El Grande

EL GRANDE

Jeu deWolfgang Kramer
Richard Ulrich



majorité
plateau
2 à 5 joueurs
à partir de 14 ans
90 mn
Edition Descartes   1995
Impact de la langue : oui


DescriptionParties

Présentation du Jeu

Je ne sais pas trop si c'est à cause du nom, du thème, où du fait que je ne sois pas un grand fan de l'histoire espagnole, mais j'avais quelques a priori en achetant ce jeu. Je pensais qu'il était un peu lourd et complexe et le livret de règles d'une douzaine de pages, comparable à celui d'un jeu comme Méditerranée, m'avait un peu conforté dans mes idées à l'ouverture de la boîte.
C'était une erreur ! Car même si le jeu n'est pas parmi les plus simples, ses règles sont claires et ses mécanismes assez vite assimilées.

Tout d'abord, le matériel est une fois encore remarquable.
Le plateau est très joliment illustré. On y retrouve l'Espagne divisée en 9 régions + 1 île siège du Castillo, une tour en bois qu'il faudra monter et démonter à chaque partie. Une échelle de tour est également représentée (sur la gauche du plateau), ainsi qu'une échelle de score qui fait le tour du plateau.
Chaque région dispose d'un tableau de marque qui indique sa valeur, et donc le nombre de points qu'elle rapportera aux joueurs. Une région rapporte au maximum à 3 joueurs, en fonction du nombre de pions, appelés Caballeros, qu'ils ont placé dessus.

Le principe du jeu consiste donc à placer des Caballeros, sur les différentes régions.

Bien entendu, le placement des Caballeros est soumis à un certain nombre de contraintes. Ils doivent d'abord passer de la province (réserve dans la boîte ou sur un coin de table), à la cour (à côté du plateau) avant d'arriver sur le plateau. Le nombre de Caballeros qui pourront passer de la province à la cour est fonction des cartes de pouvoirs, qui déterminent aussi l'ordre de jeu dans le tour. Ensuite, des cartes actions permettent de déplacer des Caballeros depuis la cour vers le plateau et d'effectuer des actions particulières, telles que déplacer des Caballeros adverses, provoquer des décomptes dans certaines régions, modifier les valeurs d'une région, etc...
Le gagnant est celui qui à l'issu du dernier décompte, donc après les 9 tours de jeu (6 dans une partie rapide), totalise le plus de points.

Déroulement d'une Partie

Au début de chaque partie les cartes action sont regroupées en 5 piles. Les cartes du dessus de chaque pile sont retournées faces visibles. A chaque pile correspond un nombre de Caballeros (de 1 à 5) qui pourront être déplacés de la cour vers les régions du plateau.
Chaque joueur commence la partie avec 13 cartes d'influence numérotées de 1 à 13. A tour de rôle les joueurs choisissent de jouer une carte d'influence, sachant que celui qui joue la plus forte jouera en premier le reste du tour, mais que plus la carte est forte, moins elle permet de faire arriver de Caballeros à la cour. Ensuite, dans l'ordre déterminé précédemment, chaque joueur choisit une carte action et effectue, s'ils le souhaitent l'action qui y est décrite, en plus de déplacer le nombre de Caballeros correspondant à la carte choisie de sa cour vers le plateau. Les Caballeros ne peuvent arriver sur le plateau que sur une région voisine de celle où se trouve le roi (le contrôle du roi est assuré par une carte action), ou dans le Castillo.

Le Castillo est d'ailleurs un point essentiel du jeu.

On ne voit pas au travers de ses parois, et il faut donc se souvenir du nombre de Caballeros que chaque joueur y a mis. Mais surtout à l'issue d'un comptage des Caballeros du Castillo, celui-ci sera vidé et les Caballeros déplacés vers les autres régions du plateau. Avant ce décompte, chaque joueur aura choisi secrètement une région vers laquelle tous ses Caballeros du Castillo iront. Ensuite le décompte pourra se poursuivre normalement pour les autres régions sur lesquels les Caballeros resteront cette fois.
Les Caballeros qui avaient été mis par un joueur dans le Castillo seront donc comptés 2 fois, une première pour le décompte des points du Castillo lui-même et une deuxième pour le décompte de la région où ils auront été placés après le décompte du Castillo.

Parties jouées : 3
Parties commentées : 0

Il n'y a pas encore de partie commentée de "El Grande"

Verdict

On trouve dans El Grande plusieurs similitudes avec Tikal, sorti 2 ans plus tard et lui aussi de Wolfgang Kramer (et aussi primé "Spiel des Jahres"). Le comptage des points est à peu près le même, l'idée de placement de pions pour posséder un territoire (un temple dans Tikal) aussi. Mais il y a également des différences, telles que le Castillo et l'utilisation de cartes. Ces différences sont suffisamment importantes et originales pour justifier l'acquisition des 2 jeux, surtout si on apprécie déjà l'un des 2.
Un très bon jeu 100% tactique

Complexité
38%
Matériel
96%
Règles
96%
Ambiance
48%
Mécanismes