Fresco

FRESCO

Jeu de

Mark Ruskowski
Marcel Süsselbeck

2 à 4 joueurs
à partir de 10 ans
60 mn
Edition  Queen Games  2010
      
Impact de la langue : non

art - peinture - renaissance
Vous êtes parmi les peintres les plus réputés de la renaissance, et à ce titre vous participez à la restauration de la Cathédrale et de sa grande fresque. Vous devrez acheter les pigments des couleurs nécessaires au marché, savoir faire les bons mélanges de couleurs, afin de redonner tout son éclat à la Cathédrale avant l'arrivée des visiteurs de haut rang attendus par l'évêque.








DescriptionParties

Présentation du Jeu

Queen Games abandonne avec Fresco les formats de boîte leur était propre (Colonia, Chicago Express), pour la classique boîte "carrée" (Dominion, Smallworld, etc...).
Par contre, l'éditeur ne change pas ses habitudes côté matériel. Il est abondant et d'une qualité irréprochable qui se raréfie.
On trouve :
  • 1 grand plateau de jeu, plié en 4, réversible (1 côté pour 2 et 3 joueurs, l'autre pour 4). Il représente une cathédrale avec son autel et surtout son plafond ornée d'une fresque que les joueurs vont restaurer. Autour de la Cathédrale sont représentés une auberge, un marché, un atelier de peinture, un atelier de couleurs et un théâtre. En bordure du plateau on trouve l'habituelle piste de score.
  • 14 tuiles "Marché" représentant des cubes de couleurs primaires ou secondaires (de 1 à 3 cubes par tuile).
  • 25 tuiles fresque de valeurs 3 à 11, imprimées des 2 côtés : 1 pour indiquer les couleurs nécessaires à la restauration, l'autre les revenus une fois la restauration effectuée.
  • 60 pièces de monnaie, de valeurs 1, 5 et 10 thalers.
  • 78 cubes de couleur : 17 rouges, jaunes et bleus (couleurs primaires), 9 verts, violets et oranges (couleurs secondaires), 6 roses et marrons.
  • 24 assistants, à raison de 5 de chaque couleur de joueur, et 4 neutres
  • 12 peintres (3 par couleur)
  • 1 pion évêque, blanc
  • 4 tableaux de programmation des actions, réversibles
  • 4 petits paravents, pour cacher son tableau d'actions
  • 4 grands paravents, pour cacher ses cubes de couleurs et son argent
  • 4 cartes de mélanges des couleurs, rappelant les associations à effectuer pour obtenir les différentes couleurs
  • 1 sac en tissu, dans lequel seront placés les tuiles de marché
  • 18 cartes "Portrait", pour l'extension n°1
  • 12 tuiles "Commande", pour l'extension n°2, imprimées recto/verso
  • 7 tuiles fresque de valeurs 13 à 24, pour l'extension n°3 (imprimées elles-aussi des 2 côtés).
Je présenterai la mise en place et le déroulement d'une partie avec le jeu complet, extensions incluses. Elles apportent une réelle profondeur au jeu sans vraiment le compliquer.

7 des 25 tuiles de base sont retirées du jeu, et remplacées par les 7 tuiles de l'extension n°3. Elles sont mises en place sur la fresque de façon aléatoire, à l'exception de la case centrale sur laquelle est placée la tuile 24, puis l'évêque.
Les cartes portraits sont mises à l'atelier de peinture et les 2 premières sont retournées faces visibles. Les tuiles commandes, sont triées selon leur type, et leur valeur. Elles prennent place à l'atelier des couleurs. Enfin les marchés sont remplis aléatoirement, en piochant des tuiles du sac.
Chaque joueur place un pion peintre de sa couleur au théâtre, un à l'auberge, et un sur les cases de départ de la piste de score (avant le 1).

Déroulement d'une Partie

Chaque tour de jeu se compose de 2 phases :
  1. Choisir l'heure du lever et adapter son humeur
  2. Le joueur le moins avancé sur la piste de score choisi en premier. L'heure du lever détermine l'ordre du tour, fait évoluer le morale des assistants, jusqu'à en faire gagner ou perdre un, et détermine le prix d'achat des couleurs au marché.

  3. Planifier ses actions et les exécuter
  4. Les joueurs placent secrètement leurs pions assistant sur leur tableau d'actions, afin de planifier le déroulement de leur tour. Chaque assistant pourra être envoyé dans les différents lieux du plateau pour y effectuer l'action correspondante.
Les joueurs révèlent simultanément leur planification, puis la résolution des actions est effectuée en parcourant les lieux dans l'ordre du plateau d'action, et en respectant l'ordre du tour.

Les lieux et actions associées
  • Marché
  • Choisir l'un des marché, et y acheter les couleurs d'une tuile par assistant, en payant le prix déterminé par l'heure de lever.

  • Cathédrale
  • Restaurer 1 tuile, ou l'autel. Il faut défausser les cubes des couleurs requises pour gagner les points de victoire indiqués. S'il s'agit d'une tuile de la fresque, le joueur prend la tuile et la retourne côté revenu. Elle lui permettra de gagner des revenus supplémentaires en fin de tour. Elle pourra également être utilisée pour participer à une commande de l'évêque, à l'atelier des couleurs.

  • Atelier de peinture
  • L'action de base de l'atelier de peinture est de prendre 3 thalers. Cependant, chaque joueur qui y a placé un assistant peut, une fois durant le tour, préférer prendre l'une des cartes portrait faces visibles et bénéficier de l'action correspondante.

  • Atelier des couleurs
  • Pour chaque assistant placé à l'atelier des couleurs, le joueur peut effectuer 2 mélanges de couleurs. A la place, l'un de ses assistant peut réaliser une commande de l'évêque, à condition d'avoir les 3 tuiles fresque nécessaires.

  • Théâtre
  • Pour chaque assistant placé au théâtre, le joueur remonte son peintre de 2 rang pour traduire l'amélioration de son moral.
Une fois les actions des joueurs terminées, les stands du marché son renouvelés et les joueurs perçoivent leurs revenus, avant de commencer le tour suivant.

Lorsqu'au début d'un tour, il reste moins de 7 tuiles sur la fresque, il sera le dernier.
A son issu, les joueurs reçoivent des points de victoire pour leur thalers.

Le joueur le plus avancé sur la piste de score est couronné meilleur peintre et remporte la partie.

Parties jouées : 6
Parties commentées : 0

Il n'y a pas encore de partie commentée de "Fresco"

Verdict

Voilà un jeu qui redonne quelques couleurs à l'école allemande. Le jeu de mot est un peu facile, mais il faut reconnaître qu'il est vraiment approprié.
Tout d'abord Fresco propose un thème plutôt original et attractif, ce qui n'est pas si fréquent outre-Rhin. Pour une fois nous n'allons pas produire des pierres et du bois que nous dépenserons pour construire un quelconque bâtiment. Nous allons acheter des pigments de couleurs que nous pourrons ensuite mélanger pour obtenir de nouvelles couleurs. C'est tout de même plus ludique.

Mais même si le thème est assez cohérent avec les mécanismes, le jeu reste dans la pure tradition du jeu de gestion allemand. Le joueur n'a pas une très grande liberté dans ses actions, il est relativement guidé, voir un peu contraint, ne serait-ce que par l'ordre de leur résolution.
Il lui faut en permanence faire des choix dont la pertinence dépendra avant tout de ceux de ses adversaires. Faut-il se précipiter sur les tuiles rapportant le plus dès le début, avant que nos adversaires nous prennent de vitesse, mais au risque de se retrouver dernier à choisir son heure de lever et donc pénalisé pour les prochains tours ?
Vaut-il mieux courir après les tuiles rapportant beaucoup de point mais demandant plus de temps ou se précipiter sur des tuiles rapides à restaurer en vue d'empocher plus de points pour les commandes de l'évêque ?


Fresco est un jeu où la concurrence est permanente, et par conséquent l'ordre du tour capital. Pouvoir choisir ses couleurs, les tuiles qu'on souhaite restaurer, les commandes les plus rémunératrices avant les autres se paye cher, mais peu aussi rapporter gros. Il faut préparer son jeu et ses coups, pour en tirer le meilleur profit.

Enfin, oubliez le jeu sans extension, il ne présente que très peu d'intérêt. J'ai commencé ma découverte de Fresco de cette façon et j'ai été très déçu. Il m'a fallu ensuite plusieurs parties pour oublier cette mauvaise expérience et apprécier pleinement ce jeu qui pourtant le mérite.

Un jeu de gestion à l'allemande, dans la pure tradition.



Interaction

Règles

Matériel


Thème et matériel attractifs
Choix souvent difficiles
Manque de liberté
Le jeu sans les extensions