Fiese Freunde Fette Feten

FIESE FREUNDE FETTE FETEN

Jeu de

Friedemann Friese
Marcel-André Casasola Merkle

2 à 6 joueurs
à partir de 16 ans
60 mn
Edition  2F Spiele  2005
 
Impact de la langue : oui

enchères - sexe - simulation - vie
Prenez en main un personnage que vous façonnerez petit à petit afin qu'il remplisse successivement ses objectifs de vie. Des objectifs pour le moins inhabituels, et parfois même contradictoires, qui font de Fiese Freude Fette Feten (FFFF), une sorte de "Sims" (le célèbre jeu vidéo) en plus trash, et sur un plateau !










DescriptionParties

Présentation du Jeu

La boîte de FFFF, est plutôt de grande taille mais très fine (moitié moins épaisse que les boîtes habituelles). C'est un format qui a déjà été utilisé pour Maya, Finstere Flure ou encore Hansa.

Elle contient les éléments suivants :
  • 6 plateaux individuels (ci-contre), qui sont divisés en 3 zones principales : le tableau des caractéristiques du personnage (tabac, alcool, drogue, argent, santé, poids, tristesse, religion, connaissance), les amis, et le lit, pour les relations sexuelles dites "anonymes".
  • 6 jeux de 9 pions, de même couleurs que les plateaux,
  • 30 pions téléphone, à raison de 5 par couleur,
  • 48 jetons temps (la monnaie utilisée dans le jeu)
  • 30 pions réversibles sexe / enfant
  • 30 tuiles personnages, réversibles : un côté homme, un côté femme,
  • 40 tuiles de personnages non joueurs, réversibles elles aussi : un côté homme, un côté femme,
  • 140 cartes dont :
    • 20 cartes Puberté, rouges
    • 81 cartes de vie, bleues
    • 35 objectifs de vie, verts, répartis dans 5 domaines différents : style de vie, travail, relations, amis, spiritualité
    • 4 méga-objectifs, jaunes
Les objectifs de vie sont groupés en 7 piles faces cachées, comportant chacune 1 objectif de chaque domaine.
Les méga-objectifs sont mélangés et la première carte de la pile est retournée face visible.

Comme annoncé dans l'en-tête, les cartes contiennent toutes du texte. Même si l'on peut parfaitement jouer en se basant uniquement sur les icônes, d'excellentes traductions sont proposées en ligne (cf lien en bas de cette fiche), et des étiquettes reprenant les graphismes du jeu ont même été conçues pour être collées directement sur les cartes. Ca demande un peu de patience étant donné leur nombre, mais permet de mieux restituer l'ambiance vraiment décalée du jeu.
Vous pouvez d'ailleurs observer le résultat sur les cartes scannées pour illustrer cette page.

Déroulement d'une Partie

Chaque joueur choisi son personnage prend le plateau individuel, le jeu de 9 pions correspondant, et une pile d'objectifs de vie. Les jetons sont placés initialement en haut de chacune des colonnes des 9 caractéristiques de personnalité.
Enfin, des jetons temps sont distribués à chacun, en fonction de sa place dans l'ordre du tour.

Une partie doit toujours se jouer avec 10 personnages (joueurs + non joueurs), 5 hommes et 5 femmes, ce qui impose un certain nombre de personnages non-joueurs, ainsi que leur sexe, en fonction des joueurs présents autours de la table.

La partie est composée de 2 phases :

  • La Puberté
  • La partie se joue avec les cartes rouges. Un certain nombre d'entre-elles sont retournées, faces visible, et chacun leur tour, les joueurs vont effectuer 1 action parmi 3 :
    • Prendre gratuitement une carte et vivre l'évènement (appliquer ses effets).
    • Réaliser un objectif : Cela peut être l'un de ses objectifs personnels ou le méga-objectif qui a été retourné (dans ce dernier cas, une nouvelle carte méga-objectif sera retournée).
    • Passer : Le joueur ne jouera plus du tout durant la phase de puberté, mais reçoit des jetons temps.
  • La Vraie Vie
  • Cette fois ce sont les cartes bleues, beaucoup plus nombreuses, qui seront utilisées. une première série de cartes est retournée, puis chacun leur tour les joueurs vont effectuer 1 action parmi les suivantes :
    • Mettre aux enchères une carte. L'enchère se déroule en plusieurs tours, en utilisant les jetons temps comme monnaie. Le vainqueur vit l'évènement décrit sur la carte.
    • Réaliser un objectif : personnel ou le méga-objectif actuellement proposé.
    • Passer : le joueur reçoit des jetons temps et patiente jusqu'à ce que tout le monde et passé.
    • Échanger des objectifs : prendre une des piles de 5 objectifs restantes, échanger autant d'objectif que souhaité, et payer 4 jetons temps. Les échanges se font uniquement entre objectifs de même domaine (travail contre travail, style de vie, contre style de vie, etc...).
    Lorsque tous les joueurs ont passés, de nouvelles cartes de vraie vie sont retournées, et on recommence jusqu'à ce qu'un joueur ai réalisé 5 objectifs, gagnant ainsi la partie.

    Vivre un événement
    Toutes les cartes du jeu (évènements et objectifs) sont conçues de la même façon : les icônes sur la gauche de la cartes sont les conditions à remplir pour pouvoir vivre l'évènement décrit par la cartes, et les icônes du bas, en sont les conséquences.
    Les joueurs doivent donc choisir les évènements qu'ils vont vouloir vivre de façon à faire évoluer les caractéristiques de leur personnage pour remplir successivement leurs différents objectifs.
    Là où les choses se compliquent, c'est qu'une partie des évènements sont à vivre avec des amis, qui peuvent aussi bien être des personnages non-joueurs que des joueurs. Les jetons téléphones vont alors servir, pour essayer de forcer la main au joueur qui doit choisir l'ami qui va l'accompagner, et par conséquent vivre avec lui cet évènement (et donc faire lui-aussi évoluer ses caractéristiques).
    Certains deviendront ainsi des amis, des amants, se marieront, auront un enfant, divorceront, etc... La vraie vie en somme...

    Parties jouées : 4
    Parties commentées : 0

    Il n'y a pas encore de partie commentée de "Fiese Freunde Fette Feten"

    Verdict

    Le thème est pour le moins inhabituel et sa mise en oeuvre est particulièrement réussie. Ce n'est probablement pas le jeu qu'il faudra sortir pour faire bonne impression auprès de belle-maman, mais pour une soirée entre amis, l'ambiance est garantie.

    Là où FFFF est particulièrement bien pensé, c'est qu'au delà de l'humour des cartes, la mécanique de jeu n'a pas été négligée. Il faut dire que passé l'effet découverte, c'est elle qui garantie la pérennité du jeu. Et sans être révolutionnaire, elle combine avec succès, enchères, bluff, et négociation en prenant soin de s'intégrer parfaitement dans le thème.
    Le challenge n'était pas évident, mais il est réussi et il faut reconnaître que c'est en grande partie, grâce à la gestion des amis et événements partagés.
    Cela permet de profiter des effets d'une carte sans avoir à la payer, mais c'est aussi un moyen d'entraîner un joueur sur une voie totalement incompatible avec certains de ses objectifs.
    C'est d'ailleurs sur ces points que la règle et un peu confuse, et je vous recommande l'aide de jeu proposée au bas de cette page. Elle a été conçue en tenant compte des précisions fournies sur ces points par Marcel-André Casasola Merkle sur le forum du site boardgamegeek.

    Enfin, n'espérez pas trop faire tenir une partie dans l'heure annoncée sur la boîte, mais étant donné le plaisir procuré par FFFF, ça n'est pas du tout un problème.

    Il ne reste plus qu'à espérer qu'une édition française voit le jour, pour éviter le fastidieux travail de collage de traduction sur les cartes.

    FFFF est un jeu unique, à l'humour décapant et parfaitement intégré à sa mécanique.



    Interaction

    Règles

    Matériel


    Orinalité
    Ambiance
    Règle pas toujours très claire