écossais que pour l'anglais, et il est impossible de les décrire tous ici. Leur but est de coller le plus possible à la réalité historique. Je vous invite à consulter l'aide de jeu pour vous en donner un aperçu.

Parties jouées : 2
Parties commentées : 0

Il n'y a pas encore de partie commentée de "Hammer of the Scots"

Verdict

Il s'agit en fait de ma première incursion dans le monde du wargames.

La reconstitution historique est particulièrement intéressante, mais même si je n'ai pas été déçu par le jeu, je n'ai pas suffisamment accroché pour enchaîner les parties avant d'en oublier les règles. Et plutôt que de m'y replonger, je préfère me consacrer à des jeux qui me correspondent mieux et renonce à faire une critique de celui-ci.




Interaction

Règles

Matériel


Qualité du plateau et des cartes