San Juan

SAN JUAN

Jeu deAndreas Seyfarth



bâtiments
cartes
colonie
construction
production
2 à 4 joueurs
à partir de 10 ans
45 à 60 mn
Edition Alea   2004
Impact de la langue : oui
San Juan, aurait presque pu s'appeler "Puerto Rico, le jeu de cartes", puisque c'est exactement de ce dont il s'agit. L'auteur nous propose une adaptation de son propre chef d'oeuvre, en version plus légère et donc plus courte.








DescriptionParties

Présentation du Jeu

San Juan fait partie de la collection des petits jeux d'Alea, et sa boîte est donc de même format que celles de Wyatt Earp et Royal Turf.
A l'intérieur on trouve un jeu de 110 cartes, 5 tuiles de personnages, 1 tuile gouverneur, 5 tuiles de prix des marchandises, un bloc de score et un crayon.
Les habitués de Puerto Rico ne seront pas dépaysés, puisque 4 des 5 personnages sont identiques et ont des capacités proches de celles qu'ils avaient dans Puerto Rico. La tuile de gouverneur sert toujours de marqueur de premier joueur, et les tuiles de bâtiments se retrouvent ici remplacées par des cartes magnifiquement illustrées.
Parmi les 110 cartes figurent :
  • 42 bâtiments de production : teintureries d'indigo, raffineries de sucre, séchoirs à tabac, brûleries de café et fonderies d'argent.
  • 68 bâtiments violets : Forges, Aqueducs, Puits, Tours, Chapelles, Bibliothèques, Statues, etc...
La fonction des bâtiments est similaire à ce qu'elle était dans Puerto Rico. Les bâtiments violets apportent des capacités spéciales au cours de la partie (pour la plupart d'entre eux), et rapportent des points de victoire à la fin (tous).
Ces capacités sont très variées : produire une marchandise de plus lors de la phase de production, en vendre une de plus pendant la phase de vente, payer moins pour la construction de nouveaux bâtiments, gagner des cartes supplémentaires, gagner des bonus en fin de partie, etc...
La mécanique de San Juan reste donc très proche de celle de son grand frère.

Déroulement d'une Partie

Les tuiles de personnage sont disposées au centre de la table et le premier joueur prend la tuile de gouverneur.

Les 5 personnages
Architectephase de construction
Artisanphase de production
Marchandphase de vente
Bourgmestrepioche de cartes
Chercheur d'orAucune action, mais le joueur qui l'a choisi reçoit 1 carte
Le premier joueur choisi un personnage, puis effectue l'action correspondante. Il dispose en plus d'un privilège (vendre une marchandise de plus, produire une marchandise de plus, etc...).
Les autres joueurs, ont également chacun leur tour la possibilité d'effectuer l'action permise par ce personnage , mais sans profiter du privilège.

Le joueur suivant choisi ensuite un personnage parmi les 4 restants, et bénéficiera du privilège correspondant.
Ainsi de suite jusqu'à ce que tous les joueurs aient choisi un personnage. Le tour est alors terminé, les tuiles de personnages sont remises au centre de la table et la tuile de gouverneur passe au joueur suivant.

Les cartes font à la fois office de monnaie pour payer les coûts de construction des bâtiments, et de matériaux produits par les bâtiments de production pendant la phase du même nom.
Lorsqu'un joueur construit son 12ème bâtiment, la partie s'achève. La phase de construction est tout de même menée à son terme mais pas le tour de jeu.

On procède alors au décompte des points de victoire. Celui-ci correspond au cumul des points des bâtiments, des éventuels bonus des bâtiments à 6 points (analogue à ceux à 10 pts dans Puerto Rico), bonus de Chapelle et bonus de Palais.
Le joueur qui dispose au final du plus grand nombre de points gagne la partie.

Parties jouées : 7
Parties commentées : 0

Il n'y a pas encore de partie commentée de "San Juan"

Verdict

Quel bonheur de pouvoir se replonger dans l'univers de Puerto Rico ! C'est notre première réaction lorsqu'on découvre San Juan. Et qui plus est, on y retrouve 2 des mécanismes clefs qui ont contribué au succès de son grand frère : les personnages et leurs privilèges, et les bâtiments et leurs avantages.

Il faut une fois de plus faire des choix dans ses constructions, certaines combinaisons étant plus avantageuses que d'autres. La gestion de sa main est souvent difficile, surtout en début de partie, où les cartes se font rares.
Et tout comme dans Puerto Rico, il faut savoir aussi adapter son jeu et ses choix, à ceux de ses adversaires.

On pourra reprocher à San Juan son caractère un peu aléatoire, lié à la pioche des cartes. Il est vrai qu'un joueur malchanceux qui par exemple ne pioche aucun bâtiment de production durant les premiers tours de jeu, risque fort de se retrouver à la traîne pendant toute la partie.
De même, l'arrivée (ou non) d'une carte dans votre main peut suffire à faire basculer la partie en votre (dé)faveur.
Le "Bourgmestre" est là pour limiter ces effets.

Dernier détail important, San Juan se joue tout aussi bien à 2 qu'à plus.
Une très bonne adaptation, même si elle reste plus aléatoire que son modèle (Puerto Rico)

Complexité
57%
Matériel
96%
Règles
96%
Ambiance
72%