Spyrium

SPYRIUM

Jeu de

William Attia

2 à 5 joueurs
à partir de 12 ans
30 à 90 mn
Edition  Ystari  2013
 
Impact de la langue : non

cartes - placement
Vous êtes à la tête d'un conglomérat industriel exploitant un nouveau minerai révolutionnaire : le Spyrium.








DescriptionParties

Présentation du Jeu

Spyrium est proposé dans une petite boîte rectangulaire de même format que Caylus Magna Carta ou encore Mykerinos.
Elle contient le matériel suivant :

  • 1 petit plateau de jeu sur lequel on trouve une échelle de score, une échelle de résidence, 2 emplacements pour l'événement en cours et le prochain, et un résumé des actions possibles selon la phase de jeu dans laquelle on se trouve.
  • 35 ouvriers (7 par couleur),
  • 20 disques (4 par couleur),
  • 50 cristaux de Spyrium, verts,
  • 24 jetons numérotés 1, 2 ou 3,
  • 36 pièces de £1 et 10 de £5,
  • 10 jetons bonus (2 par couleur),
  • 1 carte de premier joueur,
  • 5 cartes de départ (1 par couleur),
  • 7 cartes événement,
  • 59 cartes dont :
    • 7 cartes techniques,
    • 17 personnages,
    • 35 bâtiments
    Ces cartes sont réparties en 3 époques A, B et C, comportant respectivement 30, 20 et 9 cartes.

Chaque joueur reçoit une carte de départ, 3 ouvriers, £8 et les disques de sa couleur. Il les place sur l'échelle de score, de résidence et sur le résumé de la phase I. Le dernier sera utilisé comme marqueur d'utilisation de l'événement du tour.
Les 2 premières cartes événement sont révélées.


Déroulement d'une Partie

Une partie de Spyrium se joue en 6 tours. Au cours des 3 premiers, on utilise les cartes A, puis les cartes B pour les 2 suivants, et enfin on termine avec les cartes C.
9 cartes sont étalées en 3 rangées de 3, faces visibles au centre de la table (cf 1ère photo), en laissant suffisamment d'espace entre les cartes pour venir y placer nos ouvriers.

A son tour, un joueur doit effectuer 1 action qui dépend de la phase dans laquelle il est, et qui peut être différente entre les joueurs.

En phase I

  • Placer un ouvrier
  • Utiliser l'événement du tour
  • Passer en phase II et immédiatement jouer une action de phase II
En phase II
  • Gagner de l'argent
  • Activer une carte
  • Utiliser l'événement du tour
  • Exploiter l'un de ses bâtiments
  • Passer
Bien évidemment, lorsqu'un joueur est passé en phase II, il ne peut plus revenir en phase I pendant ce tour.

Les ouvriers sont placés entre 2 cartes. Ils pourront être retirés pour gagner de l'argent en fonction du nombre d'ouvriers présents autour des cartes, ou encore pour activer l'une de ces cartes. Selon la nature de la carte, l'activer correspondra à utiliser le pouvoir du personnage, ou à acheter la carte (technique ou bâtiment) pour la construire dans son domaine.

Les cartes techniques sont placées à gauche de notre carte de départ et apportent chacune à la fois des pouvoirs spécifiques en cours de partie et des points de victoires supplémentaires lors du décompte final.

Les bâtiments sont construits à droite de la carte de départ, et en plus du coût du bâtiment, il faut payer le coût lié à son emplacement de construction : £0 pour le 1er, £1 pour le second, £2 pour le 3e, etc.
La plupart des bâtiments peuvent être exploités une fois par tour dès leur construction. Pour cela il faut fournir les éléments demandés sur la carte (ouvrier, spyrium) pour obtenir le gain indiqué (spyrium, points de victoire).

Lorsque tous les joueurs ont passé, le tour s'achève. Les cartes restantes sont défaussées et les ouvriers utilisés redeviennent disponibles pour le tour suivant. Chaque joueur reçoit des revenus en fonction de sa position sur l'échelle de résidence et un nouvel événement est révélé.

A l'issue du 6e tour, le joueur totalisant le plus grand nombre de points de victoire l'emporte.

Parties jouées : 4
Parties commentées : 2

08/02/2014 - 1 partie
Une nouvelle partie à 4 joueurs, dont 2 qui découvraient le jeu.
La prise en main de Spyrium est toujours un peu délicate, le jeu étant relativement mécanique et le thème pas vraiment aidant dans la logique d'ensemble. C'est un peu dommage car ça ne donne pas très envie de se laisser prendre, alors que les mécanismes sont pourtant très bons.
Après cela manque un peu de diversité et de fun, même si la partie de ce soir nous aura montré qu'il est possible de gagner en faisant plus ou moins l'impasse sur le spyrium et les bâtiments de production. A la place le gagnant a pu acheter au dernier tours les bâtiments de prestige certes très coûteux, mais qui rapportent de nombreux points.

07/12/2013 - 1 partie
Une nouvelle partie à 3 joueurs, dont 1 qui découvrait le jeu.
Spyrium était resté de côté pratiquement depuis sa sortie et nos premières parties qui nous avaient laissé une impression un peu mitigée.
Ce retour sur notre table de jeu nous a laissé une bien meilleure impression. Il faut dire qu'après une partie de Nations, le jeu nous a vraiment semblé rapide, fluide, et assez malin, même s'il reste plutôt abstrait.


Verdict

D'un point de vue mécanique, Spyrium est original et tourne vraiment bien. Il faut planifier chacun de ses tours avec soin, de façon à changer de phase au bon moment, et exploiter au mieux l'ensemble de nos ouvriers entre la récupération d'argent, l'achat de bâtiments, l'utilisation des personnages et l'exploitation de nos bâtiments.

Notre développement est conditionné à l'obtention des 2 ressources du jeu : l'argent et le spyrium.

L'argent est rare alors qu'il est indispensable à la fois pour acheter des technologies, des bâtiments et pour les construire. Mis à part les revenus de début de tour, la seule solution pour en obtenir est de retirer des ouvriers préalablement placés entre 2 cartes.
Le Spyrium s'obtient quant à lui par l'exploitation de bâtiments et personnages. Il est important pour "produire" de façon régulière des points de victoire en exploitant les bâtiments.

Le mécanisme principal qui consiste à se placer entre 2 cartes pour soit acheter ou utiliser l'une des 2, soit gagner de l'argent en fonction du nombre d'autres ouvriers autour de la carte est excellent car il laisse planer le doute sur les intentions de chacun. Mais il fonctionne mieux lorsque le nombre de joueurs est important. L'argent rentre alors plus facilement, ce qui nous ouvre plus de possibilités.

Pourtant, malgré ses qualités techniques Spyrium ne nous a pas pleinement convaincu, notamment à cause d'une ambiance un peu froide. Les interactions sont importantes mais uniquement avant l'achat. Après il suffit d'optimiser l'exploitation de nos cartes, sans pouvoir vraiment peser sur le jeu des autres.
Et comme en plus le thème est assez austère (l'exploitation minière du Spyrium), l'impression d'ensemble reste un peu mitigée.


De bonnes idées, mais un jeu et un thème un peu froids.



Interaction

Règles

Matériel


Mécanisme de pose et de retrait des ouvriers.Calculatoire.
Thème austère.