Camelot

CAMELOT

Jeu de

Reiner Knizia

2 à 5 joueurs
à partir de 10 ans
40 mn
Edition  Asmodée  2002
 
Impact de la langue : oui

cartes - combat - médiéval
Camelot est la version française du jeu sorti en Allemagne en 2000 sous le nom d'Ivanhoé. Au passage, le jeu gagne des graphismes beaucoup plus amusants et plus cohérents avec l'esprit du jeu.






DescriptionParties

Présentation du Jeu

Camelot est composée d'un jeu de 110 cartes et de 25 pions de 5 couleurs différentes (jaune, vert bleu, rouge et violet).
A chaque couleur de pion correspond un type de tournoi médiéval et 14 cartes sur lesquelles figurent des points (pouvant aller de 1 jusqu'à 7, la répartition n'étant pas la même en fonction des couleurs).
En plus des cartes de couleur, il y a également 20 cartes dites de soutien, dont le fond est blanc (de valeur 2, 3 ou 6) et 20 cartes d'action qui vont venir sérieusement perturber le déroulement des tournois et animer la partie.

Déroulement d'une Partie

Les cartes sont mélangées, et on en distribue 8 à chaque joueur. Le premier joueur choisi la couleur du premier tournoi et la partie peut commencer.
Chacun leur tour, les joueurs vont piocher une carte puis avoir la possibilité d'en jouer au moins une.
  • Les cartes de couleurs sont jouées devant soi. Elles composent le personnage qui représentera le joueur pendant ce tournoi. On ne peut poser devant soi que des cartes de la même couleur que le tournoi, ou des cartes de soutien (blanches).
  • Les cartes d'action permettent d'effectuer des actions particulières, et sont immédiatement défaussées (A l'exception des 2 cartes, "bouclier" qui permet de protéger un personnage contre l'effet des cartes actions, et "assommée" qui au contraire, limite l'évolution d'un personnage à 1 carte par tour).
    Parmi les actions proposées, il est possible de changer la couleur du tournoi en cours. Les cartes déjà posées restent comptabilisées normalement (sauf si le nouveau tournoi est vert auquel cas toutes les cartes valent 1 pt), mais les suivantes devront être de la nouvelle couleur.
    On peut aussi voler une carte de la main, ou du personnage d'un adversaire, forcer tout le monde à se défausser de certaines cartes, etc...
    Dans ce domaine l'imagination de Knizia s'est montrée tout aussi prolifique que celle de Bruno Faidutti ou Bruno Cathala, tous 2 très adeptes de ce type d'élément.
A la fin de son tour, le joueur doit obligatoirement disposer du personnage le plus puissant sur la table, donc le total des cartes composant son personnage doit être le plus élevé. Si ce n'est pas le cas il est obligé d'abandonner le tournoi. Il peut le faire à n'importe quel moment durant son tour de jeu, même avant de jouer des cartes. Un joueur ayant abandonné un tournoi, ne joue plus jusqu'à ce qu'un nouveau soit lancé (par le gagnant du précédent).

Lorsque tous les joueurs ont abandonné sauf un, ce dernier gagne le jeton mis en jeu (correspondant à la couleur finale du tournoi). Si toutefois il possédait déjà un jeton de cette couleur, il ne gagne rien. Si le tournoi était de couleur violette, il s'agissait d'une joute, donc le plus prestigieux des tournois, ce qui donne le privilège au vainqueur de choisir la couleur du pion qu'il remporte.

Le gagnant de la partie sera le premier joueur à empocher 4 jetons de couleurs différentes à 4 ou 5 joueurs, et 5 à 2 ou 3 joueurs.

Parties jouées : 4
Parties commentées : 0

Il n'y a pas encore de partie commentée de "Camelot"

Verdict

Camelot est un Knizia qui fait plus penser à un Faidutti. Je trouve que c'est vraiment le type de jeu que Bruno aurait pu inventer. On y retrouve des cartes action dont le rôle est essentiel, du bluff et il faut bien savoir gérer sa main.
Il vaut parfois mieux laisser filer un tournoi plutôt que d'y perdre trop de cartes. On ne pioche en effet qu'une seule carte par tour de jeu, il est donc bien difficile et long de se reconstituer une main suffisante pour gagner des tournois si on a payé trop cher un jeton.

Le jeu est agréable, les cartes actions contribuant généralement à mettre de l'ambiance autour de la table, et le bluff est vivement recommandé.
Le revers des nombreuses cartes action est un contrôle un peu plus limité sur le déroulement des tournois.
Camelot est un jeu plutôt familial, n'ayant pas grand chose en commun avec les habituels défis tactiques auquel on associe souvent Knizia.

Un Knizia familial, pour se détendre.



Interaction

Règles

Matériel


Humour des cartes et illustrationsHazard très présent