Kingdoms

KINGDOMS

Jeu de

Reiner Knizia

2 à 4 joueurs
à partir de 14 ans
20 à 40 mn
Edition  Edge  2012
 
Impact de la langue : non

moyen-âge - médiéval - placement
Kingdoms est l'édition 2012, revue par Fantasy Flight Games du jeu "Auf Heller und Pfennig". Les commerces ont laissé la place à des châteaux et tout ce qui va avec.






DescriptionParties

Présentation du Jeu

Kingdoms est proposé dans une petite boîte carrée de format intermédiaire entre Cartagena et Les Aventuriers du Rail.
Elle contient le matériel suivant :
  • 1 plateau de jeu plié en 2, dont la plus grande partie représente un damier de 30 cases (5 rangées et 6 colonnes). On y trouve également d'un côté une échelle d'époques, et de l'autre des emplacements pour stocker l'argent et les tuiles.
  • 40 châteaux en plastique :
    • 16 de rang 1 (4 par couleur), comportant 1 seule tour,
    • 12 de rang 2 (3 par couleur), comportant 2 tours,
    • 8 de rang 3 (2 par couleur), comportant 3 tours,
    • 4 de rang 4 (1 par couleur), comportant 4 tours,
  • 1 marqueur d'époque, en carton,
  • 63 pièces de valeurs 1, 5, 10, 50 et 100,
  • 23 tuiles :
    • 12 tuiles Ressource, de valeurs +1 à +6,
    • 6 tuiles Danger, de valeurs -1 à -6,
    • 2 tuiles Montagne,
    • 1 tuile Dragon,
    • 1 tuile Mine d'Or,
    • 1 tuile Sorcier
Chaque joueur prend un set de châteaux de sa couleur (selon le nombre de joueurs, on utilise 2, 3 ou 4 châteaux de niveau 1) et reçoit 50 pièces d'or.

Toutes les tuiles sont mélangées faces cachées et chacun en pioche une dont il prend secrètement connaissance.
Le marqueur d'époque est placé sur la case 1 de l'échelle des époques.

Déroulement d'une Partie

La partie se joue en 3 époques au déroulement identique.
A son tour, un joueur doit effectuer l'une des 3 actions suivantes :
  • Piocher une tuile et la jouer sur le plateau,
  • Jouer la tuile qu'il a pioché avant le début de la partie,
  • Placer l'un de ses châteaux sur une case du plateau.
Les châteaux possédant plus d'une tour ne seront pas récupérés par les joueurs aux début de la manche suivante.

Lorsqu'il n'y a plus de case disponible sur le plateau, on procède au décompte par lignes et colonnes. Les points des tuiles sont éventuellement corrigés par les modifieurs tels que la mine et le dragon. Pour chaque joueur, on multiplie cette valeur par le nombre de tours de ses châteaux présents dans cette ligne ou colonne. Ce total peut très bien être négatif, auquel cas, le joueur doit rendre de l'argent à la banque au lieu d'en gagner.

Les modifieurs
  • Dragon : Seuls les points négatifs sont comptabilisés.
  • Mine : Les points sont multipliés par 2.
  • Montagne : Elle est infranchissable, coupant le calcul des points de la ligne et de la colonne en 2 zones distinctes.
  • Sorcier : Il augmente d'une tour la valeur des châteaux qui lui sont adjacents orthogonalement.
Ces modifieurs s'appliquent uniquement à la ligne et la colonne à laquelle ils appartiennent.

A l'issue des 3 manches, le joueur ayant le plus d'argent est le vainqueur.

Parties jouées : 4
Parties commentées : 0

Il n'y a pas encore de partie commentée de "Kingdoms"

Verdict

Le jeu est extrêmement simple et évidemment aléatoire puisqu'on doit jouer la tuile qu'on vient de piocher. Il s'agit simplement d'optimiser, au regard de la situation actuelle du plateau, en tenant compte des tuiles déjà posées et de celles restant à piocher, de façon à maximiser ses points et limiter ceux des autres.
C'est un jeu de prise de risque, dans lequel il faut se placer au bon endroit, au bon moment.
Trop tôt c'est la garantie de focaliser toutes les tuiles négatives qui passeront entre les mains de nos adversaires.
Trop tard, les meilleures places seront prises, et les points à gagner seront ridiculement faibles.

Lors de la première partie on se dit que le jeu est bien trop aléatoire à vouloir être simple. Et puis on se surprend à les enchaîner plus vite qu'on ne s'y attendait. Kingdom n'a rien de révolutionnaire, mais il est rapide, fluide et malin. Le résultat dépend beaucoup du rapport qui s'établit entre les joueurs. Selon la façon dont chacun perçoit les autres.
Ce n'est peut-être pas un grand Knizia, mais pour un jeu familial et rapide, ce dosage hasard, prise de risque, simplicité, durée de partie, reste parfaitement acceptable.

Un petit jeu familial épuré,
signé par l'un des maître du genre.



Interaction

Règles

Matériel


Simple
Interactions fortes
Matériel
Aléatoire